Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

... des âmes qui écrivent et nous ressemblent !

De Plume en Plume est un site littéraire participatif – tout public – qui offre l’opportunité aux auteurs d’y publier leurs romans, poèmes, nouvelles, histoires, contes, fables, articles, etc.

Un site participatif est un espace où chaque auteur qui publie s’engage à lire d’autres auteurs afin de créer la dynamique utile et nécessaire à la vie du site. C’est du plaisir nourri par l’échange que perdure l’envie de partager plume et expérience.

Cette tribune vous permettra d’être lus et le cas échéant de promouvoir vos écrits qu’ils soient ou non autoédités. Saisissez la plume au vol et venez publier pour élargir votre public et communauté de lecteurs.

DPP vous offre également l’opportunité de faire de la correspondance avec les membres de votre région ou d’ailleurs.

L'espace jeune GDP, les Graines De Plume, vient compléter l'espace des DPPlumes.

De Plume en Plume vous permet de protéger vos écrits à un prix ultra compétitif. Certifiez vos romans, nouvelles, articles, textes, poésies... et partagez-les sur la toile l'esprit tranquille. Sécurisez et identifiez l'ensemble de vos écrits dans votre Salle des Archives. Consultez les tarifs de la graphiste qui vous propose de concevoir la couverture de votre roman ou autres.

Membres qui soutiennent DPP :

Attachante Shovnigorath Serge Hervé Dutoit Mathi=U Demens Noureddine Iva Evzone Sandra LN-M Mireille Masson Yanis Laric Hika Paradise Jenny Jean Didier Emmalys Pierre Séléné Antoine A. Bob arlo Sally Ancolies Vertendre Marcel Moreau cesarius GwenAlice Simple moi Donald Ghautier Ecriture Guy Favregros Stéphanie Sellier Medea mama217 Fox Maré Didier Lemariey Alain Pattou Venusia J. L . Miranda Alex Legrand Francis A.Denis ThomasL-L Julie.M Suzie A quai (Jeanne) Benadel jujuu Paulette Pairoy-Dupré Etoilefilante Jean-Luc Broudin

  De Plume en Plume. Bienvenue !

 

 

 

PARTICIPATIF PUBLIEZ Participez COMMENTEZ

 

 

COMMENTAIRES  Respectez vos lecteurs en y répondant.

HELLO  Répondez à vos commentaires et avertissez vos lecteurs.

REP  Réclamez une réponse à votre commentaire.

SVP  Invitez ceux que vous commentez à vous lire.

 

CHRONIQUES  Partagez et publiez vos critiques (livres, films, etc.)

DOMAINE Public  Partagez vos coups de cœur  À découvrir

RECUEIL  Classez vos textes par recueil  Allez dans éditer.

VIDEOS ♫  Une  Fin de texte – sauf chanson & chronique.

 

ESPACE BLOG  voir infos dans la F.A.Q

ESPACE MUSICIENS  Proposez vos maquettes.

ESPACE Graines de Plume  13 à 15 ans.

FB  Vous arrivez de FB, passez en mode site  clic en haut à droite.

 

Tous les SERVICES dans votre menu

MEMBRES PLUS  Créez vos ambiances sur vos espaces ←

COUVERTURE  Personnalisez vos oeuvres en ligne F.A.Q

 

PROTÉGEZ vos DROITS D'AUTEUR avec DPP

CERTIFICATIONS numériques à VIE   Changez gratuitement votre couverture.

 

SALLE des ARCHIVES  Archivez vos écrits & avantages  liste 

     ► Membres SDAGénérateur gratuit de couvertures.

 

WebBureau   WEB BUREAU   voir les services

Stats  STATISTIQUES vos visiteurs

Signaler  NON RESPECT DE LA CHARTE  

Pertinence   PERTINENCE Signalez un texte

 

 

De Plume en Plume

Soutenez DPP

 

 

 

 
 DPP    ►    Encore plus de visibilité    ◄

 

Membres qui commentent le plus :

Mireille Masson Jenny Benadel Stéphanie Sellier Evzone Sally Alain Pattou Serge Hervé Dutoit Ancolies Jean-Luc Broudin Emmalys

Publications SDA

Ancolies
Je me creuse Je me creuse non pas les neurones je me creuse chaque jour un peu plus mon visage Qui s'en aperçoit sinon les inconnus croisés au hasard des rues Qui s'intéresse à ça je me dis qui fait attention à ce que je suis Je me creuse les traits du voyage je me creuse les normes mes anciens visages Saleté je ne t'ai rien demandé va voir sur Mars si avril n'y est pas Mon corps n'est pas conte...suite
J. L . Miranda
Tard le soir Mélinda, , je verse du vin dans un pot à l’anse rouge brisée. Dehors, un chien délaissé passe, la nuit fait corps avec le bois. Je pense à toi, mon amour. Je saisis le pot à pleines mains, je regarde la rue déserte en face. Un chien perdu aboie au train qui sillonne la nuit, dans un bruit de cascade. Comme je me sens proche de lui! Au loin, Paris se cache sous les étoiles ; je lève ...suite
Serge Hervé Dutoit
Le fauteuil en cuir souple agit comme une vague Le fauteuil en cuir large où un mâle agenouille A ses poils vibratiles comme une eau démenant Un visage arrondi tendu comme un aimant Aux alentours de l'être et non de sa dépouille, Le fauteuil en cuir doux, là où il se verrouille Entre nos quatre-z-yeux la joie du firmament, Le soleil spermatique du désir transhumant Aux contours de mes lèvres là...suite
Sally
Dans tous mes états Dans tous mes états ! Appels manqués et le répondeur saturé. Déjeuners? déclinés et diners? avortés ! Dans tous mes états mais qu'est-ce qu'il ne va pas? Je ne comprends pas tous ces affronts effrontés. Des pics et des critiques, autres tactiques ! Les indices, délaissés, sont impalpables. Les signaux, envoyés, sont indéchiffrables ! Dans tous mes états mais qu'est-ce qu'il n...suite
Ancolies
Foutu Qui êtes-vous ? Quand êtes-vous ? Ou plus simplement êtes-vous ? Moi je suis 60 ans et je suis au début du chemin. Je suis un débutant à l’âge où les regrets, ignorés jusque-là, se pointent. Tous ces amours passés à côté. Ces amours si importants, ces amours si criants, ces amours qui parfois décident d’une vie. De plusieurs vies. Putain qu’est-ce que j’ai été con, abruti, immature, aveug...suite
Benadel
Sophie Sophie, femme gironde, Sait séduire son monde. La douceur de sa voix Enveloppe parfois Un avis péremptoire Des propos vexatoires Qui glissent dans l’oubli Ils ne font aucun pli. Les traits de son visage, La grâce qu’il dégage Avalent les couleuvres De sa fausse manœuvre. Sophie, femme capable Aux manières affables, Parfois autoritaire, Sait quand il faut se taire. Ses narines palpitent Q...suite
Shovnigorath
Vie de > rêve < de vie Je suis un animal, je suis un ami bien, Je suis ni bien ni mal je suis le quotidien. Je suis la préhistoire à différents moments, Une ancienne mémoire enfuie avec le temps. Il y’a dans le monde le courage et la peur Les proies sont pudibondes et je suis le chasseur, Je suis le prédateur en proie à la survie, Le sacrificateur du rêve au paradis. Et quand j’ai eu compr...suite
Stéphanie Sellier
L'étoile jaune / Etoiles de diamant L'étoile jaune L'étoile jaune, un jour, se décrocha du ciel, Et toute cousue d'or, elle vint se poser Sur des poitrines fières, forcées de l'arborer, Son beau scintillement était catégoriel. Et l'étoile se ternit, stigmatisant les corps, Comme une marque au fer rouge, une honte à cacher, Elle piqua tant de cœurs lorsqu'elle fut accrochée Avant d'être brûl...suite
Alain Pattou
Histoire des Jean Jean AIMAR, il n’est jamais content Le matin au réveil, hésitant Il trouve les choses bien rebelles Sa vie a oubliée d’être belle. Jean MURET lui ne dit jamais rien A cessé d’exprimer ce qu’il craint Le monde pour lui est trop hostile Mais se plaindre, ce n’est pas son style. Jean BRASSE, il est un peu collant Toujours avec les mains en avant Mais quand il ouvre tout grand ses...suite
Evzone
L'homme n'est-il que finitude? L’homme n’est-il que finitude ? Il est ombre invisible, courant d’air anodin ; Qu’il soit homme érudit ou simple baladin, L’homme aspire au meilleur, même s’il sait qu’un jour Il faudra s’en aller, s’éclipser pour toujours. Peu importe après tout le nombre des années, Celles qui se déroulent, tracent la destinée. Au gré des providences la vie élémentaire ...suite
Paulette Pairoy-Dupré
La Dame au Chapeau On la trouve là quel que soit le temps La Dame au Chapeau assise sur son banc. Quelqu’un l’a déposée là, un jour de printemps Et depuis elle attend, seule sur son banc. Devant elle, l’espace et le temps, le silence souvent. De la brume matinale au soleil couchant, elle attend. Elle attend, elle attend depuis longtemps. Pénélope des nouveaux temps Feuilletant ou relisant son r...suite
Mireille Masson
Pagaille dans l'armoire Armoire n'était pas peu fière ! Elle aimait qu'on admire ses deux larges portes de vieux chêne sculpté finement en arabesques et volutes. Elle aimait les caresses de Cire qui laissaient sur ses veines des effluves odorants de miel. Elle aimait aussi que Chiffon vienne se frotter sur elle, magnifiant son bois d'une brillance patinée. Mais ce qu'elle préférait c'était,...suite
Graine de plume Accédez aux Avis & DiscussionsGraine de plume

Participatifs

Ancolies
La routine Malgré la routine, Malgré les épines, et donc les rustines, Malgré les vertes collines, passées aux trappes aux abus aux abîmes, Malgré que la somme des sommets culculmine, Que les luttes intestines loupent chaque fois le Lépine, Bien que de pair se perdent, et les paix que l'on signe, et des coups d' carabine, Bien qu'en c' moment-même, j’ m'aime moi-même, en sourdine, Et bien qu' l...suite
Sally
Dans tous mes états Dans tous mes états ! Appels manqués et le répondeur saturé. Déjeuners? déclinés et diners? avortés ! Dans tous mes états mais qu'est-ce qu'il ne va pas? Je ne comprends pas tous ces affronts effrontés. Des pics et des critiques, autres tactiques ! Les indices, délaissés, sont impalpables. Les signaux, envoyés, sont indéchiffrables ! Dans tous mes états mais qu'est-ce qu'il n...suite
Benadel
Sophie Sophie, femme gironde, Sait séduire son monde. La douceur de sa voix Enveloppe parfois Un avis péremptoire Des propos vexatoires Qui glissent dans l’oubli Ils ne font aucun pli. Les traits de son visage, La grâce qu’il dégage Avalent les couleuvres De sa fausse manœuvre. Sophie, femme capable Aux manières affables, Parfois autoritaire, Sait quand il faut se taire. Ses narines palpitent Q...suite
Mathi=U
Pascal "Il y a aussi une chose dont il me faut absolument parler, par honnêteté : notre lâcheté. Quand un homme se noie, les personnes autour de lui ont le devoir de lui tendre la main. Notre comportement vis-à-vis de Pascal s’apparente à de la non assistance à personne en danger."suite
Alain Pattou
Histoire des Jean Jean AIMAR, il n’est jamais content Le matin au réveil, hésitant Il trouve les choses bien rebelles Sa vie a oubliée d’être belle. Jean MURET lui ne dit jamais rien A cessé d’exprimer ce qu’il craint Le monde pour lui est trop hostile Mais se plaindre, ce n’est pas son style. Jean BRASSE, il est un peu collant Toujours avec les mains en avant Mais quand il ouvre tout grand ses...suite
Evzone
L'homme n'est-il que finitude? L’homme n’est-il que finitude ? Il est ombre invisible, courant d’air anodin ; Qu’il soit homme érudit ou simple baladin, L’homme aspire au meilleur, même s’il sait qu’un jour Il faudra s’en aller, s’éclipser pour toujours. Peu importe après tout le nombre des années, Celles qui se déroulent, tracent la destinée. Au gré des providences la vie élémentaire ...suite

Lire - Commenter - Echanger

Benadel
Je suis le fils de la brume Vote positif Donald, votre histoire fleure la fin du monde. Et cela par la faute de nous, humains, qui pressons notre terre mère comme un citron. Alors, l'homme esseulé dans les méandres des contingences matérielles, se voit enveloppé de cette brume, de cette appréhension, qu'il n'arrive pas à maîtriser. La météorologie s'est déréglée, et les capri...
Serge Hervé Dutoit
Ils veulent qu'on parte en Gu... Vote positif A chaque fois que j'ai été touché par une image de la réification des hommes machines de guerre, j'ai de même été heurté par le langage patriotard d'époque du soldat narrateur. Donc, je dois admettre qu'ont été réveillées, en moi, deux aversions : celle pour la mécanisation des humains (la réification, la chosification) et celle pour l...
andreanne_b
Nadège et Nadine Vote positif Benadel, je viens de lire les premières pages votre roman et je suis très enjouée par la construction complexe, mais extrêmement bien réussie des personnages. Nadège, Nadine, Norbert, chacun a sa personnalité propre et on comprend bien, à travers votre écriture, toute l'essence de ces personnalités. Je ne peux m'empêcher d'être curieus...
Callisto
Le livre de la vie Vote positif J'aime cette thématique. On veut tous réécrire notre passé, fuir certaines épreuves, certaines situations, car elles nous ont changé et c'est ce que fait l'héroïne mais, j'aime beaucoup le fait que ce soit pas "rose" sans pour autant être "noir". C'est une nouvelle vie aux nouveaux à apprendre. Elle ne se prend des punitions ou des réc...
Jenny
Pascal Vote positif Qui n’a pas croisé un ‘Pascal’ ? Le portrait brossé dans le menu rend vivant cet homme qui appartient au décor des lieux et quotidien des collègues conscients et absents par négligence ; inconscients par besoin de se justifier. Tu décris très bien cette banalité si réelle ; les jours qui se suivent et s’enlisent ; les états d’âme qui l...
Emmalys
Pierre et Paul Vote positif Quel destin cruel pour le pauvre Paul et quelle ironie de la vie que deux amis dont les chemins se sont séparés s'entrecroisent à nouveau par le biais d'une tierce personne. Au vu du nombre de personnages très réduits et de la chute imminente, je me suis doutée de la fin. La réaction d'Elisa est encore plus dure lorsqu'elle mentionne P...
Logo DPP Accédez aux actualités DPP Logo DPP

Publications certifiées DPP

Attachante
Aimer toujours… « Aimer toujours… » Il est persuadé que tout se meurt, s'oublie et disparaît ! Lorsque tu l'as rencontrée Tu l'as fortement aimée, Vous viviez un amour fou C'était votre plus grand atout. Le jour où elle t'a quitté Tout ton monde s'est effondré, Pour toi désormais « Amour » Ne rime plus avec « toujours ». Je vais te dire un secret Tu ne peux pas effacer, Tous tes souvenirs pass...suite
Vertendre
Rang deux, place dix-huit . Le bruissement s'est tu et l'orchestre s'installe. Le public attentif n'a plus d'yeux que pour lui. Le jeune homme s'avance aux vivats de la salle. Elle est là au rang deux, à la place dix-huit. Cela fait plusieurs mois qu'elle suit son héros. A chacun des concerts de l'artiste qu'elle aime, l'émotion la transcende et l'emmène au plus haut, de la simple sonate aux trè...suite
Attachante
La prise de conscience… « La prise de conscience… » C'est une prise de conscience aujourd'hui je ne fais plus partie de ta vie, je n'ai même pas été une amie car finalement tu m'as toujours fuie. C'est avec une grande facilité que tu m'as chassée de tes pensées, dans ce dernier mot je te le dis ça y est, sois rassuré, j'ai compris. Ça fait plusieurs fois que je t'écris attendant un petit mot g...suite
Cameus
Vouloir partager Vouloir partager Son temps avec les plus agés Avec les malades au plus mal Qui vivent à l'hôpital Vouloir donner De l'amour, de l'attention Sans compter les années Avec tant de passion Vouloir se battre Face à la maladie qui s'étend Ne pas se laisser abattre En attendant de meilleurs vents Puis accepter et assumer Par la suite, se sublimer Et écrire une autre narration C'est ça...suite
Vertendre
Le passage Je marche vers la mort en croisant mon passé. Voyageur obstiné face au vent du destin, j'avance dans le noir et l'angoisse m'étreint. Le chemin est si rude aux futurs trépassés. Visages grimaçants surgissant du néant, silhouettes fantômes aussitôt disparues, les dernières lueurs livrent leur inconnu. Silencieux je pro...suite
Cameus
Racisme d'état désuni d'amérique : (L'incendiaire Trump) Racisme d'état désuni d'amérique : (L'incendiaire Trump) Le bien n'est pas noir ou blanc Il vient d’un cœur humain Le mal n'est pas noir ou blanc Il vient d'un cœur malsain Le sang n'est pas blanc ou noir Il est rouge grenadine Nos origines sont accessoires L'important est dans nos poitrines Le sang n'est pas latino ou asia...suite

Partages & Divers

Cacrote
La Mort Je t’entends me sussurer des mots doux et me dire qu’il faut que je que je te fasse confiance car tu as raison, tu es légitime. Entre rêves et réalité. Je ne sais plus qui écouter, ma raison ou mes illusions? me berce. Elle calme mes peurs. Elles est devenue comme une amie, une alliée chez qui je pourrais toujours me réfugier. Je suis l’ombre de moi même des images pleins la tête occulte...suite
jujuu
Aime ce qui passe Il est un bonheur qu'on a forcément tous goûté, Ce sentiment d'autant plus fort qu'il est passager, Vous le voyez ? Ce rien qui nous fait voir, Une journée transformée en un instant jusqu'au soir, Un regard, un sourire qu'on croise et qu'on romance, Qui fait oublier ce à quoi on donnait tant d'importance, Oui, je me retournerai la procha...suite
GroGarou
La place Le problème c'est ... La place des angoisses dans la tête, la place des choix dans la vie, la place de la vie dans le cosmos... La place, la place, la place ! La place des loisirs, la place du bonheur, La place du travail, la place de l'erreur. S'il y a place, il y a ailleurs. Il existe une frontière, une limite. Voilà mon horreur ! Sentir l'obligation morale ...suite
Ancolies
Ricain James Lee Burke, Cormack mac Carty, James Crumley, Jim Harrison, Thomas Mac Guane, Peter Dexter, Les amériendiens James Welsh et Louis Owen... et l'autre fou-là, ah oui, James Ellroy...et j'oublie Rick Bass, Dan Mahon... Tous fous de toute façon. Moi aussi. Après 20 premières années dédiées à la culture francophone classique v...suite
Deplume
Si le monde était un village de cent habitants Alors que nous sommes actuellement 6,8 milliards d'habitants sur la Planète bleue, les prévisions tablent sur 9,3 milliards d'habitants à l'horizon 2 050. Serons-nous trop nombreux et faut-il freiner cette croissance, notamment dans les pays dont la population augmente rapidement ? La question, qui revient régulièr...suite
Basile
La fuite de l'instantané Période funeste du libre esprit Il dégringole l'orée de sa vie A toujours vouloir refuser l'ennui Qui sommeille dans son esprit. L'idylle voyage dans ses nuits A le réveiller de douleurs Douleurs funestes qui rient Face à ses rêves menteurs. Le sommeil éternel sans fin Refuse de le suivre ailleurs Face aux inquié...suite
♫ Accédez à l'espace  Musiciens ♫

 

 

 

 

Graine de plume Accédez aux actualités Graines de Plume Graine de plume