Connexion : supprimer Ou

Bibliothèque : Toutes les Détentes

Parcourir Texte Histoire imaginaire de l'espace... vert

Texte

Un jour extraordinaire, je me promenais au bord de la route, quand, soudain, j'aperçus un camion qui s'engouffrait dans le flux de la circulation. Cette dernière formait une sorte d'entonnoir. Il grilla la politesse à tous les autres véhicules en mordant sur la bande d'arrêt d'urgence, sans demander son reste. "Imbécile !!! Ca devient la norme maintenant de dépasser effrontément de manière aussi cynique les limitations de vitesse", pensais-je. D'ailleurs, non loin de là, je remarquais une ca...
Parcourir Coup de gueule Il était une fois demain

Coup de gueule

Il était une fois demain. Rien n’était moins sûr mais les êtres humains faisaient comme si de rien n’était. Pourtant les guerres atomiques et le suicide collectif n’avaient jamais été aussi proches et le réchauffement climatique s’était déjà bien installé autour de la longue table garnie de gaz à effet de serres et d’émissions carbone qu’on lui avait somptueusement préparé. Bien des scientifiques avaient alerté et tenté de réveiller l’opinion publique et politique depuis des et des années, r...
Parcourir Coup de gueule Pertinence Les méchants

Coup de gueule

« La force des méchants, c’est qu’ils se croient bons, et victimes des caprices d’autrui. » Alain La confiance, elle s’acquiert difficilement et se perd facilement ! Les méchants marchent dans la lumière du jour quand leurs victimes disloquées se consument loin dans l’ombre fugitive pour se fondre dans une toile invisible peuplée d'âmes éplorées. Mais ne nous y trompons pas ; les larmes rongent leur conscience, car le sel qui s’y répand creuse des sillons cent fois plus profonds qu'ils ne l'i...
Parcourir Coup de gueule Pertinence Où sont les hommes ?

Coup de gueule

? J’avais dit que je n’écrirais plus une ligne sur le sujet et que je n’ouvrirais plus le robinet pour répandre des larmes que je méprise plus que tout. Pour me réconforter, Jenny m’avait écrit : « les larmes n’ont jamais étanché la soif. Mieux vaut pleurer des mots qui sont curateurs que de se noyer, seule, sans s’être battue. » Alors j’ai fermé le robinet, relevé le menton et j’ai suivi les conseils de celle qui dit que « cesser la lutte, c’est perdre une victoire ». Je ne sais pas s’il es...
Parcourir Coup de gueule Pertinence Les consommateurs de l'inutile

Coup de gueule

Bon, que ce soit clair d’emblée : je ne parle pas ici de ceux qui ont juste le nécessaire, ni de ceux qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Non je cause des consommateurs de l’inutile. Les consommateurs d’inutile ! Seigneur combien sont-ils ? Tu parles ! Comment font-ils ? Pourquoi font-ils ? No comprendo. Ché pas, c’est toutes ces pubs ou quoi ? Au passage, toutes ces putains de pubs qui sont les mêmes. Toutes les pubs de bagnole sont les mêmes, toutes les pubs de parfums sont les même...
Parcourir Coup de gueule Bigre De Menteur

Coup de gueule

Vous avez perdu ce coup-ci, vous êtes démasqués, vous les mythomanes, les matamores, les fabulateurs, on les connaît les fausses promesses. En ce qui vous concerne, il s'agit de faire les fanfarons, plus pour en mettre plein la vue et pour dissimuler votre propre paresse. Les gens devraient donner un euro de pénalité, ou les mettre dans une tirelire, à chaque fois qu'ils mentent. J'en "ai ma claque", j'en ai ras la casquette, j'en ai ras-le-bol, des menteurs et de ceux qui se vantent. Il n’y ...
Parcourir Histoire La belle vie

Histoire

La belle vie Bien que la situation de la famille fût plus qu'aisée, très aisée même, Marie-Aude était autant minutieusement que méticuleusement économe. D’où cela lui venait-il ? De sa mère bien entendu, cette femme qui avait marqué sa fille, ses 3 filles plus exactement et ses 2 fils d'une épouvantable marque indélébile tant elle était une mauvaise personne. Une perverse narcissique supplémentaire sur cette planète terre. Une belle, bien comme il faut, une très réussie. Mais cela, seul l'un ...
Parcourir Histoire Le Beau Harnais

Histoire

Il était un verre demi-plein demi-vide. Austerlitz s’appelait le demi-plein, Waterloo se nommait le demi-vide. Le verre était posé en hauteur sur une étagère derrière le comptoir du bar, entouré de trophées sportifs, fanions, coupes et statuettes en simili argent… Le patron du bar, Anselme Delîle d’Elbe, interdisait à sa clientèle de toucher à ce verre. Certes il servait des demis à profusion mais ce verre-là était sacré. Il représentait la jeunesse d’Anselme, lorsque celui-ci, après sa péri...
Parcourir Texte Aime ton prochain comme toi-même

Texte

Dire du mal de son prochain, en voilà une occupation qu’elle est plaisante. Accabler en son absence son voisin, le critiquer, se moquer, éh pourquoi s’en priver. Ce ne sont ni les mots ni les motifs qui manquent : Dîtes, vous avez vu sa moustache ! De Dieu quelle tache ! Railler, mépriser, ah mépriser, qu’il est bon de mépriser ! Le bien que ça fait ! Poignarder les autres dans leur dos, putain c’est si beau et qu’est-c’ que ça nous élève ! Nous sommes les biens élevés de ce troupeau de berg...
Parcourir Pause-Café Le grand pardon

Pause-Café

Tu peux crier, hurler, taper, frapper, cogner à l’huis, encore t’époumoner dans le jour ou la loiteur de la nuit, te mettre à genoux et supplier, glisser à terre et ramper, menacer de m’o ou t’occire, rien à faire, non tu ne peux pas revenir. Tu peux cirer mes pompes, repasser mes t-shirts, passer l’aspirateur à 400 à l’heure, user jusqu’au dernier crin la brosse à reluire, c’est toujours non, et y’a rien d’autre à dire, tu ne peux pas revenir. Tu peux me maudire, me prédire le pire avenir, ...
Parcourir Texte Madame Dieu (le Paradis Terrestre)

Texte

 La femme de Dieu (le Paradis Terrestre) Ça, vous pouvez bien inscrire un chiffre compris entre 1 et 9 suivi d’autant de 0 que vous le souhaitez, ma réponse est non. Jamais. Jamais je n’accepterai de recommencer, de remettre le couvert, de renaître, me réincarner et recommencer une vie. Une fois c’est bon, si ce n’est déjà trop. Oh oui, j’aurai bien à la longue, arrivé au stade, pétales perdus, de me faner et me courber et ternir, trouvé deux trois trucs pour traverser ce temps immobile avec ...
Parcourir Texte Un mariage sans amour

Texte

Plus ça va et vient, plus hier devient chaque jour qui passe plus vaste que demain, plus l’impitoyable horloge égrène ses imperturbables mesures, plus la forme de ma pensée prend celle de l’écriture. Près des deux tiers de mes pensées apparaissent comme le début d’un texte, vers libres ou prose. C’est dire dans quelle prison rose je me suis seul enfermé. C’est dire le vélodrome de ma névrose. C’est dire aussi l’ordre des choses, tandis que ma vie durant j’ai défendu le désordre des choses. L...
Parcourir Texte Paix, Pets...

Texte

Est-ce de la science fiction ? Sous prétexte que certaines lois de la physique nous coincent nous ne pourrions pas agir ? Ici mes amis, je vous propose une petite séance de gymnastique, parfaitement adaptée pour les jeunes, les rouillés, les cassés, les tristes et les joyeux. Aimez-vous les statistiques ? Moi non. Sauf quand celles-ci me mettent en joie, dans ce cas, je les ressors à tout bout de champ, je les adapte dans mes récits, je m’en sers pour convaincre Sirius à qui j’apprends que t...
Parcourir Pause-Café A Mamie Covid

Pause-Café

On vient de me retourner. J’ai l’impression d’être un gros steak que l’on retourne dans une poêle brûlante. J'étouffe… Je devine des voix, des ombres. Pourtant, je n’ai pas l’impression de souffrir seulement le sentiment d'être un poisson rouge à la recherche d’oxygène. Putain de Covid, pourquoi MOI ? …pas pourquoi j’ai attrapé le Covid, mais pourquoi il va me terrasser ? Adieu l’héritage, la fortune, le bling-bling, ma superbe future femme… Pourquoi ? Pourquoi Mamie ? Mamie, tu sais que je ...
Parcourir Pause-Café Entre humeur et humour !

Pause-Café

Ta voiture n'a plus besoin de toi pour rouler Plus besoin d'y monter ! Ta maison est tellement sécurisée Plus besoin d'y habiter ! Ton pare-brise n'a pas à attendre d'être impacté Fais-le toi-même et du temps sera gagné ! Pour davantage de stupidités Consulte ta télé... Un temps pour construire, un temps pour déconstruire et indéfiniment recommencer Un temps pour fabriquer un abdomen à envier, un temps pour le raboter Avec ces dichotomies être sa vie durant piégé à travailler pour de telles a...
Parcourir Texte Le cadeau promotionnel

Texte

(gogos à gogo) Quoique publicités et promotions déroulassent leurs promesses impies dorénavant majoritairement sur la Toile, Corinne et Julien reçurent un courrier nominatif de propagande commerciale dans leur boîte aux lettres. S’ils se rendaient le dimanche 13 avril au magasin d’ameublement de l’avenue Daumesnil indiqué, un cadeau leur serait remis sans obligation d’achat. Quoique la première réaction de Julien qui avait relevé le courrier fût de le bazarder aussitôt dans la poubelle bleue...
Parcourir Pause-Café Retour de flamme

Pause-Café

Une main posée sur une main… Petit geste anodin qui déclenche un souvenir passé ou cupidon propageait des ondes positives dans un ciel bleu. Les années passent, le ciel se couvre quand il ne tourne pas à l’orage. Une main posée sur une main… Le retour vers un ciel bleu dans une ambiance de printemps n’est qu’un impossible rêve. Maturité, tu devrais pourtant nous donner la voie pour un nouveau paradigme. Une main posée sur une main… Allongé l’un contre l’autre dans notre lit douillet, tu poses...
Parcourir Histoire Au-delà de l'oubli (2 pages)

Histoire

ll était une fois, il n’y a pas si longtemps, un jeune homme intelligent et aventureux qui vivait dans une très ennuyeuse petite ville. Les habitants de cette ville n’avaient d’autre occupation que le respect des conventions et des règles ordinaires de toute société matérialiste. Ces citoyens n’avaient d’intérêt que pour l’argent, le manger, le dormir, les affaires de famille et, bien entendu, pour la politique et les usuels commérages terre-à-terre de toute petite ville.
Parcourir Texte Dissertons sur les chats sans prêchi-prêcha

Texte

. Dans la vie, il y a des cactus, Il faut rester vigilant avec le "Coronavirus", Les canards solitaires dans la mare dormante ont l'air doux, Eux, ils sont délaissés, mais au moins ils ne risquent pas de choper une quinte de toux. Les chats ne sont pas logés, À la même enseigne, eux. Ils sont habitués à être choyés, Par la maisonnée, bande de paresseux! Ce sont des félins, Mais attention, ils sont malins. Ils font mine de ne pas faire attention aux humains, Mais ils aiment bien recevoir des c...
Parcourir Texte Nom d’une pipe ! (que sont-ils devenus ?)

Texte

Nom d’une pipe ! (Que sont-ils devenus ?) Nom d’une pipe de nom d’une pipe, c’est catastrophique ! songea Tintin regardant le cendrier, comme d’habitude plein à craquer. Putain, si Olivia voyait ça, elle allait encore une fois en faire tout un plat. Le vider vite fait bien fait d’accord mais forcément son appart puait à mort le tabac. Aérer n’y changerait quasi rien, l’odeur était partout, sur les tissus du canapé, des rideaux, sur ses fringues... Et Olivia était trop finaude pour se laisser ...
Parcourir Pause-Café Ode à mon amie

Pause-Café

Tu es mon amie, une bonne amie. Ta présence me rassure. Notre relation est platonique, mais tu me permets souvent de passer de bons moments. Il faut être honnête, le meilleur moment, c’est quand tu me donnes ce que je veux. Quand je vois une fente, je ne peux résister, je t’introduis et c’est souvent un bonheur, mais quand tu me rejettes je te maudit. Avec le temps nos relations ont évolué, elles sont souvent sans contact. Un jour je t’ai perdu, cela m’a beaucoup contrarié. J’ai failli te re...
Parcourir Pause-Café Le bûcheron

Pause-Café

Le vent commence à se lever sur la petite Bretagne. Les peupliers le peuvent, mais d’autres sont à surveiller, car la souplesse peut faire défaut à certains. Quelle idée d’avoir planté ces deux pins si proches de la baraque... Des racines qui courent en surface, aucun encrage valable, et si les tempêtes devenaient de plus en plus féroces, d’années en années, les châteaux de cartes vont s’envoler ! J’aime la nature, mais je sais que parfois, il faut savoir aplatir un insecte sous la botte. Le...
Parcourir Pause-Mélancolie Archi... merdre

Pause-Mélancolie

Archi... merdre Comme on naît tout petit, vulnérable et bouffi, tout gentil, après avoir crié soi-même, vient l’épreuve de la vie -au grand jour, - il y faut être archi Comme on passe son temps, des nids aux écoles, à téter ces laits, pour grandir et se développer, on est vite encombré, et meurtri, car on n’est pas tout seul à n’être, ni tout à fait gentil, ni tout à fait archi, du QE au QI Comme il faut reconnaître qu’autour c’est de même, on passe ,- après ces liquides plus ou moins sucrés...
Parcourir Pause-Café La chevauchée mélancolique

Pause-Café

La chevauchée mélancolique C’est un cheval. Non, en fait c’est un chien de la taille d’un cheval. De ma vie je suis à l’automne, plus rien ne m’étonne. Non, il n’a rien d’effrayant. Je lui donne un morceau de sucre. Il fouette l’air de sa queue en gage de reconnaissance. De rien mon lapin. Ainsi, tu es à la fois la plus noble conquête et le plus fidèle ami de l’homme. C’est cool. Je m’interroge : puis-je le monter ? Je l’enfourche à cru. Il se laisse faire. J’imprime un léger coup de talon da...
Parcourir Pause-Café Fin de semaine ...

Pause-Café

Un dimanche. Un dimanche soir de plus. Le soleil s’est caché à 19h20 derrière un mur de béton. Celui qu’on nomme « immeuble ». La lumière naturelle est remplacée par des lampadaires. Les nuages ne bougent plus. Les étoiles n’existent plus. Seule cette bête et inutile luminosité perchée en hauteur éclaire un bout de bitume. Toujours présente. Rarement voilée. Rassurante pour certains. Parfois oscillante selon la force du vent. Nous faisant oublier l’imaginaire. Tête baissée. A regarder nos pa...