Connexion : supprimer Ou

Textes, Poèmes en prose en ligne - Bibliothèque

Texte ; Poème en prose ; Prose poétique → Précisez en haut de votre page.

Publier Texte N'hésitez plus, venez publier un texte ! Publier Texte

Parcourir Texte La Goutte d'eau

Texte

Née dans de la vapeur au sein d’un beau nuage, j’ai attendu qu’enfin puisse éclater l’orage pour pouvoir me mêler à d’autres congénères et déverser sur terre une ondée passagère. Sur une surface vitrée, je me suis écrasée, n’ayant pu m’agripper, lentement j’ai glissé, les lois de l’attraction m’ont fait dégringoler , au même titre qu’une larme vers le bas j’ai chuté, remarqué une enfant chez qui se reflétait un sillon bien marqué, gorgé d’humidité, je ne saurai jamais pourquoi elle pleurait....
Parcourir Texte Timidité

Texte

Sur le chemin qui mène à toi, j'y allais habité par la crainte. Trop de questions fourmillantes m'envahissaient. Ma raison n'était plus raison, ma réflexion était insensée, impossible était mon mot, avare était mon émotion. Plus j'avançais et plus je pensais, et me disais à voix basse, ce que j'aurais voulu que tu entendes. Sur le chemin près de toi, je prenais courage en moi. J'étais magnifique, sourire, parfait. Près de ta porte, j'ai toqué fort dans mon cœur, puis dans ma tête. Et lorsque...
Parcourir Texte Olympe

Texte

Depuis leur embarcation au Havre, Geneviève n'a vu que l’horizon borné par le vaste et perfide océan, le ciel et la mer. C'est tout. Un jour calme et beau où l'on goûte tous les plaisirs de la navigation avec des vents modérés, une mer lisse, un ciel pur et serein. Alors ces soirs-là, accoudée au bastingage, elle contemple des couchers de soleil spectaculaires ! Cet instant magique et éphémère des couleurs flamboyantes du ciel, de l'astre englouti dans les flots qui cesse d'iriser les vagues...
Parcourir Texte Émotions

Texte

Partir Partir un jour, partir un moment, partir... toujours ! Partir pour le plaisir, partir pour survivre. Partir pour se retrouver, se recentrer, exister… Partir pour vivre, vivre ailleurs, vivre mieux. Ton coeur palpite à l’idée de te retrouver; de te retrouver à nu face à toi-même, face à ton âme, face à tes rêves. Partir pour fuir tes démons qui te hantent la nuit, lorsque les lumières s'éteigne...
Parcourir Texte Le grand saut

Texte

Le saut dans l’inconnu, celui qu’on peut parfois éviter toute une vie. Celui qui nous fait nous sentir pleinement vivants, voire un peu trop. Cette décision qui nous donne des guilis dans le ventre rien qu’à l’idée, qui nous provoque soudainement une bouffée de chaleur et un pincement au cœur. L’avez-vous prise ?“Take the leap” comme disent les Anglo-saxon, c’est prendre cette décision qui peut changer toute une vie. Ouvrir la brèche vers l’inconnu, vers toutes les possibilités, vers le reno...
Parcourir Texte Luile Phobosapate

Texte

LE 26 OCTOBRE 2017. "Demain je dois absolument souhaiter un bon anniversaire à Eric,mon ami d'enfance,nous avions 15 ans,la première fois qu'il m'a abordée. Je suis d'humeur sereine,Hugo ne va pas si mal.Il est à la maison et plutôt calme. Z vient de plus en plus régulièrement.Curieuse relation depuis plus d'une décennie. C'est la fin du mois le salaire sera versé sur mon compte d'ici un jour ou deux. Un petit bonus d'une soixantaine d'euros puisque je remplace ma fille. J'arrive à la maison...
Parcourir Texte Regrets, RV manqués et autres loupés

Texte

(autrement dit Véritables Variétés Verdâtres) Qu’est-c’ qu’une vie ? Vaste question n’est-il pas ! J’entendais un ex champion sportif expliquer qu’une carrière dans ce domaine comportait immensément plus de défaites et moments de découragement et tristesse que de victoires et instants de joie. Au moins était t’il, lui, à ce qu’il faisait. Ce qui n’est ou n’a pas toujours été mon cas. Des années durant je n’ai été que spectateur de ma propre vie. Personne de mots puisque j’ai fait 10 années du...
Parcourir Texte J'ai libéré ma peine au flot de ta tendresse

Texte

« J’ai libéré ma peine au flot de ta tendresse » Une fois de plus je me dis que nous ne sommes pas si loin et que je devrais venir plus souvent te retrouver, tant cela me fait du bien. Il me plait de te voir, te regarder, t’entendre et t’écouter, te sentir et te respirer, marcher à tes côtés, te frôler, te pénétrer. J’aime ton humeur changeante, ta douceur, ton sommeil azuré, ou le tumulte de tes flots rebelles. C’est toujours le même rituel : je t’embrasse des yeux, j’observe tes couleurs. J...
Parcourir Texte La perception

Texte

Devant l’étendu de la plaine, Il se sentait tout petit. Lui qui avait l’habitude d’être fort, de tout porter, Là il n’était qu’un être parmi tant d’autres. Il observait la ligne d'horizon sans fin. Il se perdait devant ce calme absolu. Il ferma ses yeux et se mit à ressentir l'herbe sous ses pieds. Il s’assit et posa ses paumes contre cette herbe tendre. Il laissa venir à lui les sons qui l'entouraient. Des chants d'oiseaux, le murmure de la brise, des craquements d'animaux au loin. Il resse...
Parcourir Texte Le cadeau du Roi

Texte

Un jour le roi fit convoquer au palais un de ses sujets, très pauvre, qui vivait en forêt. Celui-ci se demanda pourquoi, qu'avait-il bien pu faire. Rapidement il ne put empêcher la peur de l 'envahir lorsque la garde royale arriva pour l'amener au Palais. Mais très vite il fut rassuré, on avait attelé un carrosse somptueux et les militaires débordaient d'attentions pour lui. Comme il ne comprenait rien de ce qui lui arrivait, il demanda au gardes et aux cochers mais aucun ne lui répondit. Ar...
Parcourir Texte Patrick et le silence

Texte

A la recherche du silence Patrick éteignit son ordinateur, ce qu’il ne faisait que très rarement, le laissant connecté en permanence tel un immense filet tendu dans le ciel d’internet prêt à capturer les courriels et les flux comme s’il se fut agit d’oiseaux migrateurs porteurs dans leur bec électronique de messages vitaux. Sitôt après l’arrêt du dernier ventilateur de sa machine le silence apparut dans toute sa beauté nue, enfin démasqué de ce bruit permanent qui tapissait son espace sonore...
Parcourir Texte Pluriel singuliers

Texte

au pluriel singuliers je t’envoie cette lettre pour te dire que je t’aime, nous nous sommes trouvés au milieu de la foule , qu’un regard a suffi, que tes façons me plaisent, que nous embarquons à deux sur un vaisseau d’amour et de tendresse, pour long et beau parcours. J’aime que tu me dises je t’aime, redis-le, refais-le, tu le prouves chaque jour, et même que je m’aime si tu m’aimes , je ferai de même, je ne suis rien sans toi, mon amour. Je t’envoie cette lettre pour préserver l' amour. I...
Parcourir Texte A vos portables !

Texte

Qui n’a pas son smartphone ou son Iphone aujourd’hui ? Même les personnes âgées se résolvent maintenant à s’équiper de cet objet devenu indispensable, non pas tant pour eux que pour l’entourage qui insiste, souhaitant pouvoir joindre papa ou maman, papy ou mamie pour se n’importe où, pour voir un peu, même si c’est par écran interposé.
Parcourir Texte Circonspection

Texte

Aujourd'hui est un joli mot (3/12) Combien sont-ils ? Soixante mille si l’on s’en tient à ceux qui font notre pain quotidien, de l’art de converser avec son prochain jusqu’à l’appréhension des mondes, qu’ils soient confidentiels, fantasmés ou savants. Dans une vie, à combien d’entre eux avons-nous recours, ne serait-ce qu’une fois, pour justement nommer tout ou son contraire, questionner, nuancer ? Si peu. Si peu de mots dits, tant par ignorance que par paresse. Ils sont petits, alambiqués, ...
Parcourir Texte Phoenix

Texte

Aujourd'hui est un joli mot (2/12) Trente ans déjà que Francis Fukuyama décrétait hâtivement la Fin de l’Histoire. Tout juste les derniers éboulis du Mur étaient-ils pelletés que notre prophète voyait l’heure arrivée de l’avènement d’une concorde mondiale où, pensait-il, le globe allait communier autour d’un bel et nouvel aujourd’hui ordonnancé par la démocratie et le marché (à moins que ce ne soit l’inverse). Tout le reste, les grands soirs, les gueules de bois, les diktats et autres évangi...
Parcourir Texte Réminiscence

Texte

Réminiscence Aujourd'hui est un joli mot (1/12) Ce n’est pas de l’avenir mais du passé que dépend notre bien-être au monde. Toutes ces choses amassées là, quelque part entre trachée et vésicule. Des mots et des visages, du rêve et du vide, l’étincelle et la cendre des jours. Au fil du temps, ce passé de tout et de rien tapisse notre intérieur, muette concrétion qu’un spéléologue de l’âme s’échinerait à décrypter pour, au final de l’affaire, rendre les armes en disant qu’ici git, ni plus ni m...
Parcourir Texte Lettre d’un apostat de la République

Texte

10 Avril 2022, 22h30, Lorsque les brumes assombrissent un ciel voilé déjà par la noirceur des âmes putréfiées par les mycoses des Lumières, le feu et le sang sauront gré de ceux qui pensent et savent. La fin du chemin mène au paradis. Peut-être aux enfers ? Noires sont les pensées de celui qui voit, celui qui sent. Il brûle, il dort, il s’éteint, il meurt. Il se voit dans le ciel, dans les montagnes et les forêts il se voit dans ce lac ; dans cet abysse. J’y suis déjà, moi. Pourquoi ? L’immo...
Parcourir Texte Qu'en est-il ? version 3

Texte

Version 3 Qu'en est-il ? Il est tard, je sors du travail, monte dans ma voiture et part vers chez moi. Je traverse la fôrêt en roulant normalement. Les phares s'allument car l'obscurité est grandissante. Les arbres assombrissent encore cette effet d'obscurité. Je roule dans cette berline confortable sans me soucier de rien, sauf peut-être suis-je animé par le désir de rentrer à la maison. Je dois parcourir quelques kilomètres avant d'arriver or le fait de conduire est une transition bénéfiqu...
Parcourir Texte Qu'en est-il ? version 2

Texte

Version 2 Qu'en est-il ? Il est tard, je sors du travail, monte dans ma voiture et part vers chez moi. Je traverse la fôrêt en roulant normalement. Les phares s'allument car l'obscurité est grandissante. Les arbres assombrissent encore cette effet d'obscurité. Je roule dans cette berline confortable sans me soucier de rien, sauf peut-être suis-je animé par le désir de rentrer à la maison. Je dois parcourir quelques kilomètres avant d'arriver or le fait de conduire est une transition bénéfiqu...
Parcourir Texte Qu'en est-il ? version 1

Texte

 Version 1 Qu'en est-il ? Il est tard, je sors du travail, monte dans ma voiture et part vers chez moi. Je traverse la fôrêt en roulant normalement. Les phares s'allument car l'obscurité est grandissante. Les arbres assombrissent encore cette effet d'obscurité. Je roule dans cette berline confortable sans me soucier de rien, sauf peut-être suis-je animé par le désir de rentrer à la maison. Je dois parcourir quelques kilomètres avant d'arriver or le fait de conduire est une transition bénéfiqu...
Parcourir Texte Arôme café...

Texte

Arôme café.... L’odeur du café, la perspective du café à venir alors que le sommeil s’accompagne encore de quelques étoiles filantes dans un ciel translucide… L’arôme, tous les arômes, le grain de café moulu qui exhale son incomparable fragrance jusque dans ces moindres espaces où quelques paillettes de soleil viennent tourbillonner en spirales dorées, troublantes… Le silence, cette resp...
Parcourir Texte Cataclysme

Texte

A l'horizon se profile des silhouettes étranges, on dirait qu'il y en a une devant et les autres derrière, comme une armée dirigée par un seul Nous observons avec plusieurs personnes, ce phénomème qui se dirige vers nous C'est la chaude saison de l'été, pourtant on peut sentir le froid qui nous entoure; nos paroles sont accompagnées de vapeur d'eau qui se solidifie et tombe aussitôt à terre La nuée avance glaçant tout sur son passage létal. Le ciel s'assombrit et disparait derrière cette pert...
Parcourir Texte Un homme dans la nuit

Texte

Dehors, un homme marche. Il fait noir, une fine pluie transperce l’éclat des feux du peu de voitures qui transpercent la ville. L’homme avance, inlassablement. Parfois il tousse, parfois encore il manque de glisser sur le pavé humide, mais il avance. Il s’arrête, au pied d’un immeuble semblable aux milles qu’il a déjà rencontré, puis semble pour la première fois observer ce qui l’entoure. Une cigarette Philip Morris accompagne sa pause. Peu après, la marche reprend. Au loin, une musique réso...
Parcourir Texte Silence - My Lady Blue

Texte

Nuit. Brume. Dans le silence de la nuit j’aperçois ton visage, je te regarde, tes mains entourent l’écorce de l’arbre blondit par la lune. Il fait sombre, la lune se repose sur son doux nuage barbe à papa, les arbres forment une contrée, les lucioles brillent telles un tombeau. Tu es si belle, tes cheveux forment un cœur dans le vent, ma dulcinée... je marche vers toi, j’ignore où je vais, tu es mon itinéraire, mon seul itinéraire... le ciel cour derrière moi, le temps s’arrête face à toi. Je...
Parcourir Texte Luminéglises - suivi de Le trésor...

Texte

✨ à même les cierges de paraffine blanche envisagés au pied de la jeune voyante les ors et les incarnadins angeliciels s'emperlaient de pleurs lents puisqu'ils n'auraient point connu cette consomption que prodigue l'enflammement paraboliste de tout un matin de vitrail ✨ au long des murs sur les bancs fauves les réfléchissements polychromes des paroles verrières conduits lentement de métamorphoses en métamorphoses au bûcher orant ✨ en leurs coupelles qui s'effleurent deux ignescentes lenteurs ...