Connexion : supprimer Ou

Poèmes classiques en ligne - Bibliothèque

classique, néo-classique... Précisez le choix de votre catégorie.

Publier Poème Classique N'hésitez plus, venez publier un poème classique ! Publier Poème Classique

Parcourir Poème Classique La nature est bénite

Poème Classique

La nature au sommet Du resplendissement Suspend la magie verte Sur l’épaisse ramure Des végétaux dotés D’un buste vigoureux. Le délicat fumet De l’été, tendrement Pare l’ardeur inerte Des arbres qui se murent Dans l’immobilité Trônant sur les heureux Le merle sur le faîte Élève le ramage ; Les tuiles rutilantes Résonnent d’allégresse Quand le babil s’envole D’un toit abandonné Vers les matins en fêtes, Vers la rosâtre image, D’une brune brûlante Lorsque l’été caresse La fragrance frivole D’u...
Parcourir Poème Classique Le bouffon d'autrui

Poème Classique

Il est des leurs Mais il se leurre De la valeur De sa personne Elle frissonne Quand autrui sonne La moquerie Et le mépris Quand ils se rient De ses idées L’homme ridé Va se guider Dans l’illusion Dans l’intrusion D’une vision Enchanteresse Qui le redresse Et le caresse Il s’imagine Qu’un androgyne A l’origine De sa naissance Fait connaissance Avec l’essence De ce vieux père Qui désespère Et le repère Dans la risée L’homme brisé Va s’iriser Aux joies brillantes Quand l’insouciante Femme riant...
Parcourir Poème Classique L'amitié clabaude aussi

Poème Classique

Durant quelques années, Ils se sont rencontrés Devant une boisson Afin de cancaner. Ils avaient leur entrée Dans un bar polisson. Clabaudant sur autrui, Ils libéraient leur haine A l’abri des oreilles Dans un infernal bruit. Ils évoquaient leurs peines Sous le jus de la treille. Se sentant rejetés, Ils jetaient leur colère Sur l’insatisfaction Souvent alimentée Par leur vie de galère, Leur manque d’ambition. Elle s’est repliée Sur elle-même un jour. Il appelait sans cesse Son amie son alliée...
Parcourir Poème Classique Un été insouciant

Poème Classique

Aujourd’hui l’été m’emmène Au pays du sans souci. Allongé sur la fragrance D’un tilleul des bois amène, Je me retire d’ici ; Cette ville sent le rance. Sur la paisible marée, Clapotant languissamment Au gré d’un souffle d’été, Je hume l’odeur sucrée S’échappant du firmament, De maints tilleuls argentés. Hier, l’été vivait l’orage ; La tournoyante atmosphère L’embarquait dans la tourmente ; Le ciel lui portait ombrage ; Les nuages au gris-fer L’arrosait d’eaux véhémentes. Ce jour, l’été se re...
Parcourir Poème Classique Saint-Pétersbourg

Poème Classique

Les yeux des ponts de Pétersbourg Les pigeons mauves sur vos sourcils Les larmes figées des sombres tours Qu’émane la ville de ses lacis L’impénétrable coucher radieux Derrière lequel s’étend le vide Contenant encore un peu de dieu Grouillant de l’injoignable vie Les couches du bleu les couches du vert Les touches du rouge pour les colonnes Qui, comme en hésitant, s’insèrent Dans les serrures versicolores Les taches du jaune pour les lumières Qui tendent leurs souples tentacules Des lisses q...
Parcourir Poème Classique Les mots affectueux

Poème Classique

A la moindre anicroche, Sa bonne humeur décroche; Tout pour lui devient sombre, Sa vie, plat de concombre, Lui paraît insipide; Tout lui semble stupide; Il n’a plus d’intérêt; Sa vie n’a plus d’attrait; Lentement il s’enterre Dans l’ombre délétère; La dépression l’accable, Il en perd son vocabl; Fermé dans un mutism, Sa peine est gigantisme; Il pense à la camarde, A ces rayons qui dardent Le repos éternel Dans la fin du tunnel. Mais l’œil compassionnel D’un cœur exceptionnel, Au regard vigou...
Parcourir Poème Classique Renier la personne autre

Poème Classique

Rancune noire Tu te déverses Dans l’entonnoir D’idées perverses Couvrant autrui D’ignominie Chantant sans bruit Les litanies De la rancœur; Cet être darde Les yeux sans cœur Sur la gaillarde; Cette pécore Méprise à mort Le pauvre corps. Aucun remord, Aucune peine, Viennent réduire Sa vile haine Venant s’enduire D’humeur hostile; La main tendu, Les vers de style Tant éperdus Le laisse froid; Il se soustrait Au désarroi Plein de regrets Qui se répand Devant ses yeux; Qu’il est flippant L’homme...
Parcourir Poème Classique A l'orée de la nuit éternelle

Poème Classique

Dans la vieillesse de l’âge, Quand la peur ne se soulage Qu’à travers le quotidien De problèmes rachidiens, Que par les élancements D’un fatal vieillissement, Angoissant est le répit D’une douleur assoupie. Des pensées de solitude Présentent les inquiétudes Des angoisses douloureuses Qui dans son esprit se creuse : Le malheur tant redouté Qu’est la probabilité D’être bientôt terrassé Par la mort allant laisser Dans le veuvage un vieillard Pleurant sur le corbillard. Femme qu’il adore tant Le...
Parcourir Poème Classique La fin du chaos

Poème Classique

Je veux comprendre… Comment le monde en est arrivé là. Je peux entendre… Tous ces cris, toutes ces voix, Qui se répandent… A travers les vents, les au-delàs. Je vois leurs ombres… Qui s’abandonnent pas à pas, Vers l’outre-tombe… Vers un futur qui n’existe pas. Quand la nuit tombe… Les masques apparaissent déjà, Cachant la peur, la honte… De ceux qui errent ici et là. Qui peut prétendre… Sauver ce monde de son trépas ? A chaque seconde… Le chaos s’installera ! Douce hécatombe… Les survivants ...
Parcourir Poème Classique Paroles d'enfants

Poème Classique

Les langages du bébé En larmes vont s’exhiber ; Quémandant sa nourriture, La tendre progéniture Sous l’abondant larmoiement Fait appel à sa maman ; Son lait coule sous son toit ; Le mamelon le tutoie ; Maternellement aimé. Il s’endort à poings fermés. La menotte du bambin, C’est l’aile du chérubin Venant caresser la joue Du paternel, son bijoux, Qui scintille de tendresse Quand le bambin le caresse ; Le père est au paradis : Son geste vaut les beaux dits. La brillance de ses yeux Réfléchit o...
Parcourir Poème Classique Ruelles de chansons

Poème Classique

Ses ailes de couleurs vrombissent de désir Comme des perles d’or à la chair de cerise Que les baisers du soir recouvrent d’une brise Retouchant la lumière aux pinceaux du plaisir. Des masques en papier dérobent à loisir La molle liberté de chercher la surprise Dans un verre de vin aux reflets de banquise, En poursuivant le temps sans jamais le saisir. Les platanes touffus d’une fraîche terrasse Farfouillent l’univers de leur lourde tignasse Egrenant de la soie au bord d’un mur penché. Et tan...
Parcourir Poème Classique Charles Trenet

Poème Classique

Au bout de chaque rue au balcon de la lune, Sa voix court sous l’écho d’un lointain échanson Que le vent en riant brode d’une chanson Pour égayer la mer d’une robe de dune. De Gruissan endormi tout près de la lagune Aux salins de l’Ayrolle en fil de paillasson Son chapeau de soleil aux notes de basson Chatouille dans le ciel les âmes une à une. Il se glisse sans bruit sur les ponts du faubourg Le cœur ébouriffé par un coup de tambour Qu’en passant l’hirondelle a cueilli d’une ganse. Les larm...
Parcourir Poème Classique Le canal de la Robine

Poème Classique

Il longe sans souci les vignes du terroir Comme un ruban de ciel sous un bord de voilette Que l’ombre et la fraîcheur d’une encre violette Remplissent d’un mystère aux bouches d’un tiroir. Sa peau de songe fluide et son tain de miroir Bleuissent le soleil d’un éclat de paillette Emprisonnant le temps d’un tour de cordelette Qu’une écluse lointaine illute à son soufroir. Puis il traverse encore un paisible village Sous le coquet duvet d’un platane volage Dont l’écorce entrelace un cœur et deu...
Parcourir Poème Classique Ne pas oublier

Poème Classique

Les champs de bataille regorgent de héros, De morts inutiles, de soldats inconnus, D’histoires d’hommes qui se sont battus Pour un idéal, pour un drapeau. Combien de pères, de fils ou de frères ont été tués Pour une chimère que l’on appelle « liberté » ? Combien ont tout quitté et sont partis Pour aller défendre leur mère-patrie, Pour aller combattre, la fleur au fusil, L’envahisseur qu’on appelait « ennemi » ? Que reste-t-il de leur bravoure aujourd’hui ? Des croix dans un cimetière condamn...
Parcourir Poème Classique La lavande

Poème Classique

A son regard trempé dans un cristal d’orage Elle enroule la nuit et l’azur du matin Comme un lacet tressé d’un saphir de satin Et d’une goutte d’ambre au parfum de mirage. La perle de son or rouille le fin moirage De suaves reflets dont le long serpentin Distille la saveur d’un merveilleux festin Pour l’abeille assoiffée au bord de cette page. Sous l’éventail de l’aube elle bleuit le sol De son ombre endormie au bras d’un tournesol Echappé de la route où chante une cigale. Elle se cueille al...
Parcourir Poème Classique Une société plus mature

Poème Classique

Pourquoi discriminer cette féminité Aimée intimement, Vilement discernée Dans la réalité Et quotidiennement ? Quantité de fonctions Leurs sont pas accessibles, Réservées qu’elles sont Aux discriminations Rendant impossible D’accueillir sans façon Dans l’antre masculin Le labeur de la femme Valant un large prix, Car l’homme sibyllin Se complaît dans l’infâme Et usuel mépris. A travail identique, La femme est moins payée Que le sexe dit fort. Alors sus aux pratiques Dont on s’est appuyé Pour m...
Parcourir Poème Classique Le monde des rêves

Poème Classique

L orsqu’on approche doucement de la nuit E t que le silence prend place, M es yeux se ferment comme par magie, O ubliant le quotidien qui me terrasse. N uit…qui m’emporte dans le monde des rêves D ans lequel je suis la personne que je voudrai vraiment être, E t où vivre libre ne serait plus paraitre, D anser avec des licornes avec le vent qui se lève E t tourbillonner encore et encore, S ’émerveiller d’une pluie de météores, R êver de vivre sur une ile sucrée E crire des nuages dans le ciel ...
Parcourir Poème Classique L'envol des hirondelles

Poème Classique

C’est la fin de l’été On commence à apercevoir les couleurs de l’automne, Les feuilles des arbres se laissant tomber Dans le tourbillon des vents monotones. Fini les belles journées, Le temps gris reprend peu à peu sa place, Le soleil perd un peu plus de sa clarté chaque jour qui passe, Mais je regarde sans me lasser Le dernier spectacle que m’offre l’été… L’envol des hirondelles Vers des pays bien plus chauds, Comme un ballet dans le ciel, Une dernière danse avant le grand saut… L’envol des...
Parcourir Poème Classique Flamme jumelle

Poème Classique

Dans l'abîme de l'infini où naissent les rêves. Deux flammes jumelles, en secret, s'élèvent. Elles dansent, s'unissent, et puis s'éloignent. Dans un ballet éternel qui en témoigne. La première, ardente et d'une clarté pure. Brille de mille feux, d'une passion mature. Elle cherche son autre, son écho, sa moitié. Dans le vaste cosmos, dans l'éternité. Sa sœur, tout aussi vive, tout aussi brillante. Porte en elle un amour, une force puissante. Elle vagabonde loin, mais garde l'espoir. De retrou...
Parcourir Poème Classique Révélation

Poème Classique

Dans l'ombre d'un soir, le cœur en désarroi. Un être déambulait , sans joie, sans émoi. "Qui donc pourrait m'aimer ?", se disait-il tout bas. "Regardez-moi, je suis Celui que l'on ne choisit pas." Mais la lune, ce soir-là, d'un éclat nouveau. Lui montrait qu'en chacun brille un précieux joyau. Au sein du néant, perdu dans l'éther. Un souffle se cherchait, au-delà des désert. Dans le silence sourd d'un univers sans fin. Il murmurait : "Qui suis-je ? Un écho, un rien ? Sa quête l'emmena à l'au...
Parcourir Poème Classique Grâces tendres et aimantes

Poème Classique

Les pieds aux ongles vernis Marchant sur le sable chaud Attirent les pas du mâle Tous ses sens sont réunis Dans cet embrasé réchaud Ce cœur d’amour optimal Féminines et galbées Les jambes font accourir L’homme zieutant la foulée D’une donzelle enrobée D’un beau qu’il ne peut s’offrir Laisse les larmes couler Dandinant son popotin Devant le concupiscent Le ravissement agite L’attachement clandestin Aux amours effervescents Qui dans son esprit cogitent Une gorge déployée Sous un corsage moulan...
Parcourir Poème Classique Nuit de pleine lune

Poème Classique

Nuit de pleine lune Dans le ciel nocturne, une toile s'est tendue. Où la pleine lune, d'un éclat presque nu. Veille sur la terre sous la voûte éclairée. Faisant apparaitre les contours d'un monde enchanté. Sous son regard d'argent, l'obscur se fait douceur. Les ombres dansent, s'étreignent sans peur. La brise, passagère de cette nuit si claire. Chuchote aux arbres les secrets de l'univers. Les étoiles, complices, tissent en silence. Un voile scintillant de nos plus belles essence. La lune, m...
Parcourir Poème Classique Le printemps

Poème Classique

Le printemps Au cœur d'un monde en sommeil, ose. D'un souffle tendre, il dépose, Des perles de rosée, éclats du matin, Sur les bourgeons, promesses des lendemains. L'azur s'invite dans le ciel, beauté sereine, Ou Les arbres, en habits de lumière, scènent Un ballet de feuilles coloré jeunes et frémissantes, Danse au rythme d'une brise naissante. Sous la caresse du soleil renaissant, La terre s'éveille, délicatement, Offrant à nos regards émerveillés Un tableau de couleurs, un mélange raffiné....
Parcourir Poème Classique Pertinence Une mer de paix

Poème Classique

Le déchaînement d’élans S’exprime en actes violents Sur des êtres innocents Les écoulements de sang Noircissent l’humanité Les mots violents usités Sont ces genres d’explosifs Grandement persuasifs Pour l’esprit plein de violence Graves sont les nonchalances De tous les gouvernements Devant le déferlement Des images de violences L’Autorité fait silence Quand les chaînes cathodiques Sans censure méthodique Aux yeux du public étalent Crûment la force brutale Le cerveau est malléable L’homme peu...
Parcourir Poème Classique L'horloge des journées

Poème Classique

Le bec-croisé des sapins Garnit de ses cris les pins Le tintamarre perçant Résonne dans tout mon sang Lorsque son excitation Ou bien son appréhension Pouvant nous sembler frivole Se font entendre en plein vol La linotte mélodieuse Chante de façon radieuse La musique du gosier Est riche comme un rosier Sous de variations nombreuses les inflexions chaleureuses Reflètent l’accouplement Du mâle plein d’engouement Le venturon montagnard S’envolant sous le cagnard Émet l’onomatopée Qui de plainte ...