Connexion : supprimer Ou

Poèmes classiques en ligne - Bibliothèque

classique, néo-classique... Précisez le choix de votre catégorie.

Publier Poème Classique N'hésitez plus, venez publier un poème classique ! Publier Poème Classique

Parcourir Poème Classique Ton départ

Poème Classique

Un voilier rentre au port, la Méditerranée Berce insensiblement les coques et le jour ; Sur le quai, des amants mêlent leur destinée ; Un garçon et sa sœur au milieu d’une cour S’amusent un instant tout près des hirondelles. Sur une bicyclette, il fond le bloc de glace Bien avant d’arriver dans le café perdu ; Un chien, un ou deux chats ne prêtent pas leur place A cet habitué des lieux si assidu ; Ici, les fleurs des champs sont parfois immortelles. Il quitte son village, atteint la capitale...
Parcourir Poème Classique Le train, un coin d'enfance

Poème Classique

Débarrassé des pesanteurs Lorsque le train prend son élan, L'homme s'évade avec lenteur Des tracas lourds et accablants. Les tentacules d'une ville, Viles usines encombrantes, Plongent la souillure servile Dans les campagnes enivrantes Fleurant bon le pays fourré. Le soleil plein de mimosas Déroule avec ses doigts dorés Le tapis mouvant de colza Suivant à reculons l'oiseau De vénus, la blanche colombe Et la fauvette des roseaux ; Chantant à travers monts et combes. Le train, ce serpent à lun...
Parcourir Poème Classique Pertinence Les faits de la nature

Poème Classique

Un rayon de soleil Qui à l’aube relaye L’apparence nocturne La noirceur taciturne Pose avec nitescence Ma nouvelle naissance Sur la mort endormie Sur l’existence amie Le babil d’un oiseau Sur le bord d’un roseau Résonnant d’allégresse La mélodie caresse Les bords marécageux Des cours-d’eaux orageux Sous de joyeux arias L’eau coule avec furia Le parfum de la rose Sous l’empyrée morose Étale la gaieté D’une prairie d’été L’humeur de l’atmosphère Des nues croisant le fer Est rendue plus joyeuse...
Parcourir Poème Classique Ma Belle Allons Voir Si Les fleurs

Poème Classique

Ma Belle, allons voir si les fleurs Ma belle allons marcher, allons voir si les fleurs Ont toujours les odeurs qu’elles avaient hier Nous suivrons leurs secrets cheminements aux heures Fraîches que tu aimes, je me lève pour te complaire. Tu aimes tant ce moment, nous deux, ça et là Contemplons la nature, le quartier familier, Salut au voisin, et ces inaccessibles chats Nous narguent et ne se laissent jamais approcher. Nos jeux sur le gazon, je suis tout pour tes yeux Quand tu insistes, me sup...
Parcourir Poème Classique La douairière et la voisine

Poème Classique

La douairière, à la brune, Entr'aperçoit la camarde Qui lui conte l'infortune D'une fin à la hussarde. Dans sa tête brimbalante, La nuit déroule l'étoffe Des périodes accablantes Enserrant la catastrophe. Sur ses lèvres décaties, Les appels au secours tremblent D'espérances englouties Dans des nuits qui se ressemblent. La sonnette secourable De ses tréfonds retentit ; Dans la nuit impénétrable L'humain a pris son parti. Elle court sans réfléchir ; La belle aube l'enveloppe, Elle voit la nuit ...
Parcourir Poème Classique À un enfant du monde

Poème Classique

Toi, l’enfant aux yeux sombres qui fixes les étoiles Dis-moi ce que tu penses en regardant le ciel ; Aperçois-tu là-haut le grand aigle impérial Qui vole à ton secours avec son arc-en-ciel ? Il t’accompagnera si tu lui dis pourquoi Ton cœur attend toujours tes parents émigrés ; Sans doute parviendra-t-il à l’aide d’un carquois Muni d’un grand lasso un jour les retrouver ? Allons sèche tes larmes et confie-toi à lui ; Il sait combien tu souffres car son regard perçant Voit tout ce qui se passe...
Parcourir Poème Classique Le feu crépusculaire

Poème Classique

En ces temps de rigueur, d’extrême conjoncture, Je voulais vous écrire car je n’en pouvais plus De rester insensible dédaignant la nature N’ayant plus goût à rien, vivant comme un reclus. Je me suis mis en route ne sachant où aller ; En marchant à l’aveugle plongé dans l’inconnu, J’ai suivi des chemins pour mieux me consoler Dans l’errance inavouable des âmes mises à nu. Évitant les passages aux tracés péremptoires, J’ai relevé la tête en cherchant l’essentiel : J’ai senti la fournaise, tell...
Parcourir Poème Classique Le ciel nous gronde

Poème Classique

Jai dit: << Mon Dieu, tel que le ciel nous gronde, Je me suis souvent tout seul demandé À quelle longueur nous avons péché Pour que le ciel en veuille à tout le monde ? >> Dieu me dit: << Avez-vous un air détaché Des biens terrestres, des choses du monde, N'amassez-vous pas quelque somme immonde Au préjudice de la vérité ? >> J'ai dit: << Dieu, je cours la soeur du voisin, pour trouver l'argent, je vole au besoin. >> J'ai dit: << Dieu je confesse que ...
Parcourir Poème Classique Pauvre Amazonie

Poème Classique

Arbres on vous assassine Et l’idiotie se dessine Sur notre environnement Le terrien devient dément Les végétaux purifient La pollution qui défie La normale évolution Mettant en ébullition Les citoyens ingénus Croyant qu’ont est parvenu A rendre les gens conscient Que l’air pur est déficient Arbres on vous décapite Nombre d’oiseaux se dépitent L’homme les a démuni De leurs abris de leur nid Là les oiseaux sécurisent Les petits qui ne maîtrisent Le maniement de leurs ailes Pour s’envoler avec ...
Parcourir Poème Classique L'Interdite

Poème Classique

L’Interdite Quelques pas devant moi ta grâce naturelle Se donne à mon regard sous l’or des frondaisons Des rayons du couchant la lumière si belle Semble venue pour toi. Le goût, la déraison, De l’Interdite. Et puis tu disparais, au secret d’un virage J’entends ton chien qui joue dans l’onde éclaboussée Si bref instant qui m’a dévoilé ton visage Je te cherchais sans le savoir je t’ai trouvée Mon Interdite Et soudain devient quête cette randonnée Pourrai-je sur mes pas de nouveau t'entrevoir ? ...
Parcourir Poème Classique Comme naguère

Poème Classique

J’ai trouvé une aire Où faire un abri Tout comme naguère Sous l’arbre fleuri. Des feuilles orange Où vont s’épanouir Fleurs et mésanges, Tu vas te réjouir. L’air qu’on y respire Te fera du bien Pour tout te dire Ecoute- moi bien : Au loin se profilent De jolis ruisseaux Tout au tour défilent De verts arbrisseaux. Après deux virages Tu verras des champs Animés d’images Avec des marchands De fruits en cohortes, En deçà de là, Tu verras les portes De la maison ! Là Tout comme naguère Tu seras pa...
Parcourir Poème Classique Le monde est beau

Poème Classique

Ma tendre, ma chère, à nouveau je m’en vais. Marchant bien malgré moi au pays du Fayet Là ou dérivent les ridés et les blessés du cœur, et les soignants aussi parfois, vannés. Mais j’ai vu aujourd’hui écrit : « Le monde est beau ». Ah oui ? Serait ce Jade qui l’a dit, ça lui ressemble ! Mais elle n’avait pas parlé d’une potion Rire d’enfant, fleur d’oranger, qui fait que oui : Le monde est beau. Cette étrange potion, magique et volatile Est telle un détraqueur embrassant à l’envers : Une capu...
Parcourir Poème Classique Randonnée

Poème Classique

Les ardoises tassées qui roulaient sous nos pas, Pillées par les ruisseaux, faisaient des confettis. Le soleil du matin qui les nappait d’argent Dévoilait aux versants des milliers de Louis. Et le soleil semblait le seul explorateur De ce ciel océan qui posait aux glaciers Des cascades glacées dévalant les hauteurs Comme s’il s’égouttait des grands pics enneigés. Nous avons vu des lacs dans ce désert du ciel Où paissaient des chamois, des vaches, des marmottes ; Et puis dans l’herbe grasse, p...
Parcourir Poème Classique Indifférence

Poème Classique

Dieu nous a fait, dit-on, à son image, Mais dans l'ennui, quand on veut lui parler, La voix qu'on sort n'atteint pas son rivage, Et nos longs cris meurent sans arriver. Nous continuons ainsi dans la misère Des jours, à nous regarder sans amour Questant fort pour une réponse claire Comme si Dieu nous était un peu sourd. Nous avons bu l'eau de l'indifférence, Depuis, nous sommes dans l'intolérance, Et puis, Dieu s'est détourné de nos pas. Car il a vu qu'on est dans la méprise, Le sensible sur ...
Parcourir Poème Classique L'étoile de ma vie

Poème Classique

Le fanal de mes nuits Me distrait des ennuis Incrustant ma personne De ce noir qui façonne Ma piètre destinée Ô tendre dulcinée Ta présence éclairée Me montre l’Empyrée De ton beau sentiment Qui jamais ne me ment A ton éclat je brille Et l’amour pour toi vrille Le soleil de mes jours Me réchauffe toujours Aux rayons de ton astre Je deviens Zoroastre La sagesse éternelle Se moire à tes prunelles Ô femme tu ranimes Les rires magnanimes D’un cœur ressuscité Au feu de ta beauté Ton gracieux port...
Parcourir Poème Classique Le pire ou le meilleur ?

Poème Classique

? Ouvrant un intermède en cette canicule, Je me suis convaincu que je serai bien mieux Dans un coin ombragé propice au crépuscule, Pour trouver la fraîcheur et changer de milieu. Joli le mois de mai lorsque tout est fleuri ; Bientôt ce sera juin et l’été qui approche. Période d’insouciance, loin des tracasseries, Quand on se laisse aller sans aucune anicroche. L’actualité « brûlante » de crainte nous imprègne : Les mauvaises nouvelles arrivent tous les jours. Est-il bon de gémir, est-il bon q...
Parcourir Poème Classique Mihrimah

Poème Classique

Sainte Vénus, souriant à ma banale cour Du marteau de l’Univers qui lui sert de monture Frappa mon être, sorcière ! Ô rage de l’amour ! Celui qui toujours nie cachait donc ta vraie nature. Car rendu au cheptel de ces vies apocryphes Le froid malin dessine mon cœur en preux apatride. L’amour promet comme éccéité ce seul récif : Le cachot d’une durée finie sans vie et perfide. Aucun temps n’attente à son visage d’une ride Son souvenir éternel, impédiment, m’étreint De ténèbres quotidiennes. Vi...
Parcourir Poème Classique Sur la joue rosie de tendresse...

Poème Classique

Imagination porte-moi A mille lieux de mes émois Ô combien de fois térébrants Jusqu’à l’heure où la peur me prend Puisse mon esprit m’amener Vers cet azur instantané Où l’épouvantement se fond Dans le bleuissement profond Des stratosphères éthérées Prenant le goût de l’empyrée Loin de la grisaille abyssale Blessant mon épine dorsale Chimère puisse-tu m’aimer Pour que je cesse de ramer Dans la fange marécageuse De l’exécration ombrageuse Extraie-moi de la boue pesante Collant de façon malfais...
Parcourir Poème Classique La plume moribonde

Poème Classique

Interpellant mes rêves en témoins survivants, J’ai écouté, pensif, la complainte des vents ; J’attendais leur secours pour rejeter l’angoisse D’une vie perturbée dérisoire et coriace. Les rêves se sont enfuis emportés par le doute ; Les vents, silencieux, cachés dans la rocaille Ont perdu tout espoir, broyés par la déroute En s’avouant vaincus, ils ont fui la bataille. … La plume qui me servait de soutien et de guide S’est enfuie tout à coup, me laissant orphelin. Sur la page oubliée, rouge e...
Parcourir Poème Classique Notre passage

Poème Classique

J’ai semé sur la lune un bouton d’avenir: Les alouettes des prairies Danseront dans tes yeux, la paix va revenir, Les étoiles des librairies. J’ai appris à compter sur les doigts de l’amour Et je suis riche d’aventures, Même l’arbre fruitier a compris mon humour Pour oublier mes courbatures. J’ai créé un canot pour vivre sous les ponts Et tenir toutes mes promesses; Tous les poissons des cieux font librement d...
Parcourir Poème Classique Pertinence Dites-le avec des fleurs

Poème Classique

Maints cœurs s’arrêtent au symbolisme des fleurs Les sentiments des humains prennent de l’ampleur Quand se promenant dans l'espace chamarré L’intime est par tant de signes accaparé L’amaryllis la fleur étalant le triomphe Répand l’allégresse et excite l’âme à donf Sa couleur flamboyante s’allie de concert Avec les êtres fêtant leur anniversaire L’anémone la fleur aux nuances diverses A raison de notre disposition perverse Elle nous chante qu’après les difficultés Nous avons droit aux moments...
Parcourir Poème Classique L'amour de la vie

Poème Classique

L’amour de la vie Ce matin, levé tôt, j’ai ouvert la fenêtre, Le ciel enchifrené m’a quelque peu déçu ; Cependant, doux et pur, un souffle de bien-être M’a suggéré des mots que je n'avais pas su… … Imaginer vraiment dans leur force vitale , La beauté essentielle d’un monde en devenir ; Produit d'une passion fraîche et sentimentale Qui s’est perdue au fond de tous les souvenirs. Une fleur épanouie, le chuintement d’une aile, À vrai dire sont bien peu pour les indifférents. Et pourtant, à nouve...
Parcourir Poème Classique La guerre fratricide

Poème Classique

Odeurs pestilentielles de la ville éventrée S’élèvent vers le ciel qui pleure de détresse. La guerre est un désastre, pourquoi ne pas jeter Ces armes démoniaques, terribles et vengeresses ? … Regardez ces enfants, ces parents mortifiés Fuyant sous les décombres en courant dans la cendre ; En boucle les médias sous nos yeux horrifiés Décrivent les tueries et l'effroi qu’elles engendrent. Ce pays est en guerre et non loin de nos portes ; Comment peut-on l’aider ? Avec de beaux discours ? Armons...
Parcourir Poème Classique Bénis sois-tu, musicien

Poème Classique

Toi le violoniste des rues L’allégro s’extrait du boucan De la circulation urbaine Flattant les oreilles férues D’un mouvement les embarquant Dans la jubilatoire aubaine Le tendre timbre de la flûte Éparpille dans une ruelle L’adagio combien langoureux Un déferlement de volutes Emplissent de sons sensuels Le cœur soudainement poreux L’andante que joue le pianiste Dans l’antichambre d’une gare Accompagne des afflictions Les sonorités humanistes Sèchent les humides regards En quête de consolat...
Parcourir Poème Classique Nouveau né

Poème Classique

Petit ange dormant, tout pâle, abandonné. Si petit à nos yeux de grands, étonnés. Tu nous laisses contemplatifs de ta merveille, Tandis que, non loin de là, ta mère te veille . Petite terreur qui crie à s'époumoner, Tu ne cesses pas de nous impressionner ! Toute gorge offerte et largement déployée, Vers la lourde poitrine dûment employée . Petit tétard tétant avec tant de douceur Et tant d'impatience à la fois dans ton coeur ! Tu sèmes autour de toi le champs du bonheur, Et toutes les raison...