Connexion : supprimer Ou

Bibliothèque : Tous les Textes

Navigation : > Bibliothèque > Tous les Textes
Parcourir Poème Hydra

Poème

Sept cous sept têtes sur un corps amphibien, Me rebattent les oreilles sans aucune permission, Pour me dire le vrai, le beau et le divin, Assener vérité, morale et solutions, A mon esprit lourdaud refusant soumission. La première, verbeuse, annonce sans préambule : Il faut savoir écrire, compter, faire des calculs, Pour mériter sa place, faire valoir sa valeur, Obtenir sa licence, sa maîtrise, son bidule, Afficher sur son mur la preuve de sa grandeur. Cette tête je la coupe, la laisse tomber...
Parcourir Poème Classique La fin du chaos

Poème Classique

Je veux comprendre… Comment le monde en est arrivé là. Je peux entendre… Tous ces cris, toutes ces voix, Qui se répandent… A travers les vents, les au-delàs. Je vois leurs ombres… Qui s’abandonnent pas à pas, Vers l’outre-tombe… Vers un futur qui n’existe pas. Quand la nuit tombe… Les masques apparaissent déjà, Cachant la peur, la honte… De ceux qui errent ici et là. Qui peut prétendre… Sauver ce monde de son trépas ? A chaque seconde… Le chaos s’installera ! Douce hécatombe… Les survivants ...
Parcourir Poème Classique Paroles d'enfants

Poème Classique

Les langages du bébé En larmes vont s’exhiber ; Quémandant sa nourriture, La tendre progéniture Sous l’abondant larmoiement Fait appel à sa maman ; Son lait coule sous son toit ; Le mamelon le tutoie ; Maternellement aimé. Il s’endort à poings fermés. La menotte du bambin, C’est l’aile du chérubin Venant caresser la joue Du paternel, son bijoux, Qui scintille de tendresse Quand le bambin le caresse ; Le père est au paradis : Son geste vaut les beaux dits. La brillance de ses yeux Réfléchit o...
Parcourir Poème Chimères d'un Amour Inaltérable

Poème

Au lever du jour naissant, nos âmes s'ouvraient, Tissant des liens de mystères partagés, échos d'une harmonie naissante. Moi, fils de la croix, embrasé par un amour infini, Rêvais d'un chemin à deux, sous le ciel étoilé, baigné de lumière et d'ombres. Mais dans le recoin le plus secret de son être, un orage de doutes grandissait, Sous la lumière du croissant, un gouffre s'étendait, marqué par notre foi divergente. Mon amour, tel une étoile bravant l'obscurité, cherchait désespérément son ref...
Parcourir Texte Gens de pouvoir

Texte

Un paquet d’entre nous pour ne pas dire la plupart pensent que le pouvoir c’est l’argent, la gloire, la position sociale, l’hôtel particulier, les résidences secondaires, l’une dans les hauteurs de Saint-Tropez, l’autre à Avoriaz et la troisième en Floride, le jet privé le yacht et le parc automobile, sans oublier naturellement le carnet d’adresses… Certes, à moins que l’on n’y soit maladivement allergique ou simplement borné, on ne peut nier que cela offre une multitude de possibilités. Mai...
Parcourir Poème Ma fille

Poème

Par tes expirations tu assainis mon air, Fraicheur géométrique, cube et cercle à la fois, Je me souviens du jour où tu es apparue, Je me souviens du jour où j'ai le plus vécu. Si fort étaient tes cris vibrants à mes oreilles, Que j'ai eu aussitôt hâte d'y répliquer, En mots, bien entendu, en formules rebelles, Tout en y ajoutant une atypique beauté. Ton image tridi plus toutes celles repliées, incertaines, ondulées et indéterminées, Cordes et nœuds liquéfiés en vaporeux trémail, Capturant mon...
Parcourir Poème Classique Ruelles de chansons

Poème Classique

Ses ailes de couleurs vrombissent de désir Comme des perles d’or à la chair de cerise Que les baisers du soir recouvrent d’une brise Retouchant la lumière aux pinceaux du plaisir. Des masques en papier dérobent à loisir La molle liberté de chercher la surprise Dans un verre de vin aux reflets de banquise, En poursuivant le temps sans jamais le saisir. Les platanes touffus d’une fraîche terrasse Farfouillent l’univers de leur lourde tignasse Egrenant de la soie au bord d’un mur penché. Et tan...
Parcourir Tranche de Vie L'écriture, don de création ou mission ? (26)

Tranche de Vie

Un jour j'ai ressenti le besoin d'écrire au plus profond de mon être... Qu'est-ce qui peut bien nous pousser à passer à l'acte sans aucune formation, qu'est-ce qui motive cette démarche de laisser l'encre tacher la page vierge, de nos réflexions ? Est-ce écrit quelque part ou serait-ce notre destinée de devenir des scribes, mémoires alambiquées de l'histoire sur le fil du temps de nos vies éphémères ?
Parcourir Poème Hiver

Poème

Neige fraîche Le matin est blanc Silence apaisant Dans le brouillard, Un rouge-gorge chante Un blues des neiges, Qui résonne dans l'âme, Comme un écho de printemps. La neige fond, Le vent souffle, la pluie tombe, Toujours l'hiver. Sous le vent d'Ouest Les feuilles de l'eucalyptus Une valse à mille temps. L'hiver dans mon jardin zen Une taupe s'est installée Elle creuse, creuse sans fin, Des tranchées, des monticules. Waterloo, morne plaine. Dans l'herbe verte Quatre poules picorent, L’œil du...
Parcourir Poème Lumière marine

Poème

Le ciel royal souffre notre villégiature Sous la clairière au mirage près du récif, Ce haut monarque de l’azur contemplatif a Capture ta poitrine dans son armature. L’horizon délivre sa corbeille exotique ! Quelques ténèbres étrennent le Graal maritime Et le matin céleste complimente l’abîme ; L’antique lune, doyenne des grâces, abdique. Porté au nectar insulaire des chaumières, Mon châtiment volatil heurte le zéphyr Courtisant la voile fantôme du Pamir Associée de sentinelles printanières. T...
Parcourir Poème Clémence en vacances

Poème

Il a 15 ou 20 ans, 30 ans, 50 ou plus, Son âge s'est fixé aux premiers pas dehors, Un marnage perdu, coincé à marée basse , Une houle négligée qui n'atteint plus vive-eau. Il ne se lève jamais que pour battre en retraite, D'un été acharné, d'un soleil harceleur, Brasero diabolique qui lui brule les yeux et lui tanne la peau. Embarquant avec lui un matelas défoncé, Un carton faisandé par des fluides amers, Un vieux caddy rouillé pour lui tenir la main, Il s'évade vers la mer profitant de l'hi...
Parcourir Poème Classique Charles Trenet

Poème Classique

Au bout de chaque rue au balcon de la lune, Sa voix court sous l’écho d’un lointain échanson Que le vent en riant brode d’une chanson Pour égayer la mer d’une robe de dune. De Gruissan endormi tout près de la lagune Aux salins de l’Ayrolle en fil de paillasson Son chapeau de soleil aux notes de basson Chatouille dans le ciel les âmes une à une. Il se glisse sans bruit sur les ponts du faubourg Le cœur ébouriffé par un coup de tambour Qu’en passant l’hirondelle a cueilli d’une ganse. Les larm...
Parcourir Journal intime Sensorialité

Journal intime

(Partie I - J'écrirai une seconde partie quand j'aurai eu mon casque) Je vais pour me promener. Il fait beau. Si beau. Le soleil enfin fait son crâneur. J’aime bien. Les tulipes du jardin municipal friment elles-aussi. Et je ne vous parle même pas des oiseaux qui jouent aux artistes, ils se croient sans doute sur le podium de « The Voice ». Après tout, ils ont raison. C’est chouette la vie les jours de printemps. Ni trop chaud. Ni trop froid. Je suis en extase devant les couleurs, les chiens...
Parcourir Inclassable Lettre T

Inclassable

T Transfert (n.m) Ph. tʁɑ̃sfɛʁ Def.1 Action qui consiste à déplacer d'un point A (nommé ainsi par manque d'imagination) à un point B (nommé ainsi par fatalité) un objet quelconque à seule fin de ne pas le laisser là où il est. Exemple: J'ai transféré l'urne de ta mère du salon vers un point B. Si tu la cherches, tu sais donc où la trouver. Def.2 Action qui consiste à transférer une somme d'argent d'un compte X (nommé ainsi) à un compte Y (nommé autrement) afin de payer ses dettes et donc de s...
Parcourir Poème La raison est liquide

Poème

Solide Là où rien ne bouge. Apathie totale, battements zéro sous la masse accablante d'un temps en cessation, Permanence pétrifiée qui encombre l'esprit, obère ses projections, brise sa moindre vue, Horizon obstrué, paysages blessés, perspectives tendues, Ne reste que le calvaire d'un écoulement perdu. Attente Plasmatique Bloc d'osmium pilonné sans relâche, offensive au laser, offensé par les flammes, Désopprimer la voie, désagréger l'obstacle Toute la force du monde peut ne pas y suffire. Q...
Parcourir Poème Cocktail d'anniversaire & Porte bonheur

Poème

Cocktail d'anniversaire Une aquarelle, Deux tourterelles, Une escapade au musée, Une cuillère à thé, Trois amis, Quelques bougies, Un chouette noeud Dans tes cheveux, Ton si joli sourire Pour notre plaisir. Un rayon de soleil, Pour caresser ton coeur Et te déposer au réveil Ce poème en prose, Deux ou trois roses, Et un baiser porte-bonheur. Porte Bonheur Toi que j'imagine Si frêle et gracile, Reçois ce trèfle Couleur de l'espérance. Une foliole pour la vie Une autre pour la beauté La troisièm...
Parcourir Poème Classique Le canal de la Robine

Poème Classique

Il longe sans souci les vignes du terroir Comme un ruban de ciel sous un bord de voilette Que l’ombre et la fraîcheur d’une encre violette Remplissent d’un mystère aux bouches d’un tiroir. Sa peau de songe fluide et son tain de miroir Bleuissent le soleil d’un éclat de paillette Emprisonnant le temps d’un tour de cordelette Qu’une écluse lointaine illute à son soufroir. Puis il traverse encore un paisible village Sous le coquet duvet d’un platane volage Dont l’écorce entrelace un cœur et deu...
Parcourir Poème La chorale des sentiments

Poème

La gardénia couvre de blancheur, D’ingénuité sincères , Les secrets qui s’empourprent Dans la moelle de l’amour ; Cette fleur traduit le langage Des paroles qui rougissent Au feu d’un cœur épris. Le glaïeul exprime avec couleur Sa mainmise sur l’âme et le cœur ; Des pointes fleuries Impressionnent l’amour Avec les teints du firmament, L’arc-en-ciel des sentiments. L’hibiscus, fleur féminine, Susurre la féminitude ; Fleuron de la féminité Il orne l’auréole pilleuse La gent du sexe dit "faible...
Parcourir Poème Classique Ne pas oublier

Poème Classique

Les champs de bataille regorgent de héros, De morts inutiles, de soldats inconnus, D’histoires d’hommes qui se sont battus Pour un idéal, pour un drapeau. Combien de pères, de fils ou de frères ont été tués Pour une chimère que l’on appelle « liberté » ? Combien ont tout quitté et sont partis Pour aller défendre leur mère-patrie, Pour aller combattre, la fleur au fusil, L’envahisseur qu’on appelait « ennemi » ? Que reste-t-il de leur bravoure aujourd’hui ? Des croix dans un cimetière condamn...
Parcourir Poème Tourbillon de couleurs

Poème

Une tache de rouille au bord d’un tablier Inonde l’univers d’un parfum de cigale Et du trouble poison d’une jeune mygale Suspendue aux fils d’or d’un immense espalier. Chaque pas du soleil le long d’un muflier Résonne dans le ciel comme un coup de cymbale Quand déjà sous le toit de cette abbatiale Se blottit le raisin d’un cloître templier. Le miel soudain serpente au cœur de la garrigue Et mélange son sang à celui de la figue Selon la tradition des peintres du terroir. Quelques miettes d’or...
Parcourir Poème Hâte de se retrouver

Poème

La route est loin La route est longue D’ici à mon cœur D’ici à ton cœur Cœurs hésitants Cœurs en suspend Cœurs saisissants Sur les ailes d’un fétu de paille Aérien, sibyllin Sur les flottaisons d’une brindille Légère, diaphane Le souffle vibrant Te cherche T’espère Te guette Te respire T’aspire Et soupire Dans l’attente D’un son D’un mot D’un regard D’un sourire D’une caresse Espérance, espiègle Tournoie, se joue De Toi, de Moi De Nous Désir, farceur S’exclame et piaille Et s’accroche A Toi, ...
Parcourir Poème Classique La lavande

Poème Classique

A son regard trempé dans un cristal d’orage Elle enroule la nuit et l’azur du matin Comme un lacet tressé d’un saphir de satin Et d’une goutte d’ambre au parfum de mirage. La perle de son or rouille le fin moirage De suaves reflets dont le long serpentin Distille la saveur d’un merveilleux festin Pour l’abeille assoiffée au bord de cette page. Sous l’éventail de l’aube elle bleuit le sol De son ombre endormie au bras d’un tournesol Echappé de la route où chante une cigale. Elle se cueille al...
Parcourir Poème Au niveau de l’amer

Poème

Non tu ne m’auras pas Non tu ne gagneras pas Tu ne m‘entrainera pas si bas Dans tes fosses nauséabondes M’intéresse pas tes putains d’ondes Rien de toi, je ne te veux pas Même quand mille bonnes raisons s’offrent à moi Non tu ne m’auras pas Tu pourras pousser le chant des sirènes Ou celui des cigales mâles Qui ainsi appellent leur belle Non je ne descendrai pas Rejoindre ta foule de fidèles Qui tirent des mines de six pieds Et sont par la frustration rongés Non tu ne m’auras pas Tu ne m'entra...
Parcourir Poème Toi moi nous & TER Mélancolie

Poème

Toi moi nous Deux petites bises le matin Et puis plus rien, Toujours le même refrain. Alors je prends le train... Pour m'éloigner de Toi moi nous Fuir ce bonheur A trois cents kilomètres heure. Toi moi nous! Et quand j'arrive à Niort Ironie du sort Je suis seul à nouveau Avec Toi moi nous! Une fois de retour, Joli méli-mélo, Toujours le même discours... Toi moi nous! TER Mélancolie Le paysage défile Aussi vite que ma vie. La rivière en crue Deux coquelicots perdus. Mon esprit erre, Dédale ine...
Parcourir Article L'Armagnac relève la mêlée

Article

« L’Armagnac relève la mêlée » C’est écrit sur la première de couverture. Vous tenez en vos mains un polar gourmand écrit à quatre mains par un journaliste épicurien, Jacques Garay, et un chef étoilé, Jean Claude Tellechea et préfacé par Pascal Ondarts, joueur de rugby à XV ayant remporté trois éditions du Tournoi des cinq nations, et devenu restaurateur sur la Côte Basque. Si les amateurs de polars seront un peu déçus par ce roman – poursuite, car la mise sous tension du lecteur est moindre,...