Connexion : supprimer Ou

Un mariage sans amour - Texte

Texte "Un mariage sans amour" est un texte détente mis en ligne par "Ancolies"..

Venez publier un texte détente ! / Protéger un texte détente

Un mariage sans amour

 

Plus ça va et vient, plus hier devient chaque jour qui passe plus vaste que demain, plus l’impitoyable horloge égrène ses imperturbables mesures, plus la forme de ma pensée prend celle de l’écriture. Près des deux tiers de mes pensées apparaissent comme le début d’un texte, vers libres ou prose. C’est dire dans quelle prison rose je me suis seul enfermé. C’est dire le vélodrome de ma névrose. C’est dire aussi l’ordre des choses, tandis que ma vie durant j’ai défendu le désordre des choses. La réalité de ce monde est plus simple : il y a la souffrance (incluant l’amour) confrontée au désir de plaisir (incluant également l’amour) et la mort. Rien d’autre. Nous n’avons plus que l’impossibilité des choses à nous jeter l’un l’autre à la figure. Les humains les plus nantis de notre planète recherchent à la vitesse de la marée remontant vers le Mont Saint Michel la solution du néo-humanisme. Les scientifiques qu’ils rémunèrent grassement à cette fin ont - c’est bien le moins - trouvé les solutions pour l’extraction et la conservation de l’ADN de l’individu mais avancent peu sur le clonage qui se grefferait sur un nouvel individu en état de pensée et de marche. Mais ces humains les plus puissants qui engendrent ces travaux n’ont plus la possibilité matérielle de dire je patiente. La technologie avance à match 3 mais eux ont, à minima, une génération scientifique de retard. De plus la lassitude n‘a pas été éradiquée. Que feraient-ils, que ferions-nous d’une vie éternelle ? Si elle est indiscutablement et infiniment belle, la mer n’en est pas moins cruelle. La condition néo-humaine, toute intemporelle soit-elle, n’échappera pas à la mélancolie. La mélancolie est le plus puissant des poisons. A toute chose elle répond par une question. C’est la raison pour laquelle le mot pourquoi apparaît comme la seule réponse envisageable à la sempiternelle question parce que. Jésus a multiplié le pain, le vin, le poisson. Nous avons multiplié les manquements. Le temps a passé mais rien ne pourra modifier le fait que j’ai été l’un de ses premiers amants, même si elle l’a oublié depuis longtemps. Outre les manquements il y a les trahisons. Existe-t-il un unique juste, un seul incorruptible ? Existe-t-il un humain, enfant ou adulte, chez lequel l’idée d’inceste n’a pas affleuré ? Moi, répondront en toute bonne foi quelques belles âmes. Qu’est-ce qu’une belle âme ? La personne qui donne à 100% à l‘autre la possibilité de la confiance en soi et de la liberté. La seule aristocratie qui soit, qui vaille, est celle de la conscience.

  

C’était un mariage sans amour. Un mariage de vieux. Comme s’il en pleuvait. Il faisait juste partie du grand cycle, l’incapacité notoire des êtres à rester seuls. Malgré le temps passé, lui avait toujours peur des femmes. Et elle ? Il aime les beaux noms, m’avait-elle confié d’un ton ravi, alors qu’elle s’apprêtait à porter le sien. Et du côté des plus jeunes ? Bah la jeunesse est insolente. Et souvent si bête. Ses privilèges sont immenses mais d’une part elle n’en a pas conscience et d’une autre elle ne connaît pas l’indulgence. Il n’y a pas d’amour sans indulgence. Un mariage créé l’illusion de la joie. Mais la seule joie qui soit sont dans les premiers pas de l’enfant. J’ai entendu des pas dans la nuit, j’ai vu des larmes couler le long d’un rocher marqué de suie, couler le long d’une belle et langoureuse journée. Le mot écrivain est mal formulé. Dans écrivain il y a vain. Dans écrivaine il y a vaine. Pourtant, sans eux sans elles nos vies seraient unidimensionnelles. Long comme un jour sans livre. Très long comme un jour avec un livre très chiant m’a-t-on répondu avec raison. Les néo-humains ne connaîtront pas ce problème. Les néo-humains ne vivront éternellement que pour le sexe et la mélancolie. C’est bien Dieu qui a créé la libido ou j’ai mal compris. Mais ce n’est pas Dieu qui créé les néo-humains. Ce sont nous, leurs ancêtres. Du temps où les secteurs de la cosmétique et de la mode comptaient parmi les plus importants des marchés. Du temps où l’Afrique noire faisait office de poubelle à vêtements de l’Occident. On a 80 ans et on est toujours aussi prétentieux, pompeux et petit con. Il y a longtemps que l’on n’a plus de dents mais l’on est toujours autant prétentieux, pompeux que petit con. Spécimen parfait, il m’en a presque ému le bonhomme, m’en a dit un ami. Pas moi. Il ne m’a pas ému, il m’a insupporté. En réalité, dans nos cerveaux nous décédons dans la position physique du fœtus. Je me suis souvent demandé la raison pour laquelle les chambres terminales des ephad n’avaient pas adopté la forme d’un utérus. Fœtus bouche cousue répond la mère perverse narcissique du haut de son nuage de pluie agressive et acide. Pris sur le fait, j’ai attrapé un décamètre et mis bout à bout tous les petits bouts du grand tout. Ceci accompli il n’y avait rien. C’était un pur-sang bleu mais, pour voir, on tranchât une veine au niveau du garrot. Il n’avait plus de sang.

                    

                                                                                                                                                                                   

Partager

Partager Facebook

Auteur

Blog

Ancolies

18-11-2022

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Un mariage sans amour appartient au recueil Nouvelles du monde

 

Texte terminé ! Merci à Ancolies.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.