Connexion : supprimer Ou

La poupée remaqée - Texte court

Texte court "La poupée remaqée" est un texte court mis en ligne par "Ancolies"..

Venez publier un texte court ! / Protéger un texte court

La poupée remaquée

 

Lorsqu’un couple de mes connaissances se sépare, ou que l’un des 2 conjoints décède, souvent je téléphone régulièrement à celui ou plus souvent à celle qui est restée sur le carreau. Pour prendre des nouvelles, voir si elle s’en tire, si elle ne va pas trop mal etc… C’est mon devoir d’humain. Or, très souvent, j’apprends, en général pas de l’intéressée mais par la bande, que la dite intéressée s’est déjà trouvé un nouveau chéri. Tant mieux pour elle mais je me demande quelle est cette incapacité à rester seul(e). J’ai remarqué que très souvent, dans le cadre d’une séparation, les femmes ne restaient donc jamais souvent longtemps seules. Presque aussitôt séparée, presque aussitôt remaquée. J’ai déjà écrit sur le sujet, mieux vaut être seul que mal accompagné comme dit la sagesse populaire, un adage qui ne semble guère très respecté. Oui j’en ai déjà parlé, je ne vais pas me répéter. Néanmoins cela m’épate toujours. Les gens, les amours sont-ils interchangeables ? N’importe quel homme vaut-il n’importe quel homme ? A voir la réalité des choses, on pourrait aisément croire que oui. Quelle valeur donc attribuer aux sentiments ? Pas grand-chose à constater les faits. Et je me sens idiot d’appeler quelqu’un qui s’est déjà disons tiré d’affaire pour lui apporter mon soutien dont il n’a manifestement plus besoin. Et qui bien souvent lui devient pesant. Voilà ce que c’est de jouer les bons samaritains. Les bons crétins oui. Et pourquoi les intéressées ne me disent-elles pas qu’elles ont un nouveau chéri ? Peut-être par culpabilité. Parce qu’elles n’auront pas été 2 mois fidèles à l’amour disparu ? Parce qu’elles ne s’en sentent pas très fières ? Elles avancent me direz-vous. Elles s’enfuient plutôt répondrai-je, une fuite en avant pour ne pas avoir à affronter la solitude et les questions sur soi-même qu’elle génère. Ah que l’âme humaine est souvent lâche. A côté de cela il y a tous ceux qui pointent à la solitude, pas toujours et même rarement choisie. Pourtant la solitude offre une grande liberté, fort appréciable. Prendre la route que l’on veut lorsqu’on le veut. Une journée devant vous sans aucune obligation ou contrainte, journée où vous vous couchez, vous levez, mangez ou jeûnez, bouquinez, rêvez, geignez - non pas geindre, forbiden, verboten - et faîtes ce qui vous chante exactement quand et comment cela vous chante. Mais pour cela il faut être un minimum équilibré dans sa tête et autonome. Ce n’est pas si fréquent. Ah que l’âme humaine est tortueuse. Qui ici-bas est réellement fondamentalement heureux de son sort ? Pas grand monde je le crains. A ma droite ceux qui se font c… en couple, à ma gauche les autres qui se font c… avec leur solitude. Pourquoi Dieu créé t’il tant de malheureux ? Vous ne croyez pas en Dieu ? Que m’a dit récemment une ardente croyante ? Qu’il ne fallait pas comprendre pour croire mais croire pour comprendre. Par contre personne ne m’a jamais dit comment croire. J’ai guetté le moindre signe pourtant. Mais cela n’a jamais fonctionné. Il paraît que de toute façon ce n’est pas comme cela que ça marche. Mais personne jamais ne m’a dit comment cela marchait. Cette pauvre humanité est bien mal foutue. Et mal barrée en ce 21ème siècle où les catastrophes s’accumulent, peut-être le siècle de tous les dangers. Guerres de pouvoir, guerres de religions, guerre économique, guerre sociale, guerre climatique etc… Des optimistes (encore des croyants) balaient le profond mouron que je me fais d’un revers de main et me disent insouciants : Bah ! C’est toujours pareil, les guerres ont toujours existé. Oui mais pas la guerre ultra-technologique, peut-être nucléaire, celle de la communication, celle des foutus réseaux sociaux qui font des générations d’idiots. Que faire ? A ce jour je n’ai trouvé qu’une solution : faire son boulot quoiqu’il arrive et laisser le score s’afficher. Faire son boulot et ne même pas se préoccuper du score. Non, ce n’est effectivement pas nouveau, qui ne l'a pas dit, on marche sur la tête. Et roule la planète !  Quel était le titre de mon avant-dernier album de chansons dédié aux enfants et adolescents ? Avec ce qu’on leur laisse. Ce n’est pas pour moi que je suis inquiet, un jour un jour vient où hier est plus vaste que demain et j’ai dépassé ce jour depuis longtemps. Même si je disparais demain dans un grand cataclysme l’essentiel de ma vie est derrière moi, mais nos enfants ? J’en connais un bon paquet - d’adultes, pas d’enfants - qui devraient se sentir cramoisis, honteux, mais ce n’est évidemment pas le cas. Après moi le déluge, ainsi pensent-ils. Ce ne sont pas les scrupules qui les étouffent et ce n’est guère brillant. Une autre solution : la vie humaine, la terre ne sont qu’une farce de mauvais goût. Oui, on pourrait voir les choses comme cela. Peut-être cela laisserait il nos esprits plus tranquilles. Allez, dormons sur nos deux lauriers, nous l’avons bien mérité. Oui mes lauriers sont lourds, disait tout fier dans une contre-allée l’ours à la poupée. 

 

Partager

Partager Facebook

Auteur

Blog

Ancolies

10-02-2024

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
La poupée remaqée appartient au recueil Nouvelles du monde

 

Texte court terminé ! Merci à Ancolies.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.