Connexion : supprimer Ou

Journal d'Harold, au commencemen... - Biographie & Autobiographie

Biographie & Autobiographie "Journal d'Harold, au commencement..." est une biographie mise en ligne par "Gg de Bacquey"..

Venez publier une biographie ! / Protéger une biographie

Page : Lire Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 Lire la suite

  Vendredi 17 Mai 2002 .

Retour à Tiznit ...

Comme prévu la veille , on lui fait rencontrer le soit-disant unique guide officiel de la veille ... Il prétend avoir été formé à une école de guide ... Bon , il a l'air d'un brave type et fait correctement le job ... Découverte du souk des bijoutier autrefois tenu par les Juifs ( Tiznit a pendant longtemps tiré sa réputation dans la fabrication de bijoux d'argent et d'or , grâce aux mines des environs ) ; d'un café atypique des années 1900 ; de maisons juives ; d'une mosquée de type soudanais ( les espèces de piquets en bois transversalement plantés ont été plantés afin de chasser les mauvais esprits )  et ces ruines de maisons à l'extérieur des remparts , détruites par les répercussions jusque là du séisme d'Agadir de 1960 .

Dommage ce manque d'éducation des gens à l'environnement , vient gâcher le paysage par ce jet d'ordures un peu n'importe comment . Il faut avouer qu'au Maroc avec son lot de misères , bon nombre de nationaux ont d'autres chats à fouetter que les questions environnementales ... 

La visite , comme de bien entendu ( il faut que le guide touche sa petite commission ) s'achève chez un bijoutier ... L'occasion de discuter avec un nomade du désert y travaillant . Il apporte des bijoux traditionnelement réalisés dans des familles ... Harold se laisse tenter par cette croix du sud qui proviendrait de la région de Dakhla ... 

   Direction la côte Atlantique , un peu plus au sud , après la petite escale à Tiznit .

Aglou Plage , offre les charmes d'une petite station balnéaire pour l'instant ( du moins en cette arrière-saison ) , peu anthropisée ... 

La sinueuse route menant à Sidi Ifni , avec ses côtes rocheuses , ses micros-vallées agricoles s'avançant dans l'océan et les restes quelquefois d'un ksar du haut de contreforts montagneux , offre de bien joils panorames . À quelques kilomètres , Sidi Ifni apparait joliment comme une tache blanche encadrée de falaises . Néanmoins sur place , la ville laisse le souvenir d'un style colonial espagnol plus ou moins abandonné . Tristesse renforcée par la grisaille du ciel ... 

  De retour à Agadir sur le soir , Harold se dit que la curiosité de la vie intime d'une grande station touristique , vaut bien quelques moments en dicothèque .

D'abord au Pago Gaho , qu'un responsable de la FRAM lui avait conseillé à son arrivée . Étrangement , nul paiement . Faut dire qu'à un peu plus de 23H , on y voit personne , soit parce que trop tôt venu , soit parce qu'en arrière saison ...

Harold en part et se rend non loin de son hôtel au Central Discothèque . L'entrée se monte à 100 dirhams ( 10 euros ) . Pas trop de monde vers 23H30 . Le gardien prévient Harold que la fête réllement allait débuter vers 0H30 / 1H ... À peine s'attable t'il à la salle du karaoké que viennent à ses côtés deux forts joilies " gazelles" . Un sentiment de méfiance s'empare d'Harold . Il se vérifie par cet amusant petit test en proposant à l'une d'elle , non pas une malboro , mais une clope marocaine bas de gamme ... La belle s'en est allée en riant . Bien ce qu'Harols pensait , du pure marchandage sexuel ... Y a qu'à voir dans la boite ces quelques vieux porcs européens en compagnie de ces filles qui pourraient être de l'âge de leur petite-fille ... 

  Samedi 18 Mai 2002 .

Prise du déjeuner au Mac Do d'Agadir , dont la conception est à l'identique de celle de Nanterre , tout  comme les menus proposés ( à part peut-être le mac bacon ) ... On comprend mieux les luttes de José bové .

L'après-midi Harold a rendez-vous avec Miloud et Moussa . Il leur évoque les deux nanas de la veille . Sa méfiance a payé . Selon eux , des professionnelles dont la manoeauvre est de financièrement plumer les touristes . La pulpart d'entre elles seraient étrangères à Agadir et errent de stations touristiques en stations touristiques . Parfois des étudiantes se conduisant de la sorte pour mieux financer leurs études .

Harold semble apprécier les idées de Moussa , avec qui il discute surtout . Selon lui , un des moyens du Maroc de se mettre sur le chemin du développement est de dépasser le religieux . La religion ne doit non pas s'ingérer dans la vie politique , mais être entre les humains un vecteur de paix ... 

Harold a quelque peu l'impression que les langues de délient depuis la mort d'Hassan II . On ose désigner celui-ci de dictateur ... Ali l'avait cité ainsi quelques jours avant sur la route d'Essaouira ... Les jeunes de 2010 , 2015 auront peut-être plus de chance que ceux de maintenant , par sans doute des avancèes démocratiques ... À moins que l'Histoire en sens inverse change de cap ... 

   Dimanche 19 Mai 2002 .

   En totalisant ce jour 513, 5 kilomètres en voiture , la plus longue excursion réalisée pendant ce séjour . 

    Ali lui fait découvrir un endroit insoupçonné à Oulad Berhil , l'hôtel Hida . Le riad construit en 1860 , appartenait au pacha local . Avant sa transformation en hôtel , il fut l'acquisition de 1957 à 1987 du prince Danois Bôrg Kastberg .

    La ville d'Aoulouz présente peu d'intérêt , si ce ne sont les paysages environnant et le barrage auquel on ne peut accèder , à quelques kilomètres de la localité .

    Taliouine , parée de l'ancienne kasbah du Glaoui , présente davantage d'attrait . Dommage que le site soit à l'abandon et qu'il n'est possible d'accèder à l'intérieur . On peut cependant se représenter ce qu'avaient pu être les fastes du Glaoui ... 

    Au-delà de Taliouine , la P32 vers Ouarzazatte , mène au pays de " l'or rouge " . Le safran dont le gramme coûte 10 dirhams ( 1 euros ) .

    Le plus grand dommage pendant cette bien longur excursion est un ciel bien couvert ne permettant de distinctement apercevoir le Jebel Siroua ... 

   Lundi 20 Mai 2002 .

  L'effet de la standarisation mondialiste pendant ces dernières années sur Agadir , comme l'a noté Harold , s'observe par le Mac Donald , mais également par l'hypermarché Marjane en périphèrie vers Inezgane . La disposition et le contenu des rayons sont quasiment à l'identique d'un Carrefour ou Auchan français . 

Au rayon librairie et fournitures scolaires , Harold aperçoit l'intéressante autobiographie de Paul Bowles : " Mémoire d'un nomade " qui s'empresse d'acquérir . La lecture des premières pages détecte quelques point commun avec le personnage : enfance solitaire dans un monde d'adulte ; insasiable curiosité et une fréquente immersio dans la rêverie ... 

  La ballade vers l'embouchure de l'Oued Souss à proximité du Palais Royal mérite un certain courage olfactif . Comme en témoigne ces immondes odeurs d'égoûts ... La promenade au golf de la ville internationalement connu est autrement plus agréable . Les luxueuses voitures , sans doute de l'infime frange favorisée de la population locale , contraste avec saisissement avec les habitations de type bidonville non loin , derrière un mur ... 

   Il ne faut pas omettre ce coup de fil passé à Rachid , frère d'Ali , ne laissant rien transparaître de ses soit- disants problèmes de ménage . Ali lui a la veille raconté que son frère s'est mariée avaec la fille d'un membre de la garde royale . D'un niveau de vie plus élevé et émancipée , elle s'avère assez exigeante . Ali n'a d'ailleurs plus de relation avec ce frère cadet à qui il repproche de ne l'avoir pas suffisemment aider dans la détresse financière , en retour de l'aide qu'Ali a pu lui fournir pendant ces études ... Partout monde décidèment ... 

   Mardi 21 Mai 2002 .

  Le départ semble approcher plus rapidement que prévu . Le moment de faire les adieux aux connaissances .
À Ali d'abord , d'une grande tristesse et sa mère , donnant l'impression d'une femme bien malade .

Plus tard dans la soirée , Harold est convié chez Miloud et Moussa à un tajine de poisson . Un verre est ensuite pris au restaurant Tnane Soussir , tout récemment construit , au milieu duquel trône une pisicine .

  harold n'oublie pas cette petite agréable  excursion à l'oasis de Tioute au paysage évocateur de ces films des années 1950 ... 

   Vendredi 22 Mai 2002 .

  Dernier jour , pendant lequel Harold erre beaucoup dans Agadir ; notamment en son centre et secteur touristique : théâtre en plein air , stade , ... Le tout en un contexte de modernité tranchant franchement avec la ballade de la veille à Tioute ... L'impression presque de ne plus être au Maroc , mais en quelque métropole nord-américaine .
  Il s'attarde au musée municipal d'Aït Souss , élaboré en collaboration de la cellule municipale , l'université Ibn Zohr , des artisans Gadiris et des consultants Français . Sa vocation est d'être un musée thématique du patrimoine Amazigh , notamment par la cession en 1995 de Saïd Zitoun de l'intégralité de sa collection de 932 bijoux anciens d'argent . Le musée ouvrit ses portes le 29/2/2000 pour la commémoration du 40e anniversaire du séisme d'Agadir . 

   Jeudi 23 Mai 2002 .

   Moment du départ , avant lequel Harold n'a pas hésité de dénoncer par écrit sur une sorte de livre d'or , la partialité de certains membres du personnels de l'hôtel ... Il espère revenir au Maroc selon ses propres moyens ... Le fera t'il un jour ? 

                                                                         © 2002 , GYJBB ( Gg de Bacquey ) 

 

Partager

Partager Facebook

Auteur

Gg de Bacquey

01-04-2024

Lire Précédent Lire la suite
"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Journal d'Harold, au commencement... appartient au recueil Journal d'Harold , au commencement ( 8 Novembre 2001 - 29 Avril 2003 )

 

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.