Connexion : supprimer Ou

Memory - Critique de Film, Théatre, série...

Critique de Film,  Théatre, série... "Memory" est une critique de film, Théatre, série mise en ligne par "Paulette Pairoy-Dupré"..

Venez publier une critique de film, Théatre, série ! / Protéger une critique de film, Théatre, série

« MEMORY »

« Memory », sorti dans nos salles ce 29 mai 2024, est un film du cinéaste mexicain, Michel FRANCO, interprété avec brio par Jessica CHASTAIN dans le rôle de Sylvia et Peter SARSGAARD dans celui de Saul. Ce dernier a obtenu le prix du meilleur acteur à la Mostra de Venise.

Le film s’ouvre sur une réunion des Alcooliques Anonymes à laquelle participe Sylvia puis se poursuit dans une réunion d’anciens lycéens que la jeune femme quitte précipitamment, gênée par le regard insistant et inquiétant d’un homme qui va la poursuivre sur le quai désert et sombre du métro newyorkais et jusque chez elle. Parvenue à destination, elle s’enferme à double tour et active son alarme. Elle passe une nuit sans sommeil, agitée et dans l’angoisse, et retrouve au matin l’homme allongé sur le trottoir, frigorifié, à côté d’une pile de pneus usagés. Il s’appelle Saul et il s’est perdu.

D’une première scène qui laisse supposer un film social, on passe à une ambiance de thriller pour assister peu à peu à la rencontre touchante entre deux êtres fragiles, estropiés de la vie et qui se terminera en love story.

Dès le départ, on se demande quel lourd fardeau peut bien porter Sylvia et comment elle est arrivée à dépendre de l’alcool depuis son tout jeune âge. C’est une femme torturée, qui vit sans cesse dans la peur, barricadée chez elle. Elle travaille comme assistante sociale dans un centre pour déficients mentaux. Elle partage un petit appartement dans un quartier populaire avec sa fille adolescente, à qui elle interdit toute sortie et toute amitié avec les jeunes gens de son âge. On constate très vite qu’elle a un rapport difficile avec la gent masculine sans doute lié à un grave traumatisme dans sa jeunesse. Les rapports avec sa sœur sont distants et elle refuse de voir sa mère.

Saul souffre d‘une maladie neurodégénérative avec troubles de la mémoire, sans doute suite au décès de son épouse et vit avec son frère et sa nièce dans une maison assez cossue. Afin de pouvoir mener à bien son activité professionnelle, Isaac, le frère de Saul rémunère Sylvia pour qu’elle s’occupe de ce dernier l’après -midi.

Deux souffrances qui s’attirent, peu à peu se comprennent et s’entraident dans deux milieux sociaux très différents qui les rejettent.

Ce n’est qu’à la fin que l’on apprend les horreurs de l’ enfance de Sylvia.

« A whiter shade of pale » de Procol Harum , tube des années 60 rythme le film.

Comme le titre l’indique, c’est un film sur la mémoire, mémoire que l’une cherche à oublier, mémoire que l’autre cherche à retrouver. C’est un film émouvant, bouleversant.

A voir

31 mai 2024 CR/PPD

 

Partager

Partager Facebook

Auteur

Blog

Paulette Pairoy-Dupré

01-06-2024

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Memory n'appartient à aucun recueil

 

Critique de Film, Théatre, série... terminée ! Merci à Paulette Pairoy-Dupré.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.