Connexion : supprimer Ou

Mascarade - Critique de Film, Théatre, série...

Critique de Film,  Théatre, série... "Mascarade" est une critique de film, Théatre, série mise en ligne par "Paulette Pairoy-Dupré"..

Venez publier une critique de film, Théatre, série ! / Protéger une critique de film, Théatre, série

 

Mascarade

Le dernier film de Nicolas Bedos, « Mascarade » réunit à Nice

un superbe fleuron d’acteurs : Isabelle Adjani, Emmanuelle Devos, Marine Vacht, Laura Morante, Pierre Niney, François Cluzet.

L’épigraphe empruntée à Somerset Maugham « a sunny place for shady people” (un endroit ensoleillé pour gens louches), ainsi que le titre donnent le ton.

Une mascarade c’est un défilé ou une réunion de gens costumés et/ou masqués mais aussi une comédie hypocrite, une mise en scène trompeuse.

Et c’est bien ce à quoi nous assistons deux heures durant. Tous évoluent dans de somptueuses villas azuréennes où tout brille d’un éclat excessif, des bijoux à la décoration intérieure, sont en permanence affublés de tenues de gala, vivent dans le faux semblant, noient leur misère affective dans le champagne, le caviar et la luxure, se prétendent amis mais ne se fréquentent que par intérêt dans une sincérité mensongère. Enfin les deux principaux protagonistes se livrent à une mise en scène dont l’issue les ramènera à une triste réalité.

Adrien (Pierre Niney), ancien danseur qui a dû renoncer à sa carrière suite à un accident de moto rencontre lors d’un cocktail, Margot (Marine Vacht), une croqueuse de diamants, voleuse, arnaqueuse, mythomane et manipulatrice.

Tous deux vivent aux crochets de quinquagénaires « friqués » : Adrien avec Martha, une actrice sur le déclin, capricieuse à souhait et qui refuse de vieillir, Margot avec tous ceux qui passent pourvu que le porte- feuille soit bien garni et le patrimoine conséquent. Décidés à s’enrichir pour profiter pleinement de la vie, et avec la complicité de Giulia (Laura Morante), une femme désabusée ayant des comptes à régler avec la gent masculine, ils bâtissent un plan machiavélique pour épouser l’un Martha, ce qui sera fait, et l’autre Simon, (François Cluzet) un promoteur immobilier, en vue de demander le divorce avec réparations financières conséquentes d’autant que sont prévus au programme coups et blessures.

En scènes d’ouverture : un travelling sur un front de mer défiguré, le Negresco face à la plage, un couple attendant un heureux évènement et qui se vêt pour sortir, un coup de feu, une femme à terre, un tribunal, un accusé. S’ensuit un jeu de flash-back qui permet de comprendre l’histoire.

Toutes ces âmes sombres évoluent dans un décor de carte postale. La villa de Pierre Cardin, les jardins Masséna, la plage de la Réserve et le cours Saleya ont servi de lieux de tournage.

J’ai trouvé à ce film qui tient de la comédie de mœurs, de la satire et du thriller, un côté glamour à la Scott Fitzgerald dans « Gatsby » et un passionnel vengeur fascinant tel que dans « L’été meurtrier ».

Le réalisateur y dénonce :

- un monde d’escroqueries et d’arnaqueurs

- une société oisive qui se vautre dans la luxure

- la vie pathétique de ces financièrement nantis

- une guerre des sexes cruelle où les femmes se vengent de la gent masculine

- la spéculation immobilière et ses conséquences : une Côte d’Azur enlaidie par le béton.

« C’est un joyau mais elle est aussi pervertie et abimée par le pognon, la spéculation immobilière, certains comportements humains tout en gardant souvenir de sa splendeur passée et présente. » (Nicolas Bedos)

 

Un film intéressant brillamment interprété par des acteurs fort bien choisis ! A voir !

 

CR/PPD novembre 2022

 

 

Partager

Partager Facebook

Auteur

Blog

Paulette Pairoy-Dupré

21-11-2022

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Mascarade n'appartient à aucun recueil

 

Critique de Film, Théatre, série... terminée ! Merci à Paulette Pairoy-Dupré.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.