Connexion : supprimer Ou

Le Cerf Volant - Chronique

Chronique "Le Cerf Volant" est une chronique littéraire mise en ligne par "Deogratias".N'hésitez pas à proposer vos critiques littéraires sur des Auteurs, Artistes, Artisans d'art...

Venez publier une chronique littéraire ! / Protéger une chronique littéraire

Le Cerf - Volant

de 

Laetitia Colombani

Ce livre est un petit bijou. Quand je lis le résumé qui en est fait sur le site de la Fnac ou en 4ème de couverture, je me dis : A quoi bon ce résumé de ma part pour donner envie de le lire ?  Qu'est-ce que je peux ajouter de plus à ce qui a déja été écrit à propos de ce merveilleux roman ?

C'est l'histoire d'une femme enseignante en France que le malheur vient frapper. Ce drame va tellement l'effondrer à un niveau très profond, qu'elle se voit dans l'obligation d'arrêter sa profession. Pour se reconstruire, elle part en Inde. 

Léna, c'est son prénom, va vivre une aventure extraordinaire grâce à l'amour d'une petite fille qui va la sauver de la noyade. Ensuite, viendront d'autres rencontres avec d'autres femmes qui vont l'aider dans ce projet fou qui va lentement mûrir : construire une école pour les enfants. Pour ce faire, avec un courage incroyable, elle va mobiliser ses forces, son réseau, ses économies, ses compétences, son travail acharné...

Jusque là encore, il s'agit comme dans beaucoup d'autres romans d'une personnalité détruite par la tragédie qui va se relever et faire preuve de beaucoup de courage. Ses trajectoires de résilience personnelle, on en trouve un peu partout dans les livres.

Alors qu'est-ce que ce livre a de plus ?

L'Inde : Ses coutumes, ses castes d'intouchables, la condition de la femme dans ce pays profondément marqué par l'Hindouïsme et par la superstition. Ce pays où l'on marie des jeunes filles, très jeunes, avec des membres masculins de leur propre famille beaucoup plus âgés. Un territoire où les filles sont vouées à la servitude et  n'ont droit à aucune éducation. Pour les plus pauvres d'entre elles, on va jusqu'à les vendre  ou les kidnapper. Elle vivront alors un esclavage sexuel pour quelques sous....

Ce pays regorge de castes.  Entre autre, celle des intouchables. Ceux qui en font partie sont considérés comme des parias, qu'il ne faut pas approcher.

L'Inde : C'est la misère, partout, toujours, obsédante. 

La Cité de la Joie lorsque j'avais 20 ans avait été pour moi une lecture pleine de joie dans un pays de misère absolue. Dominique Lapierre m'avait profondément touchée dans son récit. 

Ici, c'est l'Inde actuelle. Récente. C'est aussi une joie de découvrir la reconstruction d'une femme dévorée par le chagrin dans un pays où les larmes des filles et des femmes coulent à flot. L'Inde est une terre complexe, bruyante, pleine de contradictions. On y voit des gens avec des portables et la 4G,  les mêmes qui ne font qu'un maigre repas par jour et qui n'ont pas l'eau potable.

Léna voulait construire une école dans un contexte où les traditions et les moeurs sont parfois atroces, rétrogrades et cruelles. On accepte de laisser partir une enfant à l'école à condition de recevoir un sac de riz en échange.  Il est fréquent de voir les enfants travailler vingt heures par jour toute l'année, à rouler des cigarettes (l'Etat a interdit le vapotage) pour un très faible revenu. 

On balaye derrière le passage d'un membre de la caste des intouchables pour ne pas être contaminé.

On vend ses cheveux  pour quelques roupies.

Les femmes sont maltraitées, déconsidérées, abandonnées, violées.

J'ai aimé dans ce livre le combat de ces femmes pour leur liberté et j'ai aimé la soif d'apprendre des enfants, heureux d'aller à l'école. C'est tellement aux antipodes de ce qu'on voit chez nous...

Ce livre est optimiste, beau, authentique. Il ne cherche ni à maquiller de beauté la réalité de ce pays, ni à le noircir. C'est un livre positif. Merveilleux. On touche la misère sans déprimer. Car l'histoire est belle et je recommande vivement sa lecture.

Je comprends mieux les éloges que j'avais lu au sujet de ce récit. A lire ! Vous passerez un bon moment...(Le roman est court : 3 heures de lecture pour moi).

 

Partager

Partager Facebook

Auteur

Blog

Deogratias

13-07-2023

Auteur public

Laetitia Colombani

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Le Cerf Volant n'appartient à aucun recueil

 

Chronique terminée ! Merci à Deogratias.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.