Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Youth - Critique de Film ou Série

Critique de Film ou Série "Youth" est une critique de film ou série mise en ligne par "Benadel"..

Venez publier une critique de film ou série ! / Protéger une critique de film ou série

 

 "Youth"

 

La jeunesse, c'est le fleuron de l'existence. On le porte avec ostentation lorsqu'il est de saison. A l'âge mûr, il n'est plus de mode, et quand on devient vieux, il est à nos antipodes. Au printemps de la vie lorsque tout semble rose, c'est là que les épines noires fleurissent à l'ombre des beaux jours. Et parfois, lorsque l'on se trouve aux portes de la mort, elles nous piquent de remords. C'est sur ces réflexions que le film Paolo Sorrentino s'articule. Quelques personnages hauts en couleurs ruminent leur douleur entre quatre murs qui confinent l'inanité du superflu. Dans ce lieu où la chair se malaxe mais où l'esprit ne se masse guère, Fred Ballinger (Michael Cain), chef d'orchestre à la retraite, y étale, avec maestria, ses regrets. Flanquée de sa fille Lena (Rachel Weisz) qui remue le couteau dans la plaie en lui rappelant qu'il a sacrifié sa famille sur l'autel de la musique, il aiguise sa culpabilité sur le dos de la Reine d'Angleterre, et éconduit l'émissaire chargé de tenter de le faire reprendre sa baguette pour elle. Mick Boyle (Harwey Keitel) quant à lui, vieux cinéaste de notoriété obsolète, y cultive l'illusion que le film qu'il est en train de tourner le projettera derechef à l'avant-scène. Hélas pour lui, dans une scène mémorable, Brenda Morel (Jane Fonda), sur qui le film devait reposer, préférant accepter un rôle pouvant la propulser au rang de vedette cathodique, lui fait faux-bond ; il en devient d'autant plus furibond qu'elle le blesse avec son génie de phrases sadiques. Jimmie Tree (Paul Dano), dans la peau d'un personnage désemparé qui aimerait se défaire de l'image d'un rôle qu'il a tenu dans un film à grand succès et la kinésithérapeute (Luna Zimic Mijovic) qui rêve de devenir danseuse étoile au lieu d'être masseuse dans un cinq étoile, exacerbent le climat obsessionnel du film. Mais quand, dans son plus simple appareil, Miss Univers (Madalina Ghenea), diablement cinégénique, réchauffe les hivers des deux vieux, le ton du film s'allège le temps d'un sortilège aquatique et érotique. Le long métrage du réalisateur italien oscille entre le fantastique et la réalité froide. Comme en témoignent, par exemple, ces deux scènes prises au hasard : Fred assis sur une souche d'arbre s'imagine entendre une symphonie des cloches, et un vieillard dans une des chambre de l'hôtel, la virilité en berne, fixe d'un regard hagard la poupée qui se rhabille. Bien d'autres plans imaginés ou imaginaires donnent une vision contrastée d'une vie de château servie sur un plateau de rêves ou de cauchemars. Voilà pourquoi ce film restera dans bien des mémoires.

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+6

Auteur

Blog

Benadel

16-09-2015

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Youth appartient au recueil I - Chroniques

 

Critique de Film ou Série terminée ! Merci à Benadel.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.