Connexion : supprimer Ou

Une vie heureuse - Histoire Très Courte

Histoire Très Courte "Une vie heureuse" est une histoire très courte mise en ligne par "Mégalac"..

Venez publier une histoire très courte ! / Protéger une histoire très courte

UNE VIE HEUREUSE

Enfin. Depuis le lever du soleil j’étais devenu un enfant du clan. Le cercle des vénérables l’avait décidé dans la nuit. Les tambours avaient résonné longtemps signe que le chaman et les anciens avaient des décisions importantes à prendre.  Mon existence en tant que juvénile était terminée. D’après les mères nourricières j’avais déjà connu une main et deux doigts d’étés. A la prochaine fête du soleil ce sera à moi de faire une encoche supplémentaire sur mon bâton de vie. Nous étions trois à devenir des enfants.

Maintenant j’existais aux yeux des autres. Je changerais bientôt de nom pour prendre celui que les esprits m’aideraient à trouver lors d’une initiation. Pour le moment j’étais Abu. Les mères et les pères que je croiserais pourraient me parler. Il faudra que j’en choisisse deux avant la pleine lune. J’y avait déjà pensé. Je désignerai deux mères pour m’apprendre les règles du clan et mon futur rôle. Il fallait toujours en choisir deux car la vie est très dure et peut-être très courte. Je les connaissais déjà. Une cueilleuse, Tépé, et une tailleuse d’outils, Cémi.

 J’avais hâte d’être utile au clan. Et pour manger, avoir une bonne place prés des feux, pouvoir entendre les vénérables partager leurs souvenirs, il fallait que je me rende utile à tous. Les taches ne manquaient pas car en plus d’être l’ombre de mes mères, qui m’enseigneraient leur savoir il fallait avoir des initiatives d’entraides en permanence. Rares étaient ceux qui ne s’y pliaient pas. Cela avait été ma première leçon. Seul on disparait. Nettoyage du camp, corvée de bois, apporter de l’eau et de la nourriture aux guetteurs, surveiller les feux ….

Je compris vite que cueillir était une activité très risquée. Car pour les mordeurs et les griffeurs nous étions des proies faciles. Il fallait toujours être deux. Un qui cueille l’autre qui guette. Donc avoir une très grande connaissance des plantes et une bonne rapidité dans les gestes. Il fallait être robuste, avoir une bonne vue, être intrépide. J’ai vite douté de mes capacités à tenir ce rôle.

Pour la fabrication des outils la première des règles était de préserver ses mains de tout accident pouvant diminuer leur agilité. Je serai incapable de me souvenir du nombre d’échecs et d’outils jetés car mal fabriqués que je produisais. Ma mère me fit comprendre assez rapidement que je ne serais jamais utile au clan dans cette activité. J’avais trop de douceur dans mes gestes, trop de rêveries, trop de soucis du détail pour fournir la demande très forte d’outils.

Après s’être concertées elles m’informèrent qu’elles me donneraient à un père qui vivait seul à l’écart des membres du clan, dénommé Körtik, parlant peu et toujours à regarder les autres sans chercher à apporter de l’aide. Ses peaux et fourrures étaient sales, pleines de taches. Ce rejet violent me fit beaucoup souffrir.

Le jour venu il me toisa sans un mot, puis d’un geste de la main m’entraina au fond de la grotte, me donna une racine de pin en guise de torche et me fit signe de le suivre. Après un assez long périple souterrain je découvris une grande galerie recouverte de représentations d’animaux, bisons, chevaux, rhinocéros, de scènes de chasse.

Je me rappelle avoir failli faire tomber la torche de stupeur, et criant de joie m’être approché des parois les larmes aux yeux. Mes doigts suivaient les courbes de la roche utilisée pour donner du mouvement aux gravures. Tout était utilisé pour garder la mémoire de notre vie. Les couleurs, les formes, les histoires, tout resplendissait. Mon nouveau père riait aussi de me voir ainsi. Il me releva, me força à le regarder dans les yeux et m’annonça « mon frère je te prends avec moi car tu as déjà tout appris ».  C’est ainsi que je devins l’ombre de la mémoire du clan.

 

 

GG 24

Partager

Partager Facebook

Auteur

Blog

Mégalac

05-07-2024

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Une vie heureuse n'appartient à aucun recueil

 

Histoire Très Courte terminée ! Merci à Mégalac.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.