Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Crépuscules - Poème

Poème "Crépuscules" est un poème mis en ligne par "czerny31".non classique, moderne, libre, prose poétique...

Venez publier un poème ! / Protéger un poème

 

 

Crépuscules

 

Mille oiseaux croassant dans un ciel de feu

Survolent la prairie de ce soir de bataille

Où râles des vaincus s’estompent d’ici peu

Et offrent les boyaux pour en faire ripaille.

Le chevalier est las de son glaive trop lourd

De tant de nuits passées à rechercher le graal

Et maculer de sang l’étendard de velours

De l’impie pourfendu en cotte de métal.

Son corps est détendu parmi quelques bleuets

Sa poitrine se vide de ses derniers soupirs

Pour la reine ou pour Dieu il ne veut plus lutter.

Qu’il sera bon ce soir de se laisser mourir.

 

Le clipper prend le large dans un pâle brouillard

Quand les chants des marins descendent des huniers

Envahissent la baie de leurs refrains d’espoirs

S’évanouissent les mâts de ce grand cap-hornier.

L’homme est un timonier resté là immobile

Le visage rongé par trop de déferlantes

Et l’âme déchirée d’un perpétuel odyle

Qui jadis le guidait vers des terres clémentes.

Usé par trop de guets sous le mât d’artimon

Auprès des rugissants il rêve de partir

Voguer prés des martyrs et de Poséidon

Qu’il sera bon ce soir de se laisser mourir.

 

La nuit vient d’envahir le chemin de halage

Les ombres des platanes en d’impures volutes

Ont grimé les eaux noires en sombre marécage

De ce canal asile en ces heures de dispute.

La belle est harassée de ses quinze ans à peine

Elle cherche le repos en de sombres abîmes

D’avoir trop exhorté à repousser la haine

Qui souille trop souvent ses amours anonymes.

Il n’a pas vu le noir qu’elle a mis sous ses yeux

N’a pas perçu l’amour le regard le sourire

Cette extase angélique qui périt de l’adieu

Qu’il sera bon ce soir de se laisser mourir.

 

Les limbes sont emplis de destinées ardentes

De ces âmes divines d’élans inassouvis

De ces êtres fragiles aux ardeurs vaillantes

Qui du temple béni n’aspirent au parvis

Mais au cœur de la nef en totale clarté

Où panser les cinq plaies de l’essence divine

De chacun des archers d’une invincible armée

Animés des grandeurs d’une foi angevine.

Le monde est bien mesquin pour ces âmes rebelles

Ces enfants de la terre que le soleil enivre

Qui ne cessent de hurler ô combien elle est belle.

Demain qu’il sera bon de revenir y vivre.

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+16

Auteur

Blog

czerny31

21-01-2015

Téléchargement

PDF Certifié Ebook gratuit
"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Crépuscules n'appartient à aucun recueil

 

Poème terminé ! Merci à czerny31.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.