Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Antéchrista - Chronique

Chronique "Antéchrista" est une chronique littéraire mise en ligne par "Paradise".. Vous aussi, n'hésitez pas à proposer vos chroniques littéraires sur l'une de vos lectures.

Venez publier une chronique littéraire ! / Protéger une chronique littéraire

Antéchrista

Amélie Nothomb

 

 

antéchrista Nothomb

 

 4ème de couverture :

 

Avoir pour amie la fille la plus admirée de la fac, belle, séduisante, brillante, enjouée, audacieuse ? Lorsque Christa se tourne vers elle, la timide et solitaire Blanche n'en revient pas de ce bonheur presque écrasant. Elle n'hésite pas à tout lui donner, et elle commence par l'installer chez elle pour lui épargner de longs trajets en train. Blanche va très vite comprendre dans quel piège redoutable elle est tombée. Car sa nouvelle amie se révèle une inquiétante manipulatrice qui a besoin de s'affirmer en torturant une victime. Au point que Blanche sera amenée à choisir : se laisser anéantir, ou se défendre. Comptons sur la romancière de Stupeur et tremblements (Grand Prix du roman de l'Académie française) et de Robert des noms propres pour mener à son terme cet affrontement sans merci, et nous donner du même coup un livre incisif, à la fois cruel et tendre, sur les douleurs de l'adolescence

 

 

157 pages

 

 

    Mon avis

    De Nothomb, j’avais lu stupeur et tremblements, et en avais gardé un bon souvenir. Autant ce dernier nous emportait dans une réflexion intéressante sur les relations de dominant/dominé autant ce très petit roman nous laisse sur le carreau.

     Cette auteure, pourtant réputée pour son style sombre et glauque, semble s’être égarée en chemin. Un thème aussi tristement populaire méritait d’être parfaitement traité pour nous plonger dans l’atmosphère oppressante à laquelle j’étais en droit de m’attendre. Certes, une légère indignation concernant ce que la protagoniste nomme « ses géniteurs », mais leur portrait est si mal brossé, si pathétique qu’à aucun moment j’ai ressenti la moindre crispation. À chaque page, j’attendais un rebondissement, une éructation, une rébellion, un cataclysme (soyons fou) pour entendre mon cœur palpiter, mais rien ! Le soufflet retombait aussi vite et mes espoirs avec ! Rien au début, rien au centre et une fin si décevante que je me suis sentie flouée. On est très loin de la finesse de stupeur et tremblements.

    Le plus incompréhensible dans cette histoire, c’est l’attitude ingrate des parents de la pauvre Blanche. Des parents caricaturés à outrance, voire carrément stupides, pour des enseignants, ce qui n’est pas en leur honneur. Ces derniers boivent toutes les paroles de Christa, la défendent contre vents et marées (lui vouant un réel culte) et dénigrent sans qu’on ne sache pourquoi leur fille unique et brillante ! Bref entre le manque de crédibilité des situations, l'invraisemblance des réactions/attitudes abracadabrantesques des personnages, et l'absence totale de justifications aux mensonges éhontés de cette Christa/antechrista, on décroche rapidement.

     À la lecture, très alléchante du synopsis, je m'attendais à croiser des personnages fouillés, décortiqués jusqu’à la moelle pour qu’émerge le côté sombre de la force et clair de la victime. La relation entre les deux héroïnes est si grotesque qu’il est impossible de se faire happer dans leur monde. On reste spectatrice perplexe et on tourne les pages dans l’attente de voir Blanche s’arracher les mots de la bouche. L'auteure livre des ficelles énormes et survole le sujet basé sur la manipulation. L’intrigue aurait pu être intéressante si l’auteure ne nous menait pas par le bout du nez, histoire d’achever une lecture pour amortir le prix du livre. J’ajoute, dans mon cas, pour me permettre d’en faire une analyse objective.

     Amateurs de fin en queue de poisson, ce mini roman est pour vous ! Nothomb a voulu surfer sur un sujet qui fait recette pour sortir son livre du moment : contrat oblige ! Si Nothomb n’avait pas déjà un nom, ceci aurait-il été publié ? À vous de répondre à cette question si le cœur vous en dit ! Quant à moi, vous devinerez mon opinion, j’en suis certaine.

     En résumé, si le style reste correct, le scénario est une coquille vide, tristement bâclé...

    Le seul point positif, on ne s’ennuie que sur 150 pages, ça permet de passer rapidement à un autre livre et se dire qu’on aura lu du  « Nothomb », histoire d’entretenir sa culture littéraire contemporaine.

     Bref, passez votre chemin…

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+16

Auteur

Blog

Paradise

17-03-2014

Auteur public

Amélie Nothomb

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Antéchrista n'appartient à aucun recueil

 

Chronique terminée ! Merci à Paradise.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.