Connexion : supprimer Ou
Vous devez vous inscrire pour voir l'intégralité de ce profil

Biographie de Jean Giraudoux

Navigation : > Auteurs publics > Jean Giraudoux > Fiche Auteur
Jean Giraudoux

Statistiques

Proposé par

Deplume

Biographie

France | | Homme

GIRAUDOUX JEAN

(1882-1944)

 

 

Hippolyte Jean Giraudoux est un écrivain et un diplomate français, né le 29 octobre 1882 à Bellac dans la Haute-Vienne et mort le 31 janvier 1944 à Paris.

Brillant étudiant et soldat décoré pendant la Première Guerre mondiale, il occupe des fonctions diplomatiques et administratives tout en écrivant des romans (Suzanne et le Pacifique en 1921, Siegfried et le Limousin en 1922) avant de se diriger vers le théâtre après sa rencontre avec le comédien Louis Jouvet qui mettra en scène et interprétera ses œuvres principales.

Un romantique du xxe siècle, qui finit par prendre rang dans la lignée des classiques, à la suite de Marivaux et Musset, et pas tellement loin de ce Racine dont il a parlé comme d'un double ; un La Fontaine, rêveur et distrait, qui laisse une œuvre de quarante volumes ; l'« enchanteur » de son temps, comme fut nommé Chateaubriand, et comme lui caressant l'idée d'une mission politique, qui se résorbe en littérature : les paradoxes qu'inspire le cas Giraudoux ne peuvent se résoudre que dans une réflexion sur les pouvoirs de l'écriture.

L'écrivain Giraudoux est tout entier écrivain, comme son Racine, en qui « il n'est pas un sentiment qui ne soit un sentiment littéraire : sa méthode, son unique méthode, consiste à prendre de l'extérieur, par le style et la poétique comme par un filet, une pêche de vérités ».

Pour l'homme Giraudoux, attentif à ses plaisirs, à ses amours, à ses amitiés, à sa forme physique, à son équilibre moral, à son élégance et à sa jeunesse d'allure, l'écriture fut le plus équilibrant des plaisirs. Il écrivait d'un jet, sans ratures, laissant parfois un mot en blanc parce qu'il savait que les difficultés se franchissent dans la foulée, comme les haies de 400 mètres, dont il était champion universitaire. Il écrivait un roman en trois semaines, pendant ses vacances, en guise de vacances. Le miracle, c'est que tant d'humanité soit passée dans l'écriture.

Il est aujourd'hui surtout connu pour son théâtre qui compte des pièces célèbres comme Amphitryon 38 (1928), La guerre de Troie n'aura pas lieu (1935), Électre (1937) ou Ondine (1939) ou La Folle de Chaillot jouée en 1945 après sa mort. Jean Giraudoux a participé comme d'autres dramaturges des années 1930-1940 (Cocteau, Anouilh, Sartre, Camus par exemple) à la réécriture des mythes antiques éclairés par les mentalités modernes. Il a su allier fantaisie poétique et goût pour les images insolites et également associer le tragique et le léger dans une langue élégante et fine, parfois même poétique comme dans Intermezzo ou Ondine.

Germanophile et diplomate de carrière, il est Commissaire général à l'information en 1939-1940 et pendant l'Occupation sa situation est complexe et son rôle contrasté.

Jean Giraudoux meurt à Paris le 31 janvier 1944, à l'âge de soixante et un ans, à la suite d'une intoxication alimentaire ou d'une inflammation du pancréas.

 

Œuvres

Romans et nouvelles

    Provinciales, 1909

   L'École des indifférents (comprenant Jacques, l'égoïste ; Don Manuel, le paresseux ; Bernard, le faible Bernard), 1911

   Lectures pour une ombre, 1917

   Simon le Pathétique, 1918

   Amica America, 1918

   L'Adieu à la guerre, 1919, Grasset

   Elpénor, 1919

   Adorable Clio, 1920

   Suzanne et le Pacifique, 1921

   Siegfried et le Limousin, 1922 qui lui apporta le succès. éditions Grasset

   Juliette au pays des hommes, 1924

   Bella, 1926

   Églantine, 1927

   Aventures de Jérôme Bardini, 1930

   La France sentimentale, 1932

   Combat avec l'ange, 1934

   Choix des élues, 1939

   La Menteuse, publié à titre posthume en 1958

 

Œuvres diverses

    Les Cinq Tentations de La Fontaine, 1938

   Pleins pouvoirs, 1939

   Littérature, 1941

   Sans pouvoirs

   Visitations, 1947

   Or dans la nuit, (recueil posthume en 1969)

   Les Contes d'un matin

   De pleins pouvoirs à sans pouvoirs, 1950

   Pour une politique urbaine, 1947

 

Théâtre

    Siegfried, 1928

   Amphitryon 38, 1929

   Judith, 1931

   Intermezzo, 1933

   La guerre de Troie n'aura pas lieu, 1935

   Supplément au voyage de Cook, 1935

   L'Impromptu de Paris, 1937

   Électre, 1937

   Cantique des cantiques, 1938

   Ondine, 1939

   L'Apollon de Bellac, 1942

   Sodome et Gomorrhe, 1943

   La Folle de Chaillot, 1945

   Pour Lucrèce, 1953

   Les Gracques, pièce inachevée publiée en 1958

   Les Siamoises, pièce ébauchée publiée en 1982

 

Cinéma

Scénariste

   1942 : La Duchesse de Langeais, de Jacques de Baroncelli d'après Honoré de Balzac (adaptation et dialogue)

   1943 : Les Anges du péché de Robert Bresson (scénario, avec Robert Bresson et Raymond Léopold Bruckberger, et dialogue)

Source : wikipédia et encyclopédie universalis