Connexion : supprimer Ou
Vous devez vous inscrire pour voir l'intégralité de ce profil

Profil de Francis A.Denis 750 Coms

Francis A.Denis
Citation : C'est assez plaisant de se faire traiter de chien par un Pékinois (De Gaulle/florilège) Voir Plus

Présentation

Officiellement:

Attention dinosaure ! + 50 ans ! (Aie ! Ca fait mal)

Beaucoup de voyages (expatrié permanent)

En ce moment en poste à Libreville.

Beaucoups d'écrits, peu de temps pour tenter l'edition (long chemin de croix)

1 roman (édité DPP) et 3 autres en cours 

Quelques articles ponctuels parus dans diverses revues.

Touche à tout pour le plaisir d'écrire mais plutot attiré par la SF.

Merci pour votre visite.

Francis.A.Denis.

Officieusement: (Et que ca reste entre nous,mdr...)

De retour sur le site après une trés longue absence, le Grand Méchant Loup lettrophage souhaite uniquement lire et commenter sans attente de retour sur ses propres textes. Ceux ci n'étant plus d'actualité, de nouveaux  commentaires n'ont que peu d'intérêt. 

Le loup a faim, le loup veut lire, sans contraintes. Il répond rarement aux invitations préférant entiére liberté d'errance... Mais attention aux éventuels délicieux petits cochons qui penseraient, ici, afficher sans l'effort d'un minimum de correction (et de corrections) simple respect envers les méta-lecteurs, car c'est le loup, c'est le loup...

Que la plume vous soit légére et toujours inspirée.

Et à très bientot sur la lande des mots...

Lupus Maximus.

http://www.de-plume-en-plume.fr/histoire/canta-la-dame-blanche-de-francardu-1

  Devenez membre "+" pour afficher votre vidéo/audio

Le « Populu Corsu » traînait sa carcasse fatiguée au large des côtes de Sicile, à seulement deux mille cinq cent mètres d'altitude. Ce cargo aérostat, mastodonte à l'enveloppe déformée par l'usure de trop nombreux tours du monde, avait pourtant connu une gloire éphémère près de vingt ans auparavant. Son commandant, Alexis, vieux boucanier plus habitué aux tavernes du subcontinent indien qu'aux tableaux d'honneurs, rongeait son frein dans l'attente de la prochaine escale. La mission semblait particulièrement désagréable. Camille, sa cousine, se trouvait à son bord. Elle devait débarquer en cette terre hostile qu'était devenue la Corse, sous le joug de l'actuel dictateur, pour rencontrer l'âme de la rébellion, le légendaire « Signore di a filetta ».

La jeune guerrière venue d'Orient allait nécessairement mettre en contact deux mondes aux mœurs diamétralement opposées. En plus de ses monstrueux dogues de combat, elle apportait dans ses bagages un être des plus sombres, aux réactions incontrôlables. Alexis avait décidément de bonnes raisons de s'inquiéter…