Connexion : supprimer Ou

Nuit de décembre - Commentaires

Navigation : > Nuit de décembre > Voir les commentaires
Paradise

Paradise Le 24-03-2013 à 18:34

désolée pour le retard de réponse... merci pour vos commentaires, je suis tout à fait d'accord avec toi Séléné. Merci pour tes vœux ;)

Séléné

Séléné Le 16-01-2013 à 17:44

Je partage cet amour pour ce très grand poète. Celui qui ne réussit pas à s’en faire une amie souffre d’une très grave dépendance. Autant y puiser de la force, elle va devenir cruellement indispensable et pénible à produire ! Merci Paradise, j’espère que cette nouvelle année te portera chance.

npai

npai Le 28-12-2012 à 20:40

Je ne connaissais pas ce texte et je n'avais pas misé sur la "bonne réponse" moi je voyais au fil du texte que j'ai dévoré , se dessiner l' innocence perdue. Quelque chose comme ça. Mais la solitude à bien sa place ici, tout comme elle bien symbolisée par le froid de décembre, quoique cela ressemble encore plus à une nuit de Janvier.

Paradise

Paradise Le 28-12-2012 à 15:56

Merci à vous deux d'être passée lire ce poème que j'apprécie bcp et depuis lgtps. C'est le tout premier poème que j'ai lu de Musset, à l’époque lointaine^^ du lycée, poème qui m'avait alors profondément touchée.
Oui Jenny, à chaque lecture la même intense émotion, même aujourd'hui encore. Ce poème est intemporel.
Emmalys, je te rejoins, je ne suis pas très poème, et comme toi aime trouver une histoire derrière les vers. La majeure partie des œuvres poétiques de Musset est construite ainsi, le plaçant au rang de mes poètes classiques favoris^^

Jenny

Jenny Le 28-12-2012 à 1:21

A chaque lecture, la même intense émotion.
« Qui donc es-tu, toi que dans cette vie
Je vois toujours sur mon chemin ? »
« Ton doux sourire a trop de patience,
Tes larmes ont trop de pitié. »
Dans cent ans ou bien mille ans… rien n’y changera ! La même intense émotion.
Merci Paradise de venir enrichir cette bibliothèque.

Emmalys

Emmalys Le 27-12-2012 à 20:29

Moi qui ne suis pas très poème, ce que j'apprécie dans celui-ci, c'est qu'il raconte d'abord une histoire où tout profane peut se reconnaître sans avoir à décrypter des images abstraites. L'auteur joue également sur l'aspect mystérieux de ce personnage en noir qu'il croise à différents moments de sa vie. Vu la couleur de son habit, on se doute un peu de sa nature symbolique mais la fin reste tout de même étonnante. J'ai aimé aussi, une fois le fin mot révélé, redécouvrir le texte en connaissant l'identité de ce fameux personnage. On apprécie alors davantage la merveilleuse logique de ce poème d'une grande finesse, teinté d'un brin de mélancolie hivernale.
Qui n'a pas expérimenté un jour la solitude, se retrouver en tête à tête avec soi-même dans les meilleurs comme dans les pires moments ? Elle peut être parfois un besoin et parfois un fardeau.
Merci Paradise pour cette belle découverte !