Connexion : supprimer Ou

Madame de Sévigné, un film d'époque - Commentaires

Navigation : > Madame de Sévigné, un ... > Voir les commentaires
Paulette Pairoy-Dupré

Paulette Pairoy-Dupré Le 29-03-2024 à 17:05

Bonsoir Albert, veuillez excuser cette réponse à votre commentaire bien tardive. Merci d'avoir lu Madame de Viarmes qui se pique d'imiter notre bonne marquise. Peut être vous êtes vous rendu dans les salles obscures pour découvrir la version d'Isabelle Brocard ? Si tel est le cas, qu'en avez vous pensé ? Bien à vous, Paulette

Albert B

Albert B Le 14-03-2024 à 13:29

Votre récit, chère amie, est tout à fait captivant et empreint d'une émotion palpable. Vous nous plongez dans une époque révolue avec une vivacité et une précision remarquables, nous permettant de revivre les instants de cette expérience hors du commun aux côtés de Madame de Viarmes. Les détails que vous apportez sur les personnages, les décors et les émotions ressenties sont particulièrement évocateurs, nous transportant littéralement dans ce divertissement temporel. Merci Paulette de partager avec nous cette aventure fascinante à travers les mots de Madame de Viarmes. Bien à vous. Albert.

Paulette Pairoy-Dupré

Paulette Pairoy-Dupré Le 08-03-2024 à 21:23

Bonsoir David, Merci pour votre fidélité à me lire et pour votre commentaire. J'aime beaucoup le style de Madame de Sévigné et ses critiques pleine d'humour mais parfois virulente de la vie à la cour ou dans les salons. L'histoire est un éternel recommencement jusque dans ses moeurs. Hier comme aujourd'hui les intrigues allaient bon train, les ragots, les moqueries, simplement on ne les appelle pas de la même façon. Dans le texte et le film dont il est question ici on parlerait aujourd'hui de dépression, de harcèlement... Mes amitiés, Paulette

Benadel

Benadel Le 08-03-2024 à 10:37

Paulette, je tiens à saluer hautement et chaleureusement la critique d’un long métrage d’époque sous forme d’une correspondance adressée à une chère connaissance. C’est diablement original. Et mon dieu, que votre verbe est sublime ! En lisant le compte rendu de ce film, on se rend compte que le monde dans lequel nous vivons actuellement n’a pas tant changé. Les intrigues humaines, et les sentiments amoureux, s’il ont été autrefois bien pudiques, n’ont pas perdu de leur intensité. Aussi, le besoin de plaire, le désir de se mettre en valeur, déterminent toujours les caractéristiques de certaines personnes. Il va de soi que vous m’avez donné le goût de me laisser bercer par cet œuvre. Mes amitiés. David

Paulette Pairoy-Dupré

Paulette Pairoy-Dupré Le 07-03-2024 à 21:54

Bonsoir Hika, un grand merci pour votre visite et votre commentaire fort intéressant et bien élogieux. Vous savez combien j'aime cette épistolière et je me suis régalée à écrire cette petite chronique après avoir vu le film. Sachez que Isabelle Brocard a écrit un livre "Madame de Sévigné, l'excessive tendresse" adapté de son film. Si vous n'avez pas l'occasion d'aller au cinéma, c'est quasiment le texte du scénario avec quelques illustrations que l'on retrouve aussi dans le film. Bien amicalement à vous, Paulette

Paulette Pairoy-Dupré

Paulette Pairoy-Dupré Le 07-03-2024 à 21:47

Bonsoir Lauren, Merci pour votre fidélité à me lire. J'avais cru comprendre que vous aussi vous aimiez les films d'époque. Celui ci nous fait découvrir Madame de Sévigné sous un angle différent de celui que nous connaissons. Ce n'est pas ici la chroniqueuse du Grand Siècle mais la mère dans sa relation avec sa fille, une relation aliénante pour les deux femmes. Allez voir le film et donnez moi votre ressenti si vous en avez le temps et le désir. Bonne soirée, avec toutes mes amitiés. Paulette

Paulette Pairoy-Dupré

Paulette Pairoy-Dupré Le 07-03-2024 à 21:42

Bonsoir Jenny, Merci pour votre passage sur mes lignes. Oui, j'adore notre bonne marquise ! Ses lettres sont ma table de chevet. Je me régale de son style, de son humour souvent grinçant. Isabelle Brocard me l'a fait découvrir sous un autre angle, celui de la mère possessive. Je n'ai pas pu me retenir pour faire cette chronique, de tenter de l'imiter et je m'en suis bien amusée. Bien amicalement à vous, Paulette

Paulette Pairoy-Dupré

Paulette Pairoy-Dupré Le 07-03-2024 à 21:37

Bonsoir Sylvie, Merci d'avoir fait un petit tour par Grignan, l'hôtel Carnavalet et Versailles. Merci pour votre commentaire qui me touche. Ainsi vous aimez les potins de Madame de Viarmes. Sachez qu'elle s'invite souvent sur ce site (le caleçon de Madame de Montjoy, Madame de Viarmes en Albion, les mardis de Madame de Meudon, Madame de Brice est amoureuse, les jardins de Madame de Brice) Alors si le coeur vous en dit... Bien amicalement, Paulette

Hika

Hika Le 07-03-2024 à 13:04

Bonjour Paulette, mes plus sincères mercis à ce Pont entre époques, servi par une Plume épistolaire , et la vôtre, qui unit et rappelle à l’éternel humain individuel et collectif . Vous réussissez à envoyer un message , sans prôner ni tonner , sans céder non plus aux facilités de réactions et ripostes. Vous -faites - un unisson sans plainte ni reproche, transmettant les richesses de l’observation de l’émotion de la réflexion de la création , sans’ parjuge » , sans parjure ni absence . Bravo et bien à vous . Hika

Elea Laureen

Elea Laureen Le 07-03-2024 à 1:03

Bonsoir ma chère Paulette, hum je me régale sur cette chronique ! J'adore ce genre ... Aucun film d'époque ne m'échappe ... Le tout dernier que j'ai regardé est "La favorite" ... Ce billet me donne vraiment envie de le découvrir ! Mme de sévigné est une chroniqueuse avertie de la vie mondaine, un peu comme dans la série les chroniques de Bridgerstone ... D'ailleurs, on en parle ! Série que j'ai dévoré ... Suivi du film La reine Charlotte ! Tout cela à voir sur Netflix.
Merci beaucoup pour cette délicieuse gourmandise ma chère Paulette, j'ai pris note ;-) Belle soirée, affectueuses pensées, bises, Laureen

Jenny

Jenny Le 07-03-2024 à 0:04

Bonsoir Paulette, EXTRA ! Que voilà une idée originale pour rédiger cette nouvelle chronique. Vous avez dû vivre à cette époque, j'ai remarqué que vous adoriez ce style et le registre épistolaire. Plus personne n'écrit de lettres, c'est une énorme perte ; beaucoup de talents s'y sont révélés comme celui de notre célèbre marquise. Et ce pauvre Charles... délaissé par sa mère.... — J'ai fait mes débuts sur le web en 2000 ( un monde tellement différent de celui d'aujourd'hui ou le factice, la fourberie, etc ont pris le dessus ) sur un site de correspondance épistolaire ; il n'y avait quasi que des enseignants ; j'ai cessé quand le site est devenu un site de rencontres sans intérêt. Encore merci et bravo pour cet exercice excellent. Bien amicalement, Jenny.

Deogratias

Deogratias Le 06-03-2024 à 20:47

Bonsoir Paulette, que c'est géniale ce texte ! Bravo ! Si bien écrit, si bien imaginé, si bien rendu ! Cela donne envie de voir ce film. J'aime bien cette comparaison sous-jacente entre le siècle de Mme de Sévigné et celui où nous vivons. Surtout ce qui est dit sur la conditon des femmes de son époque comparé aux femmes d'aujourd'hui, en France. J'aime bien son vocabulaire, c'est absolument géniale cette façon d'écrire et de raconter. Je ne saurai en dire plus si ce n'est ma totale admiration pour votre plume et votre talent ! Encore Merci pour ce beau moment de lecture...J'aurai presque eu envie que cette Mme de Viarmes continue de nous raconter son époque et ses intrigues...A bientôt. Sylvie.