Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Le portrait de Jennie - Critique de Film ou Série

Critique de Film ou Série "Le portrait de Jennie" est une critique de film ou série mise en ligne par "cesarius"..

Venez publier une critique de film ou série ! / Protéger une critique de film ou série

 

 

Le portrait de Jennie

 

Film de William Dieterle (Portrait of Jennie, 1947, USA) : une pure merveille ! Un bijou ! Mais introuvable

Note perso : 19 ; note objective : 17

LM 90’ env. 4/3 ; mono ; parlant ; musical ; vitesse normale ; grand écran

langue américaine (VOSTF) ; film très bavard !

N & B sauf fin (colorisme sépia)

d'après éponyme le roman de Robert Nathan ; Production : Selznick

 

Musique :

Dimitri Tiomkin : variations sur des thèmes de Debussy

Bernard Herrmann : non crédité, mais remercié au générique final : introduction du thérémine

NY, années 40 : Un peintre (Eben) s’interroge sur les questions du temps, de l’espace, de l’éternité ; la beauté est une valeur, éternelle, qui fait office de réponse, et c’est dans ce contexte qu’apparaît le portrait de Jennie, sa bien aimée.

Elle est d‘abord enfant, disparaît, et il part à sa recherche ; premier retour de J., chez lui ; il entreprend de peindre son portrait, elle re-disparaît, de façon fantomatique ; nouvelle recherche, on la dit décédée ; il la retrouve en mer (leurs deux bateaux qui viennent s’échouer), près d’un phare, la vague l’emporte finalement.

Thèmes : photo – portrait – tableau ; éternité ; temporalité ; beauté ; musée ; peinture ; ville ; NY ; espace ; gratte-ciel ; patinage ; parc ; central parc ; paysage ; phare ; vague ; tempête ; bateau ; conte ; surréalisme ; légende ; mythe ; miroir ; chambre ; intérieur ;

Un music-long (ou partition continue) à quelques plages sonores près, 5 ou 6 music stops.

Même la présence d‘une chanson : influence de la comédie musicale, années 40 = celles de la BOF naissante

Même style que Laura ; thématisme musical, longue fresque romancée

Importance des plans fixes : intérieur détaillé, richement meublé (petite bourgeoisie) – sorte de modelé, tableaux (pas encore de télés) ; des plans extérieurs : NY, le central parc, grattes-ciels, paysage, mer, montagnes, phare

Cordes (coté conte romancé), doublées parfois par le thérémine (coté étrange et merveilleux) ; harpe ; cor anglais

Romance, contes, surréalisme, plusieurs strates temporelles

Pas de générique initial ; une longue première plage music-long (11’) ;

 

Commentaire personnel : Jennie ou Galatea 

En mêlant le thérémine à l’instrumentarium et à la composition de Tiomkin, Bernard Hermann pose les jalons de la musique de science-fiction, voire du fantastique : cet ajout de l’instrument électromécanique aux traditionnels cor anglais, harpe et cordes féeriques, permet au cliché de ne pas sombrer dans le stéréotype classé, par l’ajout d’une couleur « irréelle », « étrange » voire « fantastique ».

Le merveilleux est entièrement rendu, conservé, dans ce film au scénario pourtant banal : le peintre réalise le portrait de sa belle, Pygmalion réalise sa Galatea, qu’il veut éternel(le). Mais elle tend à disparaître car seul le portrait compte, seul le portrait est éternel, seul le portrait assure la présence de Jenny : d’où la couleur du merveilleux, ces prises de vues étranges, ces contre-plongées sur les buildings de Manhattan (modernité, dans les années 40) qui alternent avec des paysages ruraux (montagne étrange, quelques années après Citizen Kane).

Le tableau ne constitue pas l’œuvre à proprement parler : c’est l’acte pictural, acte d‘amour, qui fait de la « belle » une œuvre d’art. Galatea est née. Elle est aussi Venus (amour = beauté), Pandore ou Eva, et peut vagabonder au gré de l’intemporel entre fiction et réalité. Son tableau est à l’image de celui du film, on s’y projette tant il nous attire ... en cette période où je perds moi-même ma Galatée.

JB – mai 2009

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+8

Auteur

Blog

cesarius

07-11-2014

Téléchargement

PDF Certifié Ebook payant
"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Le portrait de Jennie appartient au recueil mes ciné-textes

 

Critique de Film ou Série terminée ! Merci à cesarius.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.