Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Poèmes classiques en ligne - Bibliothèque

classique, néo-classique... Précisez le choix de votre catégorie.

Publier Poème Classique N'hésitez plus, venez publier un poème classique ! Publier Poème Classique

Navigation : > Bibliothèque > Tous les Textes > Poèmes classiques > Complets
Rechercher :
Parcourir Poème Classique Danse avec le Tigre

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 9

Le Tigre de la légende de Gazi Inde XIXe siècle British Museum I. Je t'ai vu blanc, tantôt, sous le ciel des Gémeaux, Cruel gardien de l'Ouest renaissant aux calendes; En khôls ensorceleurs, en contes et guirlandes, Dans un manteau d'automne ambré de noirs émaux. De ton air souverain, aux confins des frontières, Je t'ai vu, conquérant, sillonner le pont d'or, De Durgâ le cheval au dard de picador, Confier à la Mort tes ...
Parcourir Poème Classique Sérénade

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 5

Même si d’ennui mon cœur harcelé,Envers la torpeur penche toujours,Il renaît, Ô belle Tingis ! de sourire,Lorsque, grandioses, il voit défiler,Livrant leurs secrets, des souvenirs,Et ton passé glorieux et ta noble destinée.Un matin que j’errais, solitaire,Rêveur que je suis d’un beau monde gai,Sur tes vierges plages aux vagues si pures,Vers par vers, un antique et profond sonnet,Où la Grèce même i...
Parcourir Poème Classique Ma prison mentale

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 3

Camisole chimique ou la prison mentale Dans mon monde tout me semble être devenu gris. je ris, je pleure, mais je suis si absente, sans que quiconque me dise qu’il le ressente. Je suis perdue et ai peur de devenir aigrie. Il est fini le temps ou j’allais avec aisance. Je souffre tant dans ma si faible et si pâle âme, laquelle est traversée de tranchantes lames. Tout ceci car je ne ressens plus ma présence. Il est fini le temps des plaisirs naturels....
Parcourir Poème Classique Gothique

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 5

La tornade de son, un déluge électrique, Dérange le silence et le décor urbain. L'onde radio claque, envahit le terrain, Énerve les cerveaux, impose sa musique. Seul dans cette prison, cellule magnétique, Je vis ma décadence et me révèle vain. La réalité craque, éteint le lendemain, Fige mes oripeaux dans un or métallique. Alter ego nocturne, en héros plaqué toc, Tu me vois taciturne et je...
Parcourir Poème Classique L'enfant que tu étais

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 5

Te souviens-tu de l'enfant que tu étais ?Avant les souvenirs, les rêves d'aveniret le désir de plaire à ceux que tu aimais,d'être celui, ou celle qu'ils voulaient que tu sois ? En ce temps là tu n'étais pas encore le principale héro de ton histoireTe souviens-tu du mondequand tu le regardais avec tes yeux d'enfant ?Comment les peupliers jaillissaient vers le cielprès d'en toucher les nuagescomment l'or du soleil faisait danser leur...
Parcourir Poème Classique Exercice de style

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 7

Les Etats assommés par les tambours de la guerre Une manie qui propage la rancœur, Manie que l’Oncle Sam en sa ferveur, Colporte à tort et à travers - Traquer un Axe du Mal dont les diablotins Payeraient les pots cassés en temps opportun - Harasse les peuples de la terre. Ils ne tremblent pas tous, mais tous sont ébranlés. On n’en soupçonne guère d’indiscrets Défiant le courroux de l’irascible Bush ; ...
Parcourir Poème Classique Deuil

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 7

Penchée sur ton visage qui n’est plus que papier, Suivant ses doux contours que la lampe fait briller Tour à tour nostalgique, émue, au désespoir, Il me faut renoncer au bonheur de te voir. Ton agenda toujours dessinait ma journée Pénélope, majordome, amie et dulcinée, J’ai suivi ton mouvement, ajusté ma pendule Au rythme de ton temps, innocente, crédule. Résolument confiante en l’immortalité...
Parcourir Poème Classique Le grand secret

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 6

Pour ceux qui aujourd'hui cherchent le Grand-SecretVient la Révélation comme depuis toujours.Lumière de nuit et de ce qui se crée,Cause de tout départ et de notre séjour.Mais pour voir le Secret il te faudra la nuitEt pour l'entendre aussi il te faut le silence.Oublie ce que tu sais toi que l'on a instruit,Garde ton œil ouvert et puis ta vigilance.Seulement qui saura éteindre la lampe,Faire taire le bruit, verra et entendra.Pour aller au...
Parcourir Poème Classique Un jour, je m'en irai sans en avoir tout dit

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 4

« » Si je mourais demain, pauvre corps courbatu, Si je mourais de faim, m'offrirais-tu un plat ? Si je mourais d'amour, m'ouvrirais-tu tes bras ? Oui, je mourrai un jour, mais toi, où seras-tu ? Si je mourais chez moi, sans personne, sans biens, Si je mourais d'un froid que rien ne peut calmer, Si je mourais là-bas sur le front de l'armée, Tu ne serais pas là et tu n'en saurais rien. Si je meurs dès ce soir, que la mort me délivre, Si je m...
Parcourir Poème Classique Soirée de rêve

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 10

. La cheminée flamboie et la bûche se meurt Dans l’âtre rougeoyant aux pétillantes braises. Le silence s’incruste bienveillant et charmeur, Le temps s’est esquivé afin d’être à son aise. Égrenant chaque instant la pendule murale Est la seule à vouloir poursuivre son tempo ; Le tic-tac lancinant semble presque anormal Dans la douce tiédeur qui invite au repos. Un persan aux yeux verts ronronne doucement ...
Parcourir Poème Classique L'automne

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 3

« » S'il fallait un instant pour écrire un poème, J'aurais déjà couché mille mots sur ma feuille ; Mais il ne suffit pas d'un éclair quand on aime. Ma pauvre feuille blanche aujourd'hui est en deuil. Comme le temps est long lorsque le cœur est lourd, Et comme les saisons s'écoulent tristement ! Le vent souffle le feu des derniers maux d'amour Et les voit à jamais renoncer au printemps. La flamme inextinguible s'é...
Parcourir Poème Classique Comme un ouragan de quartz

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 3

J'ai trop mal aux tympans, la faute à cette pop, Quand une star de Quartz donne un nom à Jackie, Par une mise au point, une tranche de vie, Un spleen à deux cents mais ancré dans le top. Je veux changer de son, retrouver le be-bop, Danser sur du tempo, plonger dans la magie, Celle du jazz d'antan et de la mélodie, Loin des tubes datés, et dix ans de pas glop. Mais voilà que j'entends la brune Stéphanie, Drame du mauvais goût et de ...
Parcourir Poème Classique Le vent vient de la mer

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 2

« » Je voudrais écrire aujourd'hui Quelques mots plus vivants et moins vides de sens Pour peupler le noir de mes nuits Et redonner vie à l'ombre de ton absence Je porterai à la lumière Les cendres d'un amour parti à tire-d'ailes Pour que la flamme éteinte hier Soit la résurrection d'un phénix immortel Je t'offrirai des fleurs de Lune Plus belles que les roses fanées par le temps Des orchidées blanches et brunes ...
Parcourir Poème Classique Pertinence La Magicienne de Britannie

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 14

J'ai suivi la flâneuse aux doux yeux vermillon, La Rhiannon, une aile blanche en opaline ; Mélusine livrant l'empreinte sibylline, Son butinage exquis, filant sur un sillon Sous un grain d'autrefois perlant de confidences, A bâbord des mouillages, au Port-Maria, Enlaçant son pays, Pasionaria, Chevauchant en fourreau, sondant les brumes denses.
Parcourir Poème Classique Liberté

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 3

Tu joues avec nos cœurs et notre espoir Fardée le matin de rouge et de noir Le soir tu te couches déshabillée Tout contre la peau rude d’un guerrier. Tu laisses croire que tu es pure Mais tu ouvres bien trop de blessures Et quand tu nous fais le jeu de l’amour Le lendemain, un autre prend son tour. Car tu es si belle et si désirable Que tu attises des luttes coupables Mais quel est celui qui contre ton sein A vu aboutir vraiment ses desseins. Le ...
Parcourir Poème Classique Un amour de jeunesse

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 2

Un amour de jeunesse, Virus de la passion, Circule dans mon sang, S’érige en droit d’aînesse, Provoque une affection Qui me rend languissant. Fille je t’ai connue A mon adolescence; Tes yeux inquisiteurs Mettaient mon âme à nu Et enflammaient mes sens. Perdu dans les hauteurs De la félicité, Je m’accrochais à toi, Car j’étais éperdu. Un jour, tu m’as quitté. J’ai pleuré sous m...
Parcourir Poème Classique Ce que tu dis

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 4

« » Tu me dis que le monde est un égout sans fond Un égout fait de fange et de phoques rampants Mais le monde est aux arts à Apollon à Pan Je chanterai la vie aux couleurs qu'ils la font Tu me dis que la mer peut faire un bruit si doux Je me dis que tes yeux sont deux miroirs si purs Que la mer est au fond une grande imposture Dont les cuivres grondant viennent on ne sait d'où Tu me dis que le monde est un sombre mirage Et que Dieu s'il existe n'...
Parcourir Poème Classique Le monde autour de moi semble parler sans fin

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 4

En attente d'un titre Les oiseaux crient ton nom au ciel toujours plus bleu L'azur l'écrit partout en rayons de soleil Le vent chuchote encore au creux de mon oreille Ce que pour moi la pluie murmure quand il pleut Les nuages rêveurs reproduisent tes traits Les senteurs des fleurs se mêlent à ton parfum Le monde autour de moi semble parler sans fin De son profond langage à mon cœur illettré Dans chaque bouffée d'air qu'à pleins poum...
Parcourir Poème Classique Le labyrinthe

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 8

Je me suis engouffré dans la voie sans issue ; Afin d’y rechercher la pierre philosophale ; Je croyais aux miracles puis me suis aperçu Que je m’étais trompé en suivant les dédales D’une imagination délirante, irréelle. Celle-ci m’a conduit en des lieux inavouables : Méphitiques illusions, obsessions continuelles Confinant ma raison dans les coins misérables.
Parcourir Poème Classique Mourir

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 5

Mourir, il y a mille façons de mourir Mourir en criant ou ne savoir que dire Mourir d’amour ou mourir de tristesse Mourir enfin entouré de tendresse. Ceux qui meurent bravement comme des soldats D’autres qui meurent lentement sur une croix. Quand l’aube dessine une belle lumière Ou quand la nuit assombrie toute la terre. On sait mourir cent fois quand s’en va l’amour On sent partir la vie quand s’en va le jour Il voudrait se jeter du h...