Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Poèmes classiques en ligne - Bibliothèque

classique, néo-classique... Précisez le choix de votre catégorie.

Publier Poème Classique N'hésitez plus, venez publier un poème classique ! Publier Poème Classique

Navigation : > Bibliothèque > Tous les Textes > Poèmes classiques > Complets
Rechercher :
Parcourir Poème Classique Et si l'on parlait d'abeilles, ces merveilles...

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 6

Maints et mains faux-bourdons Séduits par cupidon S’unissent à la reine Dans la plaine sereine Succombant aux appâts Et passant à trépas Après l’accouplement Leurs nobles dévouements Se perpétueront En loyaux tâcherons Qui vont gesticuler Afin de réguler La température D’une ruche mature Gloire aux abeilles mâles Qui lors d’un dernier râle Se fondent dans l’essence De nouvelle...
Parcourir Poème Classique Le Chat

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 4

Il a gardé de son lointain passé, Toute la grâce et la beauté. De l'Égypte ancienne à ses contemporains, C'est une miniature de grand félin.Qu'il veille ou qu'il sommeille, Son port le rend plus majestueux, Plus doux et plus noble, Que la plupart des domestiqués.Rien ne semble empêcher son repos, Ni déranger sa méditation profonde. Il affiche une distance de Joconde Et domine de très haut son petit monde.Sa bouc...
Parcourir Poème Classique Toi seule

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 3

Toi seule Enfant je me souviens bien que, main dans la main Loin des mornes vallées, dans la forêt de pins Nous errions sans but, sans envie ni aucun rêve Bercés par un pur bonheur mêlé de "je t'aime" Toi seule, qui jamais n'a feint ne pas me voir Toujours heureuse tu étais de me revoir Sur une fleur butinait un beau papillon Il nous fallait le voir mais sans notre raison Qui fausse, trompe et empêche l'étonnement Des hommes, les emp&...
Parcourir Poème Classique Vagabond

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 5

Non je ne le nie pas, je ne suis qu’un manant J’accepte mon sort, sans aucune tristesse Comme s’écoulent les jours et passe le temps Je vie ma vie dehors et j’aime ses promesses. Nobles princes, je n’envie pas votre couronne J’aime trop mon lit de mousse et de rosée Pour m’en séparer même au prix d’un trône Conserver donc vos parc, je garde mes forêts. Oui pourquoi désirer, l’amour d’une...
Parcourir Poème Classique Sur la mer

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 2

Sur la mer tu sais j’ai posé mon bateau ivre Et m’immergeant me suis faite écume en son sein Houle de vagues japonaises en dessins Crépitant au soleil a des reflets de cuivre Et m’immergeant me suis faite écume en son sein Emplie de gais désirs où l’espoir de vivre Crépitant au soleil a des reflets de cuivre Une nuée d’exocets voltige en essaim Emplie de gais désirs où l’espoir de vivre ...
Parcourir Poème Classique Je Thème en braille

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 6

Je lis dans mes oreilles le doux son de ta voix, Les mots qui me réveillent et me parlent de toi. Je goutte sur tes lèvres l'émotion et la joie, Me baigne dans la fièvre des sons de nos ébats. L'odeur de la passion emprise mes narines , L'ardeur du rubicon en crise serpentine. J'effleure ta tendresse du bout de tous mes doigts, En braille te confesse l'ampleur de mon émoi. Et puis je deviens braque, je risque le naufrage, Et dans tes bras je craque h...
Parcourir Poème Classique Le premier baiser

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 8

. Ce fut un long frisson tel un rayon de lune, L'aile d'un papillon, un parfum de rosée Qui frôlèrent nos corps à l'ombre de la dune Quand nos mains se joignirent heureuses et reposées. Une brise adoucie, moiteur un peu complice Caressait nos visages, poudrait ta chevelure: Les embruns de la mer aux effluves d'épices Dessinaient sur tes hanches une fine courbure... Je fixais ton regard où se lisait l'envie Etait-ce appréhension ou simplem...
Parcourir Poème Classique Tiré du film "Corporate"

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 4

Tiré du film "Corporate" Femme à la crinière brune ébène,Au large sourire autoritaire,Elle a su profiter de l’aubainePour quitter son rang de prolétaire.En charge des ressources humaines,Elle devait se débarrasserDe maints employés énergumènesDont la performance s’est tassée.Mais elle devait le faire en sorteQu’aucun autre ne se rende compteQu’ils avaient été mis à la por...
Parcourir Poème Classique Les zèbres de papier

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 5

Les zèbres de papier dansent sur les murs, Animent nos rêves et gardent nos cœurs purs. Alice s'émerveille et le jardin de verre Prend les mille couleurs du ciel et de la terre. L'herbe devient bleue, une mer irréelle, Le continent perdu où la vie est trop belle. Et Alice s'envole au fond du paysage, Où la réalité est de moins en moins sage. Je ne sens plus le sol, la hauteur ou le bas, Éloigné du chemin où l'on...
Parcourir Poème Classique Lorsque... Quand... Printemps de mon coeur

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 7

Lorsque j’entends le ramage D’une forêt printanière Qui gazouille d’allégresse, Mes pensées rendent hommage A la terre routinière, L’éternelle enchanteresse. Quand je renifle l’humus De la première saison Se dégageant des prairies, Je murmure l’orémus Et je rends grâce à foison Aux instants pleins d’euphories. Lorsque mon regard se pose Sur le firmament bleuté M’e...
Parcourir Poème Classique Nous battions le pavé

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 6

En battant le pavé, pour une cause obscure, Ce symbole d’antan ne nous avait rien fait. Des mots pleins la tête nous servaient de culture, Levaient nos idéaux ou du moins les paraient. Le bitume brulait le boulevard Voltaire, Une avenue tranquille en ce début d’été, Devenue le volcan des révolutionnaires, Les ondes sismiques de quelques encartés. Un moustachu criait son dégout des élites, Fatigué des mente...
Parcourir Poème Classique Culpabilité

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 5

CulpabilitéLa spirale horrifique Se déploie jour et nuitSur l'esprit qui sillonneLa ,La térébrante hantise.Le cœur, la mère-branche,En vapeurs maléfiquesMe conte les ennuisD'un frère qui bouillonne.Je sens l'inimitéEnvahir ma sottise,Me dévorer par tranche.La parole assassineHurle dans les tréfondsDe mon être coupable.Je tremble jusqu'aux moellesEn entendant ma voixRésonnant d'un échoMortel qui me dessine...
Parcourir Poème Classique L'amour des rêves

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 1

l'amour de ma mort viens quand je t'endors l'amour de mon âme est tranchée par des lames je rêve d'amour et d'eau fraîche sur la pointe d'une flèche l'amour de monsoleil dans un monde de merveilles l'amour des anges coulent dans un ciel étrange je rêve au clair de lune sur l'amertume l'amour de la nature me plonge dans sa texture l'amour des eaux sont les courants de mes mots je rêve d'un paradis où les mots je t'aime seront toujours ...
Parcourir Poème Classique Sans plus perdre de temps, écrire ; écrire encore

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 5

"" Si tu passes tes nuits à rêver sans dormir, Si ton coeur s'empoisonne et veut croire en l'amour, Si ce dernier te suit sans répit chaque jour, Et si tu crois l'aimer, n'arrête pas d'écrire. La poésie délivre nos coeurs impatients Et leur fournit sans peine une pâte à sculpter Dont il faut polir toutes les aspérités Pour traduire les maux de notre subconscient. La poésie révèle un monde enseveli, ...
Parcourir Poème Classique Sérénade

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 7

Même si d’ennui mon cœur harcelé,Envers la torpeur penche toujours,Il renaît, Ô belle Tingis ! de sourire,Lorsque, grandioses, il voit défiler,Livrant leurs secrets, des souvenirs,Et ton passé glorieux et ta noble destinée.Un matin que j’errais, solitaire,Rêveur que je suis d’un beau monde gai,Sur tes vierges plages aux vagues si pures,Vers par vers, un antique et profond sonnet,Où la Grèce même i...
Parcourir Poème Classique Ma prison mentale

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 3

Camisole chimique ou la prison mentale Dans mon monde tout me semble être devenu gris. je ris, je pleure, mais je suis si absente, sans que quiconque me dise qu’il le ressente. Je suis perdue et ai peur de devenir aigrie. Il est fini le temps ou j’allais avec aisance. Je souffre tant dans ma si faible et si pâle âme, laquelle est traversée de tranchantes lames. Tout ceci car je ne ressens plus ma présence. Il est fini le temps des plaisirs naturels....
Parcourir Poème Classique Gothique

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 6

La tornade de son, un déluge électrique, Dérange le silence et le décor urbain. L'onde radio claque, envahit le terrain, Énerve les cerveaux, impose sa musique. Seul dans cette prison, cellule magnétique, Je vis ma décadence et me révèle vain. La réalité craque, éteint le lendemain, Fige mes oripeaux dans un or métallique. Alter ego nocturne, en héros plaqué toc, Tu me vois taciturne et je...
Parcourir Poème Classique L'enfant que tu étais

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 5

Te souviens-tu de l'enfant que tu étais ?Avant les souvenirs, les rêves d'aveniret le désir de plaire à ceux que tu aimais,d'être celui, ou celle qu'ils voulaient que tu sois ? En ce temps là tu n'étais pas encore le principale héro de ton histoireTe souviens-tu du mondequand tu le regardais avec tes yeux d'enfant ?Comment les peupliers jaillissaient vers le cielprès d'en toucher les nuagescomment l'or du soleil faisait danser leur...
Parcourir Poème Classique Exercice de style

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 8

Les Etats assommés par les tambours de la guerre Une manie qui propage la rancœur, Manie que l’Oncle Sam en sa ferveur, Colporte à tort et à travers - Traquer un Axe du Mal dont les diablotins Payeraient les pots cassés en temps opportun - Harasse les peuples de la terre. Ils ne tremblent pas tous, mais tous sont ébranlés. On n’en soupçonne guère d’indiscrets Défiant le courroux de l’irascible Bush ; ...
Parcourir Poème Classique Deuil

Poème Classique terminé | Pages 1 | Vote 7

Penchée sur ton visage qui n’est plus que papier, Suivant ses doux contours que la lampe fait briller Tour à tour nostalgique, émue, au désespoir, Il me faut renoncer au bonheur de te voir. Ton agenda toujours dessinait ma journée Pénélope, majordome, amie et dulcinée, J’ai suivi ton mouvement, ajusté ma pendule Au rythme de ton temps, innocente, crédule. Résolument confiante en l’immortalité...