Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Bibliothèque : Toutes les publications

Navigation : > Bibliothèque
Rechercher :
Parcourir Lettre Perdue Lettre ouverte aux insoumis

Lettre Perdue terminée | Pages 1 | Vote 1

Ô Insoumis, Ô Insoumises, entendez mon cri du cœur. Je suis las, fatigué, éreinté, épuisé mais surtout consterné de voir que notre mouvement n'a pas réussi en cette soirée. Vous m'avez cru? Battus nous sommes, ils disent. Ô Insoumis, Ô Insoumises, ils ne savent pas à quel point ils se trompent, mais vous et moi nous le savons bien, car ce que nous défendons, nos valeurs et nos principes: Humani...
Parcourir Poème Mélancolie

Poème terminé | Pages 1 | Vote 2

... Après avoir travaillé toute la journée, n'ayant plus la force d'écrire, elle pose son clavier poussée par la même migraine qui la guette les soirs de désespoir... Cela fait des jours qu'ils ne se parlent plus... Après des tentatives de réconciliation, en vain... Ce soir, seule dans sont lit, elle écoute cette chanson et se demande encore quelle est la raison de leur discorde. Elle n'en trouve point, serait ce de la fier...
Parcourir Poème Toi, mon frère

Poème terminé | Pages 1 | Vote 2

L'ombre d'une peau Surgissant de contrées irréelles,Une figure exotiqueÉmergeant des abîmes de l'effroi,Pétrifie l'esprit bien-pensant,Immobilise l’œil pétri d'habitudes;L'inconduite gît sous l'épiderme,Le vice se cache sous la peau.L'affreuse langue s’allume,Un feu glacial dévore l'intrus;La lèvre piquante s'enfonce,Une marée purulente empeste l'âme;La salive cramoisie se déverse,Le ver...
Parcourir Texte Court Danger, Haute tension !

Texte Court terminé | Pages 1 | Vote 2

Je marchais dans la rue tranquillement, quand soudain, l'orage éclata. Je ne pouvais pas courir, une sensation violente et douce me retenait sur ce pavé froid. Je restais là, sous la pluie, figé et perdu. Et puis ce fut rapide, une lumière, une claque, un fouet, puis une douleur intense qui parcouru mon corps tout entier, n'épargnant aucun de mes organes. Tout se passa très vite. Mes jambes se dérobèrent. Je me sentis basculer, m...
Parcourir Poème Duel

Poème terminé | Pages 1 | Vote 4

Offensé par l'insulte d'un amour incompris, Perdu dans le tumulte de la rumeur ourdie, Je vous donne le choix de la plupart des armes, Et me laisse le droit de sécher dans vos larmes. Le silence embrumé habille le matin Qui va entretuer l'injure et son parrain. Musique de clairière, prélude du combat, Brume de cimetière, et arbre branche en croix. Les pas suivent leurs pieds jusqu'à leur non retour, La peur les a liés aux racines du jour...
Parcourir Nouvelle Une bouteille à la mer

Nouvelle terminée | Pages 1 | Vote 2

Une nouvelle fois, Bacha venait de se cogner le front contre le rail de l’aspirateur automatique fixé sur la partie supérieure du conduit. Il pesta en prenant garde de ne pas laisser éclater sa colère de façon trop bruyante. D’après ses estimations, il se trouvait en ce moment au-dessus du bloc cuisine et il ignorait à quelle heure le personnel embauchait. Bacha illumina le cadran de sa montre: une heure quatorze du matin. «N...
Parcourir Poème Trois semaines

Poème terminé | Pages 1 | Vote 2

J’ai encore trois, seulement que trois, Ah ! Trois fois cinq, trois fois cinq jours, Je n’ai que ces trois, seulement que trois, De neuf heures à cinq, trois fois cinq jours. Il ne reste que trois, seulement que trois. En heures c’est cent cinq, trente-cinq fois trois. Tu sais ? J’ai le tournis, du vide de ta présence, Sais-tu ce que je vis ? Du vide de ton absence ? J’ai encore trois, seulement que trois, Ce n’est pas trop de toi, oui, trop p...
Parcourir Poème Dixième

Poème terminé | Pages 1 | Vote 2

Je t'ai regardé me parler et me sourire. Délaissant définitivement l'avenir, A l'orée tamisée de cette itinérance, J'ai décidé d'embrasser ta fragrance. La pluie tombe sans limite, nous sommes fin Avril. Sans aucune considération pour le péril, Je me cramponne à cette fulgurance, Pour toucher tes lèvres portes de la délivrance. Précédemment écrasée par ton absence, Je demeur...
Parcourir Poème Neuvième

Poème terminé | Pages 1 | Vote 2

J'aimerais tellement que tu t'approches De ce gouffre alléchant, sans brèches, sans accroches Mais que tu ne sautes pas. J'aimerais tellement que tu vois la vie Avec mes yeux d'affectueuse étourdie Et que tu ne sautes pas. Ne vois-tu pas ma main tendue ? La peau magnifié par ton manque de vertu. Mon essence et ton essence, Ramenées à la vie par des rémininscences, Ne sont destinées qu'à s'amalgamer, Abruties par la chaleur d'un &...
Parcourir Histoire Courte Teddy blues

Histoire Courte terminée | Pages 1 | Vote 3

Teddy sonda ses poches, en vain. Son patrimoine se résumait dorénavant à du vide. Il repensa à ses derniers mois de galère. Barbie l’avait siphoné jusqu’au trognon, lui le compagnon des têtes blondes, l’ours favori des petites filles. D’abord, elle l’avait intoxiqué avec ses histoires de mode, de marques et de paraitre. Il s’était retrouvé habillé d’improbables tissus bigarr&e...
Parcourir Poème Aux pays étrangers

Poème terminé | Pages 1 | Vote 2

Gris ciel, des mots doux à tes cotés Superficiel, qui suit partout ma volonté J’ai frappé à ta porte, le cœur allégé Que tu m’emportes aux pays étrangers Tant que je supporte, les esprits dérangés Passions plus fortes et bonheurs partagés Toi et moi on s’est tout dit Toi et moi c’est pour la vie Esprit béni, de l’amour à mes cotés Harmonie, qui luit mon envie ...
Parcourir Nouvelle Beltaine (2 pages)

Nouvelle terminée | Pages 2 | Vote 1

Beltaine, troisième fête sacrée du cycle celte de l'année, est célébrée cette année de manière impromptue et du point de vue d'un étrange témoin. Au nord de l’Europe, dans un pays jadis parcouru par des tribus au corps couverts de guède, là où les pierres levées côtoyaient les cieux étoilés, dans une lande où la magie faisait autrefois partie de l’ordre naturel des éléments, un lac aux eaux sombres reflétait la lumière de la pleine lune.
Parcourir Pause-Café Le chemin de musique

Pause-Café terminée | Pages 1 | Vote 2

Le chemin de musique La "loi "du 4 mains Le quatre mains est unprocédé artistique où deux personnes jouent ensemble sur un même piano. La "loi" du 4 mains dit : "Imaginez vous sur un chemin de musique qui débute par le premier son émit et qui se termine par la dernière vibration ressentie. Àpartirdu premier pas joué, vous devezcontinuer de marcher droit devant vous. Vos deux chemins sont tout deux différents et c'est pourquo...
Parcourir Texte Florilège

Texte à suivre | Pages 1 | Vote 1

- Ça y est, il est parti, le fils à maman ! - Encore une fois ! - Mais, il se moque de nous ou quoi ? - Laissez-le, les gars ! On n’en a pas besoin ! D’emblée, nous occupions les trottoirs, où nous abîmions nos souliers éventrés, derrière la petite balle. Les bousculades, les heurts contre les grillages, les chutes à cause de piétons rêveurs, étaient monnaie courante, sans parler des tracasseries quo...
Parcourir Poème Sucre

Poème terminé | Pages 1 | Vote 3

Jeune femme me sourit Et m invite belles dents Cheveux noirs voile d argent A poser boîte de sucres Sur tapis volant Femme jeune tu attends Du mourant aux cheveux blancs Un sourire de partage Tes yeux noirs du Liban Semblent heureux Pour un instant D' offrir vie à cet errant Je t'observe tu me regardes Devoiler mes lourds secrets Car tu sais Je ne ris jamais Le malheur m'a frappé Mes paupieres ne se lévent plus Le lourd poids des jours gris Les fontaines taries se s...
Parcourir Chanson & Slam La pause

Chanson & Slam terminée | Pages 1 | Vote 2

  PauseSans tes amies que sais-tu faire ?Déhancher ta langue dans mes verres .et encore je plaisante ,mais attends , tes silences :ils me désarmentet ânonnent que même étoilées ,nos nuits vont semblerplus longues que les jours .C'est clair , que nos cœurs réclamentdes montagnes de pauseset leurs versants si hauts .C'est clair, enfiles ton air qui flâneet souris en bas aux romancesqui t'attendent en avalanche.Enfin les sorbets de ...
Parcourir Poème Haîkus

Poème terminé | Pages 1 | Vote 3

Haîku I Vent & Nuit Le vent dans les cheveux et la nuit dans les yeux Tu marches seule dans l'obscurité Lumières fantômes des lampadaires. L'ombre de la nuit Portée sur un monde - étoilé – la toile est tirée Des bruits de pas Passage qu'on ne voit pas Mirage Miroitant Dans la pénombre pourtant le nombre de noctambules Crépuscule Chat Les feuilles paniquent; un chat si blanc dans l'herbe verte en courant d'air Ha&ici...
Parcourir Journal intime Lettre à Veronique, reflexologue et secouriste à la fois..

Journal intime terminé | Pages 1 | Vote 2

Vous m'avez demandé de vous écrire mon ressenti lors de nos séances. Il était important que vous compreniez ce qui m’a poussé à vous appeler... C'est lors d'un diner entre amis que m'est venue l'idée de consulter un reflexologue. Une des convives, Dominique, ancienne infirmière, expliquait avoir fait une formation en réflexologie plantaire : sur des points bien précis, elle pouvait dénouer des douleurs, déceler des maux.
Parcourir Poème La nuit t'appartient II

Poème terminé | Pages 1 | Vote 2

La nuit t'appartient quand tu marches dans l'obscurité parmi les lumières fantômes des lampadaires qui jalonnent ton chemin un chat blanc se détache sur le soir et tu marches le cœur empli d'espoir Tu t'échappes un peu plus loin de la promiscuité De ses chambres entassées où on n'entend rien que des sanglots longs et des cris dans les couloirs ou les ronflements tranquilles qui bercent les dortoirs Si tu peignais encore ce ne serai...
Parcourir Poème La nuit t'appartient I

Poème terminé | Pages 1 | Vote 4

La nuit t'appartient Tiens le bon bout Bouteille cassée Verre parsemé - éparpillé - et par pitié – est parti hier Par terre à terre Terre de sienne Ses mains, les siennes. La nuit t'appartient Rien ne te retient Les tintements – d'argent. D'argenterie Galanterie Galerie galante – galante et rit – galeux gris Grisaille de paille Aïe – mon cœur Oiseaux moqueurs Rieurs La nuit t'appartient Tient le bon vent Ventr...