Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Écrire de la Science-fiction : v... - Article

Article "Écrire de la Science-fiction : vogue la galère !" est un article mis en ligne par "emmalys"..

Venez publier un article ! / Protéger un article

 

Écrire de la S-F : Vogue la galère !

 

 

Je ne me considère absolument pas comme un exemple en la matière mais au fil du temps, en particulier depuis que je suis sur le site, j'ai appris deux ou trois trucs sur l'écriture d'un roman/nouvelle de SF, que je souhaiterais vous faire partager. Il s'agit plus d'un coup de pouce qu'une véritable méthode de travail puisque chacun écrit différemment mais si ça peut vous faire gagner le temps que moi, j'ai pris à le comprendre, c'est toujours ça de gagné.

 

 

D'abord, science-fiction, kézako ?

 

   Pour les grandes explications, je vous renvoie au lien qui figure dans la catégorie « liens utiles » de DPP et qui vous dirige sur la page wiki correspondante. Contentons-nous de décortiquer la bête : science/fiction, c'est donc un genre où la science a une place particulière dans le récit. L'aspect futuriste y est souvent associé, mais un récit de science-fiction pourrait très bien se dérouler dans un monde similaire au nôtre, à la même époque, avec un fonctionnement différent. Bien que le genre offre de multiples possibilités, on peut résumer les choses en quelques mots : technologie, révolution scientifique, voyages dans l'espace/temps, sociétés/mondes inventés ou transformés. Si votre histoire n'a aucun rapport avec tout ça, il y a peu de chances pour que ce soit de la science-fiction.

 

Par quel bout commencer ?

Eh bien avant d'écrire, il faut d'abord penser à ce que vous voulez raconter. Si vous dites « C'est l'histoire d'un gars qui voyage dans l'espace et à qui il arrive des tas d'aventures », soit, mais ce n'est pas une histoire. (Que personne ne se sente visé, c'était l'embryon de mon roman. Qui a rigolé ?)

Une histoire signifie une trame, le fil conducteur de votre roman ; des personnages (principaux, secondaires, ainsi que des « figurants » que vos héros vont croiser, une fois, deux fois mais guère plus) ; et tout un univers qu'il vous faudra construire et qui servira de cadre. Mais surtout, le plus important, c'est l'enjeu, ce qui va faire que votre histoire va progresser et ne pas être une succession d'épisodes à peine liés par un fil conducteur. (Là aussi, je parle purement d'expérience parce que je suis tombée dans le panneau. On arrête de rire, j'ai dit !). Reprenons notre voyageur de l'espace. Son nom le prédestine à un avenir exceptionnel. Tout l'enjeu de l'histoire va être de voir s'il va réaliser ce destin exceptionnel ou non à travers une succession d’événements qui vont conduire notre héros à prendre une décision radicale et clôturer l'histoire.

 

 

Ensuite, pensez à vos personnages. Qui sont-ils et que font-ils ? ont-ils une famille, des amis, des hobbys ? Quel est leur passé ? Quel métier exercent-ils ?

Pour garder notre exemple, notre voyageur ne peut pas voyager sans but. Mettons que c'est un contrebandier : il a des contacts, une clientèle et sans doute des rivaux. Puisqu'il se déplace beaucoup, il doit avoir des points d'attache pour se ravitailler et donc croiser régulièrement les mêmes personnes. Ensuite, il a dû avoir une vie avant d'exercer cette activité, un passé qui l'a amené où il en est. Même s'il ne vous est pas nécessaire de raconter la vie d'un personnage en détail, ce sont des choses que vous devez garder en tête pour leur donner vie et les rendre crédibles. Plus que tout, vous, vous avez besoin de les connaître sur le bout des doigts pour savoir ce qui va motiver leur conduite et leur construire une identité propre.

A un moment, j'ai eu besoin d'en apprendre plus sur certains de mes personnages mais je ne parvenais pas à rédiger une fiche décrivant simplement ce qu'ils avaient faits ou vécus. J'avais besoin de le faire vivre, le temps de les percer totalement à jour. Alors je leur ai écrit des nouvelles, qui ont pris des directions inattendues et j'ai vraiment su qui ils étaient. Leur avoir permis d'exister en dehors du roman m'a permis, à moi, d'affiner leur psychologie et de leur donner davantage de profondeur, ainsi qu'à l'histoire à laquelle ils participent.

 

 

 

    Maintenant que vous avez votre trame, vos personnages, votre cadre, vous vous dites: « Chic, c'est le moment d'y aller et de faire chauffer le clavier ! »

   Stop, malheureux ! Prenez une minute pour souffler et regardez autour de vous. Que voyez-vous ? Observez la pièce où vous vous trouvez, l'éclairage, le mobilier, l'ordinateur que vous employez ; regardez par la fenêtre le paysage qui s'étend devant vous, les véhicules garés dans la rue, l'architecture des bâtiments, l'allure des passants... Toutes ces petites choses, vous allez devoir y penser, et peut-être même les créer afin d'insuffler une âme à votre univers.

D'abord, où se passe votre histoire ? Dans une ville connue et existante, quelques centaines d'années plus tard, dans notre système solaire, notre galaxie ou dans une autre ? Si vous devez créer tout un univers façon Stargate ou Star Wars, cela ne se fait pas en un claquement de doigts. Continuons avec notre contrebandier : il va s'arrêter sur plusieurs planètes, sans doute différentes par le climat, le relief, l'apesanteur, le cycle diurne/nocturne... Il faudra leur donner des noms, une population, des villes mais aussi des systèmes hiérarchiques, des régimes politiques.

   Qui dit différents mondes dit plusieurs espèces. Lesquelles ? Quelles sont leurs particularités, comment vivent-elles ? Toutes ces questions, vous devrez vous les poser, même si vos personnages n'y restent que le temps d'un chapitre, afin de donner une certaine cohérence à l'ensemble de votre roman. Cet univers ne doit pas être un simple décor : vos personnages interagiront avec, ils y vivent et s'y déplacent, d'où l'importance de le creuser suffisamment avant de vous lancer dans le récit en lui-même.

  Par expérience, je sais que ce genre de travail n'est ni le plus facile, ni le plus agréable car l'enthousiasme de départ se retrouve vite soufflé par le manque d'idées. Si je peux vous donner un conseil, n'hésitez pas à surfer et à vous inspirer de ce qui a déjà été fait.

   Attention, il ne s'agit pas de copier les idées des autres mais de vous donner une base de départ que vous étofferez de votre propre imaginaire.

 

Petits trucs en vrac :

  • En SF, tout est permis. Il suffit de laisser libre court à votre imaginaire, pourvu que votre univers reste crédible et cohérent. N'hésitez pas à glisser des éléments incongrus qui font tout le charme de ce genre. Regardez Chewbacca ou les Ewoks ! Jamais peluches n'ont été si redoutables. Pour les gamers (ou pas, d'ailleurs), zyeutez du côté des Hanaris ou des Elcors de Mass Effect. Dans le genre délirant, il y a aussi Doctor Who. Notez que je ne vous cite que films/séries/jeux, car il est bien plus facile de se faire une représentation de ce que peux être la SF avec ce genre de support qu'avec un extrait d'HypérionDune ou de la Stratégie Ender (les musts du genre, tout de même). En gros, amusez-vous et surtout, lâchez-vous !

 

                  

  • La technologie, la science, occupent une place de choix en SF. Vous ne pourrez pas passer à côté de quelques descriptions et explications techniques au risque de voir votre crédibilité s'effondrer. Basez-vous sur ce qui existe déjà et n'hésitez pas à éplucher quelques articles scientifiques pour vous aider. Vous n'avez pas besoin d'être pointu sur le sujet, juste de montrer que vous savez de quoi vous parlez. Il existe par exemple de nombreux sites sur les vaisseaux spatiaux, leurs catégories, leurs capacités, leur moyen de propulsion... Les consulter peut vous éviter d'attribuer toute une frégate à un équipage de trois personnes ou de parler d'une étoile froide. (Pour exemple, le Soleil est une étoile et il est loin d'être froid. Oui, j'ai fait la boulette et non, ce n'est pas drôle !)

  • Astuces et méthode : quand on doit inventer tout un monde,il arrive que les idées bouillonnent et prennent parfois des directions différentes. J'ai toujours un carnet sous le coude, où je note toutes mes idées, sans distinction : extraits de dialogues, événements, évolution de la trame, tout y passe. Je le laisse dans un coin puis je le relis à tête reposée. Là, il m'est plus facile de voir quelle idée peut être intéressante et quelle autre est totalement hors sujet. Votre trame peut évoluer, cela est même fréquent. Le tout est de ne pas créer d'incohérences quand vous décidez d'un tournant radical pour votre histoire.

  • - Penser par chapitre : j'ai longtemps écrit mes chapitres sans me soucier de ce qui allait se passer dedans. Le truc avec cette méthode, c'est qu'elle laisse facilement place aux contradictions et aux incohérences car on jette ses idées en vrac sans vraiment les lier les unes aux autres. Depuis que j'ai un peu plus de bouteille, j'ai pris l'habitude d'y réfléchir à l'avance, sans vraiment faire de plan et en relisant mes notes sur les idées qui me sont venues entre temps. Une fois les idées principales sélectionnées, je tente une première rédaction du chapitre sur un cahier. Je les termine rarement, ce n'est pas le but. Le but est de voir quelle direction prend ce chapitre et si elle convient à faire évoluer l'histoire.
  • Baliser votre roman : Vous connaissez votre univers sur le bout des doigts ou presque mais pas le lecteur. La SF est propice au surplus d'informations. Ne vous perdez pas en digressions car si votre lecteur est perdu, il va décrocher et ça, c'est une catastrophe. Ne décrivez que ce qui vous est utile pour planter le décor et rendre votre récit vivant. Un annuaire ou mémo peut être utile pour vos lecteurs afin qu'ils se réfèrent à ce dont vous parlez et se familiarisent avec un univers qui leur est totalement étranger. 

  • Ne laissez pas de côté les problèmes d'atmosphère ou de langage : expliquez-les. Qui dit races différentes dit cultures différentes mais aussi morphologies particulières, adaptées à un environnement spécifique. Pensez à Armstrong qui marche sur la lune ou à John Carter sur Mars !

  • Ménagez vos effets : alternez des épisodes calmes avec d'autres, plus tendus.

  • Pour parler d'un vaisseau, on dira un transport  plutôt qu'un véhicule. (Merci Francis!)

  • - Donner des petites manies ou des traits de caractère particuliers à vos personnages permet de leur donner plus de profondeur. (cf. Orson Scott Card)
  • - Pour les noms (personnages, planètes, espèces, vaisseaux), je pioche souvent dans la mythologie ou même sur les sites listant des prénoms médiévaux.

Quelques ressources utiles :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Vaisseau_spatial#Vaisseaux_de_guerre

http://bm77.space-blogs.net/blog-categorie/34371/science.html

http://www.actusf.com

http://www.futura-sciences.com

medieval.mrugala.net (rubrique "Divers/prénoms médiévaux")

SF : vogue la galère, mais quand on a une bonne paire de rames, on arrête de faire du sur place... Enfin, j'espère !

En espérant que tous ces petits trucs seront utiles à tous ceux qui écrivent ou veulent se lancer dans la SF.

 

N'hésitez pas si vous avez des questions !

 

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+32

Auteur

Blog

emmalys

19-11-2012

Téléchargement

PDF Certifié Ebook gratuit
"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Écrire de la Science-fiction : vogue la galère ! n'appartient à aucun recueil

 

Article terminé ! Merci à emmalys.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.