Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Vous a-t-on déjà dit que vous n’... - Histoire Courte

Histoire Courte "Vous a-t-on déjà dit que vous n’étiez pas vous-même ?" est une histoire courte mise en ligne par "Dyvoky"..

Venez publier une histoire courte ! / Protéger une histoire courte

IncompletHistoire Courte en cours de rédaction (incomplet)

 

 

Vous a-t-on déjà dit que vous n’étiez pas vous-même ?

 

Dans une résidence étudiante vivaient deux colocataires plutôt particuliers.
Leurs noms n’ont pas réellement d’importance, mais ce que nous savons de ces deux colocataires, c’est qu’ils étaient à la fois des némésis et des amis.


Ils étaient l’exact opposés l’un de l’autre. Le premier était le plus altruiste des hommes mais le second était égoïste et égocentrique. Le matin, l’un pouvait payer un repas à un sans-abri qui logeait dans un coin de la résidence universitaire. Mais en revanche pour ce qui est de son colocataire, il lui arrivait de se servir dans les réserves de ce même sans-abri.
Ces deux personnes n’étaient jamais ensembles, à tel point qu’ils ne se voyaient quasiment jamais à l’extérieur de leurs appartement. Cependant, ces deux étudiants étaient également rejetés par tous les autres étudiants. D’ailleurs personne d’autre que ces deux colocataires n’étaient rentrés dans leur appartement.

Ces étudiants avaient pourtant une complicité étonnante au vu de leurs caractères opposés. Des étudiants vivant aux appartements au 1er étage du même bâtiment que les deux colocataires, pouvaient souvent entendre des rires à la limite d’un rire que pourrait produire un hystérique. Ces hurlements étaient sujets à diverses rumeurs à propos des deux jeunes. Ce qui participait évidement à les enfermer dans une profonde solitude à l’extérieur.
Il n’était pas rare d’entendre des étudiants se moquer d’eux. De plus les deux étaient plutôt distants vis-à-vis de leurs familles et des autres Humains en règle générale. Les deux partagés une douleur commune, ils portaient la solitude avec eux, peu importe où ils se trouvaient. Ils ne connaissaient rien des autres, et avaient peur de leur parler.

À leur entrée à l’université, les colocataires firent une rencontre avec une jeune nouvelle professeure. Elle avait les cheveux d’une couleur entre l’orange et le châtain. Ils étaient aussi éblouissants qu’un rayon de soleil. Ses cheveux étaient en parfaite harmonie avec ses yeux d’un vert émeraude. La profondeur de son regard capturait n’importe quel homme. Et sa personnalité était unique également. Elle incarné le rôle de la douceur, tout tournait au ralentis à ses côtés. Mais le temps passait sans que l’on s’en aperçoive.

De cette rencontre, se créa un amour naissant, véritable, passionné, à la limite d’être obsessionnel. Une rencontre qui bouleversa leur quotidien morne. Ils retrouvèrent un monde plein de couleurs et d’espoir.


Et un jour l’un avoua à l’autre qu’il éprouvait des sentiments pour cette femme. Ce fut le début de la fin. En effets les deux se prirent donc l’un l’autre pour des rivaux. C’est alors que chacun d’eux essaya de se rapprocher de l’élue de leurs cœurs. Puis le premier, l’altruiste, lui demanda un rendez-vous, et elle accepta.

Leur premier rendez-vous se déroula de façon anodine, ils sont allés dans un café en fin de journée, elle commanda un latte et lui un capuccino. Et passé le moment où ils furent timides, ils commencèrent à se découvrir mutuellement. Et plus elle souriait et plus il voulait la faire rire. Et plus elle riait et plus elle voulait rester à ses côté. Après ce rendez-vous, ils se virent de plus en plus fréquemment.

Plus il passait de temps aux côtés de cette femme et plus il tombait amoureux. Il voyait de moins en moins son colocataire, même le soir il rentrait plus tard, mais il se sentait de nouveau heureux. Il pensait de nouveau à son avenir. Mais en même temps, il se sentait mal de laisser son colocataire de côté. Alors un jour il voulût rentrer plus tôt de l’université pour discuter avec son ami mais son colocataire ne se trouvait pas dans leur appartement.

Plus tard, lorsque son colocataire rentra, il essaya de lui parler mais sans succès. Les deux amis ne pouvaient plus s’entendre. Ils devenaient de plus en plus diffèrent. En plus de cela, plusieurs jours plus tard, le couple entre le colocataire et sa prof se disputa fortement à cause de son colocataire l’égoïste. La femme reprochait à son petit-ami de laisser tomber son ami. Ils finirent par décider de faire une pause dans leur relation.

Pendant les quelques semaines qui suivent cette séparation, la situation entre les deux amis ne changea pas. La conversation était désormais impossible entre eux, ils ne s’écoutaient pas. Puis arriva un jour où le premier avait fini plus tôt. En rentrant dans son appartement, il vit les chaussures de la professeure.

Il se dit que tout allez enfin s’arranger entre eux. Il enleva ses chaussures, traversa le corridor menant à la pièce commune mais il n’y avait aucune trace d’elle ici. Il alla poser ses affaires dans sa chambre mais elle ne se trouvait pas ici non plus. C’est alors qu’il entendit dans la pièce voisine, son colocataire et sa partenaire.


Il rentra dans la pièce et les interrompis alors qu’ils étaient en plein ébats. Il hurla de désespoir. Il entra dans une colère noire et l’altruiste devint hors de contrôle et commença à s’attaquer au couple.

Il assomma la femme après quelques coups secs, et son colocataire le chargea et ils atterrirent dans la pièce à vivre. C’est alors que l’égoïste frappa le premier, et il continua jusqu'à ce qu’un mug vint se briser contre son crâne. Le premier se leva, et couru vers la cuisine. Il prit un couteau et poignarda à la jambe son colocataire en se retournant. Le deuxième n’arriva pas à le retirer, il était coincé dans sa jambe. Et c’est alors que le premier, qui avait de nouveaux couteaux lui trancha la gorge. Il se releva, plein de sang, fier de lui-même.
Il se redit dans la chambre de son ancien colocataire et il planta un couteau dans le cœur de la femme qui l’avait trompé.

Après tout ça, il se calma, il rangea calmement toutes ses affaires comme si il allait pouvoir quitter cet endroit. Et une fois qu’il comprit ce qu’il avait fait il rit doucement. Puis il prit un énième couteau qu’il s’enfonça dans le cœur.

Quelques jours plus tard, deux corps furent retrouvés dans cet appartement. L’un était une professeure de la fac, l’autre était un étudiant vivant seul dans ce même appartement. Les deux avaient un couteau dans le cœur, et ce dernier semblait s’être battu. Seul.

Si on lui avait demandé, cet étudiant n’aurais jamais dit « oui ».

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+5

Auteur

Blog

Dyvoky

11-10-2017

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Vous a-t-on déjà dit que vous n’étiez pas vous-même ? appartient au recueil L'horizon

A suivre...

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.