Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Lettre d’une suicidée - Lettre Perdue

Lettre Perdue "Lettre d’une suicidée" est une lettre perdue mise en ligne par "Ginny"..

Venez publier une lettre perdue ! / Protéger une lettre perdue

Lettre d’une suicidée

 

                                                                                             A ……………………………

                                                                                             Fait le ……………………

 

D’une âme en peine que vous

avez fait souffrir.

                                                                                         A sa famille qui aurait

                                                                                         du la soutenir.

Objet : Dernière paroles

 

            Je suis partie car je n’en pouvais plus, je n’avais plus la force de supporter vos remarques blessantes, vos propos sarcastiques. Je n’avais plus d’espoir, plus rien à défendre, plus d’amour propre, plus d’honneur. Vous m’avez détruite, démembrée, démolie, abattue, brisée, anéantie.

            Mes derniers mots à votre égard ne seront donc pas tendres, et le but de cette lettre est plutôt que d’énoncer mes dernières paroles de vous faire ressentir ma souffrance et de vous faire souffrir à votre tour. Je veux que le remord et le chagrin ronge votre cœur desséché et votre corps déjà pourri.

 

            A ma mère.

Une mère doit raconter des histoires à ses enfants, elle les aime et leur fait découvrir l’amour des contes de fées, la magie de la vie, Noël. Une mère fait découvrir à ses enfants un monde beau enchanté remplie d’amour, de beauté.

Mais toi tu m’as fait découvrir la haine, la peur, la jalousie…Tu n’as fais que me critiquer, me comparer, me gronder.

Si tu me pleures, ce que je pense impossible, ne verse pas tes larmes  pour moi se serait un sacrilège verse les pour ta méchanceté, ton hypocrisie, ta colère insoutenable, ta langue acérée, tes mains plus agiles à me renverser qu’à mes câliner.

 

A mon père.

Peut-être que tu n’as pas vu mais j’en doute fort, tu as préféré détourner le regard comme un faible, comme un lâche.

Toutes les petites filles disent vouloir épouser leur père plus tard, car pour elles il représente l’homme parfait, le prince charmant. Pas moi tu n’es qu’un froussard, jamais tu ne m’as réconfortée. Tu ne m’as même jamais écoutée.

Aucun adjectif mélioratif ne me vient à l’esprit quand je pense à toi, tu n’as jamais rien accomplit dont je sois fière, tu n’as jamais pensé ou même imaginé que je puisse avoir besoin de toi.

Tu n’as jamais regardé mes dessins, ma tenue, ma coiffure, les cadeaux que je te faisais. Et rien qu’en cela…tu me blessais, c’est comme si rien de ce que je faisais n’étais assez bien à tes yeux. Au début oui j’y attachais de l’importance, beaucoup d’importance, te rendre fier de quelque chose que j’aurais fait moi-même  étais même devenu mon objectif dans la vie. Mais rien ne marchait et petit à petit j’ai compris qu’en fait tu n’étais qu’un…un con.

 

A ma petite sœur.

Toujours plus gâtée, choyée que moi. Toujours on te défendait, on t’aimait, on te comparait à moi, moi la ratée, la nullité et toi la beauté, l’intelligence.

Mais ça aurait put être vivable si tu n’en rajoutais pas une couche. Toi qui en famille me faisait de grand sourire et à la maison me martyrisait, me traitait comme une esclave. Je te hais.

J’avais déjà tant de problèmes, je n’avais pas besoin de ton aide pour en rajouter. Et je t’en veux plus que tout car sans toi tout cela aurait put être supportable, mais avec toi… c’était trop.

 

 

J’espère que vous paierez tous pour vos actes ignobles. Certains disent qu’on paye tous un jour alors je prie de toutes mes forces pour que cela soit vrai et que ce jour arrive.

 

Je m’en suis allée vers un autre monde, une autre destinée et je souhaite que jamais nos chemins ne se croisent à nouveau.

 

A jamais, haineusement.

 

                                                                       Ginny

J'ai toujours pensé que j'avais beaucoup de chance d'avoir des parents qui m'aime, m'adore, me font des cadeaux... Avez-vous déjà eu des pensées suicidaires ? Moi oui mais rarement. Dans ces moments je me suis toujours dit que si un jour je le faisait j'écrirais une lettre.

Cette lettre qui montre une famille horible a deux raisons d'être :

1- Elle m'a permis d'écrire cette lettre que je voulais faire avant de me suicider.

2- Elle me permettra de me rendre compte si je veux me suicider un jour que j'ai tort, que j'ai beaucoup de chance et des proches qui m'aiment. En réalité les personnes décritent ici sont tout à fait les inverse de ma famille. Ma soeur est très généreuse et gentille, mon père est toujours fière de moi et ma mère me lisais tout le temps des histoire avant que je me couche quand j'étais petite.

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+23

Auteur

Blog

Ginny

20-06-2013

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Lettre d’une suicidée n'appartient à aucun recueil

 

Lettre Perdue terminée ! Merci à Ginny.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.