Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

La solitude 2.0 - Réflexion

Réflexion "La solitude 2.0" est une réflexion mise en ligne par "Antoine A. "..

Venez publier une réflexion ! / Protéger une réflexion

Ce sujet de réflexion ne parlera peut-être pas à tout le monde, mais je le pense important si ce n’est primordial pour les jeunes actuels.

LA SOLITUDE 2.0

   Lorsque je me couche le soir, dans mon lit, je fixe mon plafond. Lorsque j’en ai marre, je ferme les yeux et inspire profondément. Comme si l’air qui venait emplir mes poumons allait me servir d’anesthésiant et que j’allais rejoindre les bras de Morphée, comme avant, lorsque j’étais encore enfant. Mais il n’en est rien. Alors mon esprit divague, je me surprends à penser à tout, à rien. A ce que j’avais fait le jour même et à ce que je ferai le lendemain. J’essaie à travers mes songes, je suppose, de me prouver que je pense à moi avant de penser aux autres. Mais je fais l’éponge et j’explose. Parce que je suis altruiste, parce que je ne refuserai jamais de tendre la main à quelqu’un dans le besoin, parce que je suis trop gentil pour ce monde égoïste.

   A ce moment précis, lorsque je rentre dans cet état de lamentation, je sens la solitude me guetter du coin de l’œil, je sens que personne ne pense à moi, alors que je pense à tout le monde, l’asymétrie me pèse. Alors je regarde mon téléphone pour tenter de me rassurer : pas de message. Je sais que personne ne pense à moi. C’est ce que j’appelle la solitude 2.0. Je l’ai effleuré de la plume dans une de mes publications « Bienvenue dans mon monde » ; et je tenais à y revenir plus en profondeur dans un post de réflexion.

   C’est, selon moi, le mal de ce siècle, créé par Snapchat, ...et compagnie. Le culte du simple, de l’instantané, de l’immédiateté. Tout doit être synthétisé, plus aucune place à l’exhaustivité. Twitter et ses messages en 140 caractères… La première phrase de ce texte fait 137 caractères, je crois que tout est dit. Comment voulez-vous exprimer quelque chose de constructif en si peu de lettres ? Vous me direz que ce n’est pas nécessairement la plateforme idéale à l’expression et au partage intellectuel, et je vous l’accorderais volontiers, toutefois les jeunes vivent avec ça en tête, avec cette simplicité. Comme si toutes les choses de la vie pouvait se résumer en quelques caractères, en quelques secondes autour d’un verre.

   Passé ce cap, je me demande si je suis né à la bonne époque. Selon moi, la technologie matérialise notre solitude. A l’époque, lorsque nous nous sentions seul un soir, dans notre lit, on pouvait penser au bal de la veille, à la boulangère du village ou à notre ami de voyage. On se disait qu’on les reverrait un jour, même si cela pouvait ne jamais se produire, on se disait qu’ils pensaient à nous sans doute, qu’ils cherchaient à nous joindre sans y parvenir. Aujourd’hui, avec tous les moyens de communication mis à disposition, lorsqu’une personne ne nous contacte pas c’est qu’elle ne le souhaite pas, qu’elle n’en a pas envie. Le ressenti est encore plus fort lorsqu’elle ne nous répond pas. Encore une fois, avant, une non-réponse à une lettre pouvait être afférente à bien des erreurs humaines. Mais l’ordinateur ne se trompe pas. Il t’indique quand une personne lit ton message, quand elle est connectée au réseau, elle t’indique même maintenant sa géolocalisation. Alors quoi ? Peut-être devrais-je m’émanciper de tout cela ? Mais c’est la société qui souhaite cette proximité à tout prix. J’accepterai sans doute volontiers de le faire, mais si tout le monde me suivait. Si j’engage cette démarche seul, je me retrouverais comme en autarcie, et je ne veux pas me suffire à moi-même, c’est pas comme ça que je vois ma vie.

   Il y a bien des gens qui font semblant. Semblant d’être là, alors qu’ils ne le sont pas vraiment. Je pense qu’ils sont comme moi, ceux-là. Un besoin de savoir qu’une personne leur répondra, une sorte d’addiction en somme à un être qui n’est pas. Lorsque je reçois un message sur mon téléphone me demandant « tu fais quoi ? » ; souvent je réponds « j’écris » parce que je passe le plus clair de mon temps libre à ça depuis des semaines, je m’évade de ce monde. Viens alors deux situations ; la personne me connaît et sait mon appétence pour cette discipline, elle va alors me répondre un agréable « oh, cool ! Tu m’enverras, c’est toujours sympa ce que tu écris » ou la personne ne me connaît pas et j’aurai droit alors à un « oh, cool ! Je ne savais pas que tu écrivais ! Tu m’enverras, j’adore lire ». Vous connaissez le point commun à toutes ces personnes ? Elles ne me liront pas. Elles s’attendaient à un texte de 3 lignes, à la Twitter, et auront simplement la flemme en voyant le pavé s’afficher sur leur mobile. Pourquoi se déculpabiliser en feignant l’intérêt à ce que fait l’autre alors qu’on s’en moque ? Pourquoi les gens n’ont plus le temps de rien ? Mis à part de ne rien faire.

   En ce sens, je tenais à remercier DPP. La lecture et l’écriture sont bien souvent des activités stigmatisées chez les jeunes, on s’en moque parfois, on ne la comprend pas souvent. On me trouve parfois même prétentieux de dire que j’écris, alors que je n’ai jamais prôné écrire de belles choses. En somme, on ne l’apprécie plus comme avant. Ici, nous avons, peu importe l’âge, des retours fait par des personnes partageant les mêmes attraits, et c’est vraiment agréable. Je m’éloigne peut-être un peu du sujet initial… Bref.

Je pense être nostalgique d’une époque que je n’ai pas connue, c’est grave, docteur ? 

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+11

Auteur

Blog

Antoine A.

11-11-2017

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
La solitude 2.0 n'appartient à aucun recueil

 

Réflexion terminée ! Merci à Antoine A. .

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.