Connexion : supprimer Ou

La Reine des Quatre Royaumes - Chronique

Chronique "La Reine des Quatre Royaumes" est une chronique littéraire mise en ligne par "Deogratias".N'hésitez pas à proposer vos critiques littéraires sur des Auteurs, Artistes, Artisans d'art...

Venez publier une chronique littéraire ! / Protéger une chronique littéraire

La Reine des Quatre Royaumes

De son Altesse Royale

 La Princesse Michael de Kent

5fd5b41576e3c936c2d13c00e28b27afe0fe0b7f.jpg

 

Ce roman historique retrace la vie de Yolande d’Aragon.  C’est un résumé compliqué à rédiger. L’époque, les us et coutumes d’alors, les alliances entre les différents domaines (La France du 15ème siècle n’a rien de commun avec celle d’aujourd’hui au niveau de ses frontières). Tout cela m’a rendu la tâche difficile.

Cependant, le Figaro avait titré un article en 2014 qui disait en substance : « C’est L'histoire de Yolande d'Aragon qui joua un rôle important durant la guerre de Cent Ans et aida Jeanne d'Arc. Une saga digne des Tudors » et de préciser un peu plus bas : « Se divertir tout en se cultivant, c'est l'exploit que réussit ce roman historique ». J’adhère tout à fait à cet avis.

 

Je recommande vivement cette lecture à tous ceux qui aiment l’histoire médiévale. L'histoire de cette femme est passionnante, avec des rebondissements nombreux, Yolande était une femme politique avec une grande intuition. Elle savait se jouer des intrigues de la cour, manier les esprits. On disait d'elle qu'elle "avait un coeur d'homme dans un corps de femme".  Bien des passages de ce livre sont captivants.

Personnellement pour m’aider à bien comprendre tout ce récit, j’ai apprécié de m’aider de l’arbre généalogique placé au début du livre et de la carte géographique placé à la fin pour bien comprendre les intrigues et les enjeux entre les différents territoires de l’époque. 

Difficile de faire court : Voici quelques éléments de ce roman :

 

Mariée au chef de la maison d’Anjou, Yolande devint reine des quatre royaumes : Naples, la Sicile, Chypre et Jérusalem. Chypre avait été conquise par son père tandis que celui de Louis avait racheté le titre honorifique de roi de Jérusalem. Par son mariage avec Louis III d’Anjou, Yolande d’Aragon était devenue duchesse d’Anjou, de Maine et de Guyenne, ainsi que comtesse de Provence. Elle aura un rôle déterminant dans la gestion de ces différents duchés.

Elle avait aussi une certaine influence sur la reine Isabeau de Bavière installée sur un trône à côté du roi Charles VI. Celui-ci devenait de plus en plus fou avec les années. Ses accès de folie étaient de plus en plus fréquents et Yolande d’Aragon apprendra à faire avec.

 

Elle connut aussi Jean de Bourgogne. Nommé le « Jean sans Peur ». Elle l’appelait en privé : « Le crapaud géant. » « Il est laid, un visage vérolé et répugnant, des petits yeux mauvais et de grosses lèvres humides ». Mais il était aussi l’homme le plus puissant de Bourgogne. Il avait une armée et il était très riche.  Il fallait donc aussi apprendre à le cotoyer.

En plus de cela, son mari Louis III d’Anjou était littéralement amoureux du duché de Naples.  Il lui en faisait une description paradisiaque.  Yolande savait qu’un jour ou l’autre, son époux voudrait le reconquérir.

Malgré ses protestations, son mari décida d’unir la fille de Jean sans Peur : Catherine à leur fils Louis. Celui-ci était l’enfant chéri de Yolande.  Mais à cette époque, « c’est aux hommes qu’il appartient de décider de son destin ». En conséquence, Louis III d’Anjou utilisa une partie de la dot de Catherine pour tenter de gagner de nouveau Naples. C’était donc là le but caché de cette union arrangée.

 

De son côté, Yolande pour calmer les accès paranoïaques du roi Charles VI, incita Odette de Champdivers à devenir sa maitresse. Ainsi, il ne fera aucun mal à Isabeau son épouse et protègera la France et son entourage de sa dangerosité. Par ailleurs, Yolande décida, après le meurtre de Louis d’Orléans par Jean sans Peur, de prendre chez elle, le petit  Jean Dunois, âgé de 7 ans, fils illégitime de ce même Jean Sans Peur. (Un bâtard comme on disait).

 

Henri V, duc de Lancaster devint roi d’Angleterre en 1413.  Doté d’un tempérament belliqueux et impitoyable. Il voulait faire de la France un territoire anglais.

Entre temps, pour des questions d’alliances territoriales, Catherine fut renvoyée de nouveau dans son foyer d’origine. Malgré l’amour que Yolande portait à cette enfant qui était au point de départ destinée à être mariée à son fils Louis. Peu après, bien que ce ne fut pas une consolation elle demanda à Isabeau de Bavières de lui confier l’éducation de son benjamin, Charles de Ponthieu, afin que plus tard il épouse sa fille Marie. 

 

Les années passèrent et Henri V, Roi d’Angleterre, avait fait alliance avec le duc de Bourgogne (Jean Sans Peur) pour lui réclamer le trône de France et lui transmettre des héritiers. Yolande considérait ce pacte comme une trahison.  

Avec son mari qu’elle adorait, Yolande eût cinq enfants. A la mort de son époux, Yolande : « fut appelée à jouer un rôle différent et déterminant dans l’histoire de France ». 

 

Le jeune Charles, fils du roi Charles VI et d’Isabeau de Bavières, âgé de 14 ans fut intronisé dauphin. Yolande avait tout fait pour éduquer au mieux ce jeune enfant dont elle avait obtenu la garde et le soin. Un peu plus tard, Henri V s’était emparé de Rouen et était déterminé à poursuivre ses conquêtes jusqu’à Paris. Yolande d’Aragon obtint alors de l’Angleterre, un traité de non-agression pour les duchés du Maine et d’Anjou. Cela n’empêchera pas les ambitions d’Henri V, roi d’Angleterre de continuer à vouloir conquérir tous les territoires de la France.

 

Au cours des années suivantes, c’est bien Yolande d’Aragon qui aidera à faire nommer Charles comme successeur de son père. Ce dernier aura une vie dissolue mais Yolande ne baissa pas les bras et jusqu’au bout tentera de le ramener dans le droit chemin quitte à faire tuer un certain duc de Giac qui exerçait, selon elle, une mauvaise influence sur Charles. 

 

Beaucoup d’intrigues sont racontées au cours de ce roman, comme l’effondrement d’une salle à la Rochelle qui laissa le jeune Dauphin Charles VII tétanisé de frayeur. Beaucoup d’autres histoires et de conflits entre domaines, seigneurs et noblesse de l’époque jalonnent ce récit. Le point culminant peut être de ce roman est l’aide que Yolande essaya de procurer à Jeanne d’Arc dont elle était convaincue qu’elle était envoyée par Dieu. Jeanne d’Arc resta auprès du nouveau roi Charles VII après qu’elle ait repoussé les anglais d’Orléans. Yolande l’avait avertie : « Dès que vous ne lui serez plus d’aucune utilité, il vous abandonnera sans le moindre état d’âme ». Mais Jeanne ne l’écouta pas. Le 30 mai 1431 elle fut brûlée vive pour sorcellerie.

 

Par ailleurs, Yolande ne parvint jamais à faire de Charles un digne souverain. L’histoire se termine par le décès de deux de ses enfants. Et l’effort qu’elle fit pour que Agnès Sorel rencontre le roi Charles VII.

 

Partager

Partager Facebook

Auteur

Blog

Deogratias

27-06-2023

Auteur public

Princesse Michael de Kent

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
La Reine des Quatre Royaumes n'appartient à aucun recueil

 

Chronique terminée ! Merci à Deogratias.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.