Connexion : supprimer Ou

Chorale - Tranche de Vie

Tranche de Vie "Chorale" est une tranche de vie mise en ligne par "Deogratias"..

Venez publier une tranche de vie ! / Protéger une tranche de vie

5dab966ff56dd60e7493b9bfda27bb1809715696.png

Chorale

 

 

Un groupe d’enfant chantait chaque semaine dans une petite chorale créée par Monsieur Gourlais. Je ne me rappelle plus du visage de cet homme ni des autres enfants. Le vendredi soir était sacré. Les répétitions étaient pour moi ma bouffée d’air frais. J’y allais heureuse de ce répit offert alors que la vie familiale m’oppressait.

 

Je restais debout au milieu des autres de mon âge. On ne me remarquait pas. J’étais comme cachée parmi tous ceux-là dont j’ignorais presque tout. Très timide, je me tenais à mon rang. Je venais pour chanter. Point c’est tout. Pas pour autre chose.

 

Un jour, alors que je chantais une des chansons du répertoire, l’épouse du maître de chœur est venue nous écouter. Puis, de façon soudaine, j’ai vu son regard se poser sur moi. Elle tourna ensuite la tête vers son mari et hocha la tête. Je me demandais bien ce que signifiaient cette attention et ces gestes. J’avais peur de me faire gronder pour je ne sais quelle raison. Une fois de plus. C’était mon lot à la maison. Pour un oui ou pour un non, aussi m’attendais-je à revivre la même chose.

 

Il n’en fut rien. Tout d’un coup, Mr Gourlais s’approcha de moi, il me fit signe d’avancer. Ce que je fis toute embarrassée. Il me demanda de chanter, toute seule, devant tout le monde : « A la claire fontaine ». Très intimidée, je m’exécutais sans délai. Ma voix tremblait un peu. Il s’extasia : « Sylvie, tu as une voix magnifique, désormais tu seras notre soliste ! ». Je lui souris avec gratitude sans bien savoir ce que signifiait le mot « soliste ». Je l’appris par la suite. Quand je chantais seule devant les autres avant qu’ils m’accompagnent à leur tour avec leurs voix, ce fut un bonheur sans fin.

 

Quand je chantais, je percevais le cri de mon cœur qui s’envolait dans les cieux en même temps que les oiseaux. Je ressentais la rivière de tous mes maux couler vers l’embouchure de mon âme. Le chant me réparait de l’intérieur. Je m’étonnais des sons qui sortaient de ma bouche, si justes, comme les mélodies expertes des plus beaux rossignols. Je goûtais à la joie de m’ouvrir vers le haut. Une fenêtre sur le monde invisible s’ouvrait au-dessus de ma tête.  Je n’aurai su le dire mais la compagnie des vocalises m’emportait bien au-delà de ma petite vie d’enfant hypersensible et solitaire. La beauté de ma voix me surprenait moi-même. Il suffisait que le ton soit donné, tout aussitôt mon chant m’envolait dans l’espace. Les do, les ré, les mi : je partais en voyage, éprise par la musique, étreinte par la beauté. J’avais l’impression de libérer les plus jolis pinsons. À n’en pas douter, ils jouaient avec mes cordes vocales puis sortaient de ma gorge.

 

Un jour, nous avons donné un concert. Une foule de personnes était assise devant nous. Nous étions installés sur une estrade, je me souviens de mon trac.  Quand vint le moment, placée devant les autres, bien en vue, j’ai chanté avec tout mon cœur. J’avais dépassé l’appréhension des regards, des sourires et des gestes. A la fin je fus acclamée moi et les autres enfants. Plus particulièrement la soliste que j’étais. Un sentiment de fierté m’avait envahie.

 

Je n’ai pas oublié ces moments de grâce qui furent si courts. Un jour, Monsieur Gourlais est parti. Il n’y eut plus de chorale. Plus de jolis moineaux qui sortaient de ma bouche pour s’envoler dans le ciel.

C’est peut-être pour cela que le jour où j’ai vu le film les « choristes » au cinéma, je n'ai pas pu m’empêcher de pleurer. Parfois, quand l’envie me prend, j’écoute de nouveau un extrait de leurs partitions.

C’est peut-être pour cela qu’à chaque fois que j’écoute une chorale d’enfants, je pleure à nouveau comme le jour où Mr Gourlais m’a annoncé qu’il déménageait.

C’est peut-être pour cela que le chant d’un merle au matin posé sur une branche non loin de moi m’extasie tellement.

 

En vérité, il y a tant d’enfants dans la voix d’un oiseau…

Et tant d’oiseaux dans la voix d’un enfant.

Partager

Partager Facebook

Auteur

Blog

Deogratias

30-01-2024

Téléchargement

PDF Certifié Ebook gratuit
"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Chorale appartient au recueil Tranches de vie

 

Tranche de Vie terminée ! Merci à Deogratias.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.