Connexion : supprimer Ou

Cadeaux pourris - Coup de gueule

Coup de gueule "Cadeaux pourris" est un coup de gueule mis en ligne par "Deogratias"..

Venez publier un coup de gueule ! / Protéger un coup de gueule

Cadeaux pourris

 

 

Extrait d’un article du journal 20 minutes du 26 décembre : «…. On est quand même en droit d’attendre de nos proches qu’ils se cassent un peu la tête, à défaut de leur PEL, pour nous offrir un truc qui va nous plaire. Sauf que non, «ma fille m’a offert une casquette affreuse » avoue Bernard, 94 ans. « Je ne l’ai pas jetée, mais je ne l’ai jamais mise » ajoute-t-il. Pour Marie, 30 ans, la liste est beaucoup plus longue : « Une lime à ongles, des vernis à ongles alors que je n’en mets jamais… »….Qui n’a jamais grimacé intérieurement en découvrant les fameux cadeaux de Noël ?....60 % des personnes interrogées ont déjà reçu un cadeau qu’elles n’ont pas aimé….63 % d’entre elles ont gardé le cadeau qu’elles n’ont pas aimé sans jamais rien en faire. 17 % ont opté pour la revente…

 

 

Alors, voilà, c’est mon coup de gueule de cette année. Je n’ai eu pour cadeau que l’énoncé minutieux de la liste des cadeaux que mes amis ont reçus pour leur Noël. Puis, les journaux, comme l’extrait ci-dessus, et les reportages télévisés, sont venus m’expliquer que la revente des cadeaux reçus était en pleine croissance. Faute à l’inflation, faute au mauvais goût, faute au besoin d’argent…

 

Je reste là, bête comme mes pieds, scotchée devant mon poste de télévision. C’est étrange, j’ai en moi deux personnalités qui se lèvent. La première s’écrie :

 

« Quelle bande de bouffons ! On s’en fout que le cadeau ne soit pas à notre goût ! Société matérialiste, personnes narcissiques qui ne supportent pas la frustration ! C’est pourtant si joli d’accueillir un présent de mauvais goût, celui qu’on déteste d’emblée mais devant lequel on fait un grand sourire pour ne pas vexer la personne qui offre ! 

Le Bernard ci-dessus nommé, s’il aimait sa fille, il aurait toujours gardé sa casquette, à chaque fois qu’il la regarderait, il pourrait se dire : « C’est l’amour de ma fille cette casquette. Je n’aime pas sa couleur, son style mais ma fille je l’aime. Cette casquette c’est de l’amour en barre alors sans jamais la mettre je la garde comme le plus précieux des trésors ».

La Marie pourrait se dire : « Si j’essayais les vernis à ongles ? Si je faisais croire l’inverse ? Si j’en mettais uniquement quand je verrai mon ami sans jamais lui dire qu’au final je déteste cela ? Ce vernis c’est son amitié. On ne jette pas une amitié. Elle ne s’achète ni ne se vend ! ».

 

Voilà en ce qui me concerne mon premier réflexe. C’est sans doute un code de bonne conduite suranné qui n’a plus cour. C’est dommage. C’est si beau la délicatesse du cœur !

 

L’autre partie de moi rajouterait sans attendre : « Et puis il y a les pingres, les amoureux du fric avant tout. Ceux qui, pour leur part, sans hésiter, vont revendre pour faire des économies, pour s’offrir enfin ce que, eux, ils veulent ! C’est une mentalité de fourbes, d’esclaves du pognon. Oh les affreux qui ont l’argent pour maître et non pour serviteur ! Les méchants, les vilains, les pas beaux !! »

 

Puis, enfin, dans un second temps, quelque chose en moi objecterait : « Oui, mais n’est-ce pas une vaste hypocrisie de garder ce qu’on déteste, de faire croire qu’on aime alors que c’est faux ? Après tout, se « faire de l’argent avec les cadeaux des autres » est-ce vraiment immoral ? Est-ce que c’est vraiment une démarche à rejeter dans la catégorie des intéressés, des profiteurs, des malpolis ? Y a-t-il quelque chose de plus sot que de  porter une veste qu’on exècre ? sont-ils tous des atteints du syndrome du :  «  toujours plus d’argent, coûte que coûte ? ».

 

En vérité, je ne crois pas que toutes les personnes sont des horribles matérialistes uniquement intéressées par l’argent. En tout cas, je veux le croire. Je ne peux pas m’empêcher de penser que lorsque l’on aime vraiment une personne qui a fait le choix de vous faire un cadeau, on peut dans un premier temps l’accueillir, la seconde fois également. Mais si le cadeau continue d’être de mauvais goût pour nous, si l’on est assez proche, avec toute la tendresse dont on est capable, il y a certainement moyen de dire que le cadeau ne nous convient pas sans blesser l’autre.

 

Je ne peux pas m’empêcher de penser que ni les uns ni les autres sont des menteurs, hypocrites ou profiteurs. Finalement je crois que l’on est dans une société où l’argent, l’appât du gain est de plus en plus une obsession. Les gens n’ont plus ces codes de bonne conduite, ils n’ont plus toujours cette délicatesse du cœur qui consiste à dire : « Oui » devant ce qui déplaît, puis un jour, oser dire : « Non » dans la confiance réciproque.

 

Par-derrière, sans le faire savoir, aller vendre le cadeau si gentiment offert et gagner de l’argent avec. Y a-t-il plus égoïste que cet acte de revente ? D’ailleurs, n’est-ce pas parce que ce n’est pas très sincère qu’on revend sans que l’autre le sache ? Comme si, pour la plupart, il fallait le faire en cachette ? N’y a-t-il donc aucune honte à ce geste commercial que l’on pourrait qualifier « d’illégitime » ?

 

Mes deux personnalités se combattent chaque année en moi. Je vois d’un côté la perte des valeurs qui me sont chères et d’un autre une liberté nouvelle, une sincérité sans faux-semblant, sans déguisement. Une sincérité bienvenue.

 

Ai-je tort ? Ai-je raison ? Je ne sais pas pour vous. Mais au final, j’hésite : Suis-je une ringarde si je refuse cette mode de la revente ? Une résistante dans un monde où tout se vend et tout s’achète ? Y compris l’amour en forme de cadeaux ?  Ou bien suis-je au contraire un peu plus dans la vérité lorsque j’accepte, sans juger (c’est difficile), qu’on revende ses cadeaux de Noël ?

 

Ce qui est sûr, c’est que, quoiqu’il arrive, tous ces cadeaux sont bien éloignés de ma façon de voir et de vivre Noël. Mais cela, c’est une autre histoire !

 

Alors, que conclure ? « Vive les cadeaux pourris ! » ? « Vive la liberté de faire ce que l’on veut ! » ?...

 

Cette mode, est-elle le signe de quelque chose de plus profond dans nos sociétés contemporaines ? … Ou bien une avancée formidable vers une société sans mensonge ?

 

 À vous de me dire !

 

 

 

 

Partager

Partager Facebook

Auteur

Blog

Deogratias

27-12-2023

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Cadeaux pourris appartient au recueil Articles

 

Coup de gueule terminé ! Merci à Deogratias.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.