Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Breakin' World Series 2013 - Article

Article "Breakin' World Series 2013 " est un article mis en ligne par "RomainK"..

Venez publier un article ! / Protéger un article

Montpellier est-il tombé sur la tête ? Non, la ville tourne dessus. Et pas que. Car oui, Montpellier depuis quelques années maintenant, s'est mis aux Toprocks, Uprocks, Footworks et autres Freezes.

Le cadre idéal pour organiser ce Breakin' World Series, 1er du nom. Après les succès retentissant des Battles Of The Year Internationnal, de 2010 à 2012, c'est une nouvelle fois l'association Attitude qui s'est chargé de réunir les meilleurs breakeurs du monde.

Breakin' World Series 2013 - 07/12/13

 

Pas de Battle of the Year cette fois-ci. Ni France, ni International. La finale française se déroule depuis dans les arènes de Nîmes, et la finale mondiale est depuis 2013 retournée là où tout avait commencée pour elle, en Allemagne. Alors Montpellier innove. Pas de besoin de BOTY pour prouver que la ville est la capitale du b-boying européen. C'est alors que se voit créer le concept de Breakin' World Series.

Surfant sur l'expérience de l'organisation des précédant événements, l'association Attitude se lance alors dans celle de cette toute nouvelle compétition, mélangeant danse et vidéo. Pour résumé, la compétition se fera sur deux tableaux, la danse et les battles ainsi que le cinéma et la réalisation. On a ainsi pu voir les différents crews tourner des petits films, d'une durée de 6 à 8 minutes, dans différents lieux de Montpellier. Tout ça, avec son propre beatmaker et son propre Moviemaker. Le tout avant de s'affronter comme il se doit en Battle, à la fin de la semaine au Zenith Sud. Ces "Breakin' Videos Series" étant censé déterminer l'ordre des battles. 

C'est ainsi que toute la semaine du 2 décembre 2013, nous avons pu voir une multitude de danseurs dans les rues de Montpellier.

 

En attendant, l'intérêt majeur se trouve être la phase finale, le "Big Show" au Zénith Sud. Et donc ce que le public attend le plus, les battles. Alors, certes, la salle de Grammont ne vaudra jamais (ne jamais dire jamais) une Arena survoltée pourtant, et après les finales du BOTY France, on aurait pu espérer une ambiance un peu plus... disons chaude. Pour une première édition, le public était tout de même au rendez-vous. Un public jeune... voir très jeune. Accompagné par un public un peu moins jeune... disons le comme ça.

Non pas que ce mélange de génération me gêne, bien au contraire. On a d'ailleurs pu observer dans les "cercles" avant le spectacle que la nouvelle génération de b-boy est assurée. Mais... hum... comment dire ? Aller "pour foutre une putain d'ambiance de ouf", on a connu mieux.Le meilleur exemple est a observer lors de l'entrée des différents crews sur scène pour un battle. On procédait ainsi : La vidéo d'un crew, suivi d'une présentation rapide sur scène. Avant de voir le travail d'un autre crew, le tout avant un battle entre les deux. Et lors de la présentation française, surprise ! Des applaudissements certes, mais pas bien plus nourris que pour les autres crews précédents ! Et qu'on ne vienne plus me dire que les français sont chauvins !Toujours vulgairement "à l'Arena, putain, on aurait défoncé ces fucking sièges à la présentation du crew français et on aurait fait la hola pour la victoire". Car oui, le crew français, les Melting Force, gagna son première battle. Et cela aurait presque pu passer inaperçu.

Ce premier tour vit la victoire des crews brésilien (Brazilian Team), russe (Top 9 Crew), sud coréen (Morning of Owl) et français donc. En face, on pouvait retrouver les USA (B-boy World), les néérlandais (The Ruggerds) second à la BOTY 2013, les espagnols (Shake Style) ou encore les japonais (Found Nation).

Entre chaque tour, une courte pause permettait aux b-boys de la salle de venir dans la fosse montrer un peu ce qu'ils savaient faire. Mais le public tranquillement installé dans les gradins, se descendit pas en masse pour venir admirer "l'autre spectacle".

 

Assis pour le visionnage des clips ainsi que pour les quarts de finales, c'est depuis la fosse (encore bien aéré) et même plus précisément devant la scène que j'ai assisté aux demis-finales. Changement d'ambiance ! Enfin on retrouve un peu cette énergie propre au break-dance. L'énergie de danseur vient en fait d'ici.Après des demis d'un niveau hallucinant, la finale a pu avoir lieu. En attendant qu'elle prenne place, les deux MCs de la soirée, les habituels Maleek & Nasty, tentèrent de réveiller le public sur le son de DJ Tajmahal. Pari en parti réussi puisque la finale se déroula dans une atmosphère un poil plus électrique.Quoique, cela tient sûrement à la rivalité flagrante entre les crews coréen et russes.

Quand je vous dis qu'en demi, le niveau est "hallucinant". Pour cette finale, je vois pas trop quoi dire. A part peut-être "indécis". Tellement indécis que la décision finale fut obligé de se jouer au troisième tour, après vote ex æquo des membres du jury par deux fois ! Encore un truc HALLUCINANT quand on y pense. C'est finalement les russes de Top 9 qui remportèrent ce 1er Breakin' World Series, plus technique face au sud coréen de Morning of Owl surprenant de créativité. Tellement forts, que les gens eux-même furent déçu du résultat. Quand on pense que même pour les français, on n'en eu pas tant, la prestation est forte !Pour l'anecdote, j'étais dans la fosse pour la finale. Et se trouvait à côté de moi un b-boy brésilien. Celui-ci avait perdu en demi face à ces mêmes russes. Je le voyait s'agiter quand la finale devait être rejouer après les votes du jury, et carrément s'énerver après la victoire du crew de St-Petersbourg. Certes, on pourrait sûrement mettre ça sur le compte de la frustration. Mais je pense que le mal est un peu plus profond. Il est vrai que de là ou j'étais l'attitude des danseurs russes allait un peu à l'encontre des principes du break. Mais que voulez-vous ? Difficile de contrer un Top 9 crew, fort déjà de plusieurs participations à la BOTY et même d'une victoire en 2008 et une seconde place en 2009.

 

En espérant avoir l'occasion de revoir le fleuron de la scène hip-hop à Montpellier un jour. Avec pourquoi pas le retour de la Battle of the Year International ? Ou la RedBull BC One, qui récompense les meilleurs danseurs en individuel du monde. A quand le retour des Vagabonds dans une région qu'ils ont déjà conquise ?J'sais pas si j'aurais des réponses de si tôt. Mais tout ce que je sais, c'est que "PUTAIN C'ETAIT QUAND MÊME ENORME !"


Partager

Partager Facebook

Point(s)

+6

Auteur

Blog

RomainK

23-12-2013

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Breakin' World Series 2013 n'appartient à aucun recueil

 

Article terminé ! Merci à RomainK.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.