Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Pastiche après Pastis - Thème à Plumes

Thème à Plumes "Pastiche après Pastis" est un thème à plumes proposé par Laudes Limbes Si le thème vous inspire, prenez la plume et proposez votre version.

Proposez un thème à plumes ! / Protéger un thème à plumes

Afficher : Complet ou page : 1 2 3 4 5 6 7 8 Lire la suite

Thème proposé : Pastiche après Pastis

Dans l'état de votre choix (Sorti du lit, énervé, après une méditation profonde, complètement saoul, grippé, amoureux, largué, vanné, pris d'un fou-rire, et que sais-je moi...), je vous propose de rédiger un pastiche léger ou franchement satirique.

Qu'il nous fasse rêver ou sourire, à vos calques, prêts, partez !

IncompletThème à Plumes en cours de rédaction (incomplet)

Charles Baudelaire - Je te donne ces vers (Les fleurs du mal)

Je te donne ces vers afin que si mon nom
Aborde heureusement aux époques lointaines,
Et fait rêver un soir les cervelles humaines,
Vaisseau favorisé par un grand aquilon,

Ta mémoire, pareille aux fables incertaines,
Fatigue le lecteur ainsi qu'un tympanon,
Et par un fraternel et mystique chaînon
Reste comme pendue à mes rimes hautaines ;

Etre maudit à qui, de l'abîme profond
Jusqu'au plus haut du ciel, rien, hors moi, ne répond !
- Ô toi qui, comme une ombre à la trace éphémère,

Foules d'un pied léger et d'un regard serein
Les stupides mortels qui t'ont jugée amère,
Statue aux yeux de jais, grand ange au front d'airain !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Je te donne ces vers malgré que c'est de mon nom

Ils traverseront toutes les époques sans aucune peine

On les glorifiera dans toute cervelle française trop pleine

Et j'apprendrai aux plus sots que ce n'est pas un insecte, l'aquilon

Ta mémoire, faible comme celle de toutes les humaines

Fatiguerait aussi mes lecteurs s'ils entendaient tes questions

Mais par une fraternelle et généreuse compassion

Je t'insère tout de même au sein de mes rimes hautaines

Femme, être maudit ! répugnant abîme sans fond

Je préfère encore me retrouver seul avec mon écho pour compagnon

Ô toi qui, comme une ombre, une insulte, à ton maître Baudelaire

Foules d'un pied léger et d'un regard serein

Ces magnifiques tournures que tu as jugé trop fières

Statue au cœur de pierre, grande niaise emplie de venin !

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+42

Auteur

Blog

Laudes Limbes

23-04-2014

Couverture

Lire la suite
"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Parcourir d'autres Thèmes à Plumes

 

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.