Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Naufragium - Poème Classique

Poème Classique "Naufragium " est un poème classique mis en ligne par "Julitte". La catégorie Poème Classique regroupe : classique, néo-classique...

Venez publier un poème classique ! / Protéger un poème classique

 

 

Naufragium

 

Pour Myriam et Margaux

Sur une onde azurée que brisait le zéphyr,

Toutes voiles au vent,le navire fuyait;

Cet imposant vaisseau qui jadis essuyait 

Les flots impétueux de l'étendue saphir.

Quand il parvint auprès des fières falaises,

Rochers tumultueux qui envoient à la mer

Leur craie immaculée aux profondeurs amères,

Sur ces rocs se brisa sa coque de mélèze.

Un bruit sourd résonna sur l'albe cathédrale,

Puis ce fut le vacarme, le remous des eaux calmes

Fit ployer cette nef telle une frêle palme.

Du désastreux fracas s'eleva comme un râle.

La Panique étendait ses furieuses chimères.

Les marins rugissaient, les mousses sanglotaient,

Ces doux et jeunes êtres, désespérés sautaient

Dessus le bastingage, priant leurs tristes mères .

Ceux qui restaient vaillants et droits face au naufrage 

Montèrent des cales les épices de marque,

Embarquèrent un par un dans de sisistres barques 

Hormis les officiers, cœurs remplis de courage.

L'eau buvait peu à peu le vaste bâtiment 

Et sa course venait lécher les voiles.

Tout partait en fumée : tissus, étoffes, voiles !

Innocentes victimes, injuste châtiment !

Les canots de bois mort étaient si peu nombreux 

Qu'on entassait les gens comme on parque les bêtes. 

On se pousse, on étouffe, on s'écrie, on hébéte !

A la mort on préfère un fin flotteur poreux !

L'épave pourrissait sous le soleil moqueur

Et les radeaux erraient sur les eaux radieuses.

Le plus jeune chantait d'une voix mélodieuses:

La candeur de ses mots me transperçait le coeur.

Du haut de mon rocher, fixement je voyais

Tous les hommes de mer quitter l'onde altière ;

Avancer vers les rocs, terre inhospitalière

Les barques trop chargées d'enfants qui se noyaient.

Quand la mer eut happé dans sa gueule profonde

Les richesses ainsi que les ors sulfureux,

Avalé d'un seul trait le enfants malheureux ;

Ils resta les soupirs et les larmes du monde.

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+10

Auteur

Blog

Julitte

28-02-2016

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Naufragium n'appartient à aucun recueil

 

Poème Classique terminé ! Merci à Julitte.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.