Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Les tilleuls mentent - Scénario ou Pièce de théâtre

Scénario ou Pièce de théâtre "Les tilleuls mentent" est un scénario ou pièce de théâtre mis en ligne par "Didier"..

Venez publier un scénario ou pièce de théâtre ! / Protéger un scénario ou pièce de théâtre

Les tilleuls mentent

Dans quel état ton âge est t’il ?

Scène 1 Décor, un trottoir ?

1 Elle septuagénaire fatiguée, 2 lui un jeune homme d’une vingtaine d’années, une canne à la main elle tente avec difficultés de traverser la rue.

2 Bonjour mamie…. Prenez mon bras, il vous sera grandement utile. Tout va bien ?

1 Merci gamin, tu es gentil mais je ne suis pas plus handicapée

que toi, fais ta vie et rentre chez toi.

2 Je vous offre un verre ?

1 Je n’y crois pas ! Tu es une vraie sangsue ! Tu n’as pas une petite amie, ou une grande sœur pour s’occuper de toi ?

2 Je suis désolé, j’avais envie de parler à quelqu’un.

1 Et ça tombe sur moi. J’ai compris tu veux m’adopter.

Tu sais le temps m’est compté, mais comme je suis de bonne humeur, je veux bien t’en accorder. Mais un conseil, ne m’appelle plus mamie, sinon ta tête je vais te l’éclater. On y va ?

2 Ou 

1 Au bar pardi ! Qu’est –ce que tu croyais ? Que j’allais te proposer le Kama –sutra ?

Scène 2 Une terrasse de bar, arrivée de la serveuse.

1 Que m’offres-tu ?

2 Je ne sais pas, un thé ?

1 Mon pauvre garçon, il est temps que je te reprenne en main !

Ton cas est encore plus désespéré que je le pensais.

Mademoiselle, deux kirs s’il vous plait, et pas de la piquette ! De quel âge est tu ?

2 Vingt deux !

1 La serveuse que tu n’as pas lâchée des yeux, qu’en penses-tu ? Elle est pas mal roulée !

2 Bof…

1 Tu m’inquiètes ! Ne me dis pas que tu ne t’intéresses pas aux filles ?

2 Si, mais….

1 J’ai compris, tu es un rêveur, un romantique toujours un bouquet de fleurs à la main, tu n’as pas fini d’en baver mon pauvre gars.

2 C’est quoi mon problème ?

1 Tu es jeune, pas trop mal mais tu n’as pas de gueule.

Regarde-toi en face, il faut que tu te relookes. On dirait un jeune vieux. Les femmes, c’est plus compliqué que ça, il faut les surprendre, les amuser, les bousculer et pas les contempler, les contes de fées, il y à longtemps qu’elles les ont oubliés.

2 Je ne suis pas sûr d’avoir tout compris.

1 Stop, je vais te laisser, il y a une heure que je te connais,

et déjà tu m’ennuies. Je te remettrais un verre une autre fois.

Ce soir j’ai mieux à faire, une nuit de poker avec quelques rombières ;

et crois moi j’ai de bonnes raisons de les plumer. Je te laisse

mon numéro de portable, si tu as envie de rebondir, appelle

sinon en attendant fais moi plaisir, ne vieillis pas trop vite !

Scène trois

Quelques jours plus tard, une caisse de supermarché.

2 Bonjour, je suis heureux de vous retrouver.

1 Moi, je n’en suis pas si sûr, magne toi, je t’ai parlé du temps,

Je n’ai pas envie de le passer à la caisse à t’attendre.

Passe moi ton sac je vais t’aider. Qu’as-tu foutu de ton week –end ?

2 Je n’’osais pas t’en parler ?

1 Accouche !

2 On m’a invité à une soirée étudiante !

1 Tu ne t’es pas trop emmerdé ?

2 Un peu… mais attends, laisse moi terminer, la soirée touchait à sa fin, et là le miracle s’est accompli, la fille dont j’ai toujours rêvée était à deux mètres de moi.

1 Tu l’as abordé ?

2 Je veux, j’aurais aimé que tu me vois à l’œuvre, un vrai guerrier, c’était comme dans mon rêve !

1 Depuis, tu t’es réveillé ?

2 Comment ça ?

1 Tu l’as raccompagné ?

2 Non, elle l’était en fin de soirée !

1 Je n’y crois pas, tu es encore plus naze que je le croyais,

Quand tu es sur un bon coup attaque, tes sentiments mets les de côté, laisse toujours planer le doute, dans le désir il faut du plaisir, sinon ton destin affectif est tout tracé.

Ta princesse c’est certain tu va la rencontrer, au fond d’un hlm

vous allez roucouler, elle te fera deux mômes, les factures vont

s’amonceller, adieu la belle histoire et retour à la case départ.

Si tu a un minimum de fierté, écoute-moi et tu éviteras tout ça !

2 J’ai quand même ses coordonnées !

1 Appelle là !

2 Je n’ais pas de portable !

1 Les cabines, tu n’en as jamais entendu parler ?

Je te prête le mien, mais ne déconne pas je t’écoute !

Elle s’appelle comment ta dulcinée ?

2 Delphine !

1 C’n’est pas gagné, même pas foutue d’avoir un prénom original !

(Il compose le numéro)

1 Alors ?

2 Elle est sur répondeur ! Qu’est ce que je lui dis ?

1 Rien ! Ne parle jamais à un répondeur, il, laisse des traces qui sont souvent mal interprétés.

Tu m’es redevable, je t’ai aidée pour tes courses et maintenant tes valises génétiques que tu traines depuis toujours, et qui son

les plus lourdes à porter ! Ce soir je t’invite chez Régine et Dédé, ça te changera du Mac Do ! Une côte de bœuf et des pieds paquets, il n’y à rien de mieux pour se restructurer.

en plus, je suis de bonne humeur, je t’autorise à me prendre le bras. Mais n’en profite pas, sinon ma canne tu risque de la goûter.2 Au fait, tu ne m’as jamais demandé mon prénom ?

1 Pour quoi faire ? 2 Je m’appelle Séraphin et toi ?

1 Tu n’es pas plus un ange que moi super –mamie.

Par contre si cela te fait plaisir, appelles moi hasard où

Destinée. Dans le pire des cas, il y en aura forcément

un des deux qui nous aura fait rencontrer. Puisqu’on est partis

pour les confidences, que fais tu comme études ?

2 Commerce extérieur, tu veux que je t’explique ?

1 Non, ça ne m’intéresse pas, à la part les bistroquets

et les restaurateurs, les commerçants je ne les aiment pas.

Scène 4 Au restaurant.

1 Comment à tu trouvé ?

2 Divin ! Je ne sais pas comment te remercier ?

1 Tu n’as rien à fumer ?

2 Tu fumes ?

1 Oui, et alors ? Ne me dis pas que tu es ringard à ce point là.

2 Des dealers, je n’en connais pas, mais pour toi, je suis prêt

à prendre tout les risques.

1 Pour nous les vieux, doliprane, rivotril et temesta sont des drogues autorisées par l’état. Tu crois que je ne suis pas assez

shootée comme ça ? Ils calment la douleur, mais jamais rêver.

Sois courageux et même si le terrain est miné, file jusqu’au bar

sans te faire repéré, commande des cigarettes et deux digestifs.

Verveine de préférence.

Tu boudes ?

2 Non ! Mais tu m’as vraiment pris pour un con ?

1 C’est le début de ton apprentissage Séraphin.

Tu es naïf sensible et généreux, rien pour être heureux, change vite !

2 Tu viens de m’appeler Séraphin ! C’est la première fois !

1 Tu vois le problème avec toi, il est simple. Il y à deux secondes tu te sentais humilié, et le seul fait d’entendre ton nom

te l’a fait oublier. (Ils trinquent)

1 Fais moi plaisir, goûte et apprécie. Ce n’est pas une biture que je te propose, mais l’ivresse une véritable communion.

C’est sûr, tu ne risque pas de la rencontrer dans tes facs à la con.

2 Pourquoi on ne s’est pas rencontré avant ?

1 Ne regrette rien, il y à cinquante ans entre nous cela se serait

certainement bien passé, mais n’oublie pas jeune ou âgée,

une femme est toujours sans pitié.

2 Avant de vieillir, tu faisais quoi ?

1 Comme toi je me cherchais, sauf qu’à l’époque le dialogue

n’existait pas. Je n’étais pas malheureuse, ma mère nous élevait et mon père travaillait. Mais l’amour, c’était sujet tabou,

on n’en parlait jamais. Pourquoi tu souris ?

2 Tu sais que tu as failli encore m’avoir. La mère aux fourneaux, le père

au boulot, tu ne trouve pas que cela fait un peu cliché ? Tes six frères et sœurs à t’occuper, tu les as oubliés ?

Comparé à toi, Zola c’est le cirque Zavatta. Le privilège de ton âge, tu l’utilise à merveille, mais je ne suis pas si dupe que ça.

Depuis le début tu t’amuses avec moi. Tes leçons et ta morale à deux balles, garde les pour quelqu’un d’autre Le problème

d’exister, je le connais autant que toi, mais la différence c’est que je le vie moi. Destinée trouve une autre poire, pour moi c’est terminé !

Scène 5

Quelques jours plus tard, Destinée et Séraphin se rencontrent dans un bar !

2 Bonjour, tu vas ?????

1 Comme une vieille plante qu’ont aurait oublié d’arroser.

2 A midi, j’ai été chez Régine et Dédé, ils te donnent le bonjour.

1 Qu’est ce que tu as mangé ?

2 Rien !

1 Je ne vois pas l’intérêt !

2 Je voulais en savoir plus sur toi ! Et j’ai appris que tu aimais l’opéra !!!!!!!!!!

1 La belle affaire.

2 Ce soir on joue Carmen, j’ai pris deux places à tout hasard ?

1 On cherche à se racheter ?

1 Tu ne changeras jamais, cela ne te viens même pas à l’idée

que l’ont puisse faire quelque chose pour toi sans intérêt.

Je ne vois pas pourquoi j’insiste, je vais m’emporter et on va finir par à nouveau s’engueuler.

1 S’il n’y à que cela qui te dérange, surtout ne te gène pas,

à mon âge il y à tellement longtemps que cela ne m’est plus arrivée, que j’avais finit par oublié que j’existais !

2 Alors pour ce soir, Carmen s’est OK,

1 Va pour Bizet, mon gars.

Scène 6.  Ils se dirigent vers l’opéra.

2 Par contre, ne crois pas t’en tirer comme ça.

A partir d’aujourd’hui entre nous il y aura des règles à respecter. Mets-toi bien dans la tête que ma vie privée ne regarde que moi,

je t’interdis de t’en mêler.

1 Justement, à ce propos j’ai eu Delphine sur son portable.

Tu devrais la rappeler, c’est surement une chic fille pour toi !

Scène 7 Nous sommes chez Séraphin, il vient de se lever

et se dirige vers le salon, s’installe dans le canapé.

Il craint le pire mais décide quand même d’appeler Destinée.

Elle décroche le téléphone !

2 Bonjour, c’est Séraphin !

1 Je n’ai pas regardé le calendrier, c’est la fête des grands-mères ? Tu as décidé de faire ta BA ?

2 Je voulais juste prendre de tes nouvelles !

1 Un appel en trois mois, tu ne t’es pas trop foulé, comment va Delphine ? Passe la moi !

2 Elle dort !

1 A onze heures du matin ?

2 Elle est fatiguée en ce moment, je préfère la ménager.

En attendant, je prépare le repas.

1 Tu es en train de lui donner de mauvaises habitudes, fais attention Séraphin.

2 Et toi, tu en es ou avec ton prince charmant ?

1 Je l’ai largué.

2 Déjà ?

1 C’était devenu un calvaire, tout nos week –end étaient programmés. Commémorations militaires, thés dansants avec

les éternelles rombières qui vont avec à finit par me lasser.

2 Pourtant, l’uniforme au début chez lui, c’est ce qui t’a fait craquer.

1 C’est vrai qu’il a de l’allure et une belle enveloppe, hélas elle est vide.

2 La séparation, tu ne la vie pas trop mal ?

1 Tu me connais, je sais rebondir !

2 Que fais tu de tes journées ?

1 Comme avant je joue.

2 Oh ! Non, ne me dis pas que tu as replongée ?

1 Il n’y à pas de mal à s’amuser !

2 Je croyais que tu étais interdite de casino ?

1 Je fais jouer une amie à ma place !

2 Combien tu as perdu ?

1 Pas mal, mais c’est bien que tu m’en parle le premier,

sinon je n’aurais pas oser te demander de me dépanner.

2 Hors de question, combien ?

1 Dix milles !

2 Non mais c’est un cauchemar, Destinée je viens juste de me mettre à mon compte, je ne dispose pas d’une telle somme !

1 Tu n’as qu’a taper tes vieux, ils sont pleins aux as.

2 Depuis que je suis né, je ne fais que ça. Ils vont forcément me demander pourquoi ?

1 C’est ton problème, pour le reste je te laisse avec ta conscience. A partir de maintenant, pour avoir de mes nouvelles

consulte la rubrique nécrologique.

2 Attends, laisse moi un délai…Vendredi, ça te va ?

1 C’est très bien, tu n’auras qu’à dire à Delphine que je suis

votre invité, pour le vin ne vous faites pas de soucis, je m’occupe de tout. Bisous, à vendredi.

Scène 8 ; Vendredi soir, il est 21 heures. Nous sommes chez Séraphin.

( Delphine) Alors toujours rien ?

2 Cela fait une heure que j’appelle, je commence à m’inquiéter.

(Delphine) On passe par les hôpitaux ?

2 Attends encore un peu.

(Sonnerie du téléphone) Il décroche.

4 Bonjour commissariat du 9éme arrondissement.

Connaissez-vous Destinée Martin ? D’après ses dires, vous seriez son petit fils ?

2 Oui ! Que lui est –il arrivé ?

4 Je vous rassure elle va très bien, ce qui n’est pas le cas de l’un de mes agents qui à eu le nez fracturé. 2 Qu’est ce que vous me dites ? 4 Il y à plus d’une heure, mon équipe est intervenue dans un bar de la ville.

Motif, bagarre générale, vitres cassées, refus de payer, insultes en tout genres, la routine en quelque sortes.

Sauf que la responsable de cette rixe n’est autre que votre grand –mère. Entre parenthèses, vous devriez la surveillez,

à soixante quatorze ans son comportement est digne d’une adolescente. Je vous donne un quart d’heure pour venir

la récupérer, au-delà je ne réponds de rien. Des cas j’en ai

connu, mais comme elle jamais ! J’ai des envies de meurtres

et je ne vais pas foutre ma carrière en l’air à deux mois de la retraite. 2 J’arrive tout de suite !

Scène 9 Delphine et Séraphin entrent au commissariat

2 Bonjour monsieur le commissaire, je viens chercher

ma grand-mère. 4 Il était temps, Ernest tu peux libérer le fauve !

Je vais vous faire remplir un formulaire, nom adresse, et pour la facture des dégâts signer en bas…Lu et approuvé.

Pour le reste, vu son grand âge, je passe l’éponge à condition de ne pas la revoir.

Arrivée de Destinée.1 Séraphin, tu es enfin venue me libérer

de ces tortionnaires.

4 Faites là taire !

2 Tu es prête ?

1 Attends, avant de partir demande au sympathique commissaire d’avoir l’amabilité de me rendre les deux bouteilles de sauternes qu’il à eu la délicatesse de me voler.

4 Dehors !  Désirée, Delphine, Séraphin se retirent.

Le commissaire,( s’adressant à ses hommes)

Vous pouvez sortir elle est partie ! Ernest déchire le procès verbal, après une journée pareille, je pense que l’ont à tous besoin de repos.

Scène finale

Dans la voiture de Séraphin règne un silence de cathédrale.

Delphine tente de briser la glace et prends la parole.

Ça va Destinée pas trop fatiguée ?

1 J’ai faim, ces voyous ne m’ont même pas donné à manger.

2 C’est chez nous que tu étais invitée à manger, pas au commissariat !

1 Avant de vous rejoindre, j’ai commencé une partie de poker

au bar du centre. Les cartes étaient truquées, tu me connais, l’injustice je ne peux pas la supporter.

2 De là à finir en garde à vue, à ton âge ça la fout mal !

(Delphine) Il n’y à pas d’âge pour se faire respecter.

Séraphin, arrête de la juger, Destinée à besoin de chaleur et d’amitI2, elle traverse une mauvaise passe, on est la pour l’aider. Un bon repas et une nuit réparatrice ne seront pas de trop !

2 Ou ça ?

(Delphine) Chez nous pardi !

2 On n’a qu’une chambre !

(Delphine) Décidemment tu ne pense qu’a toi, tu dormiras dans le canapé pour une fois.

1 (Sourire aux lèvres) Je ne voudrais surtout pas vous déranger.

En hommage à mon amie Maryse, la première à avoir interprétez le rôle de Destinée à la radio, avec tout mon amour.

Didier Lafont.

 

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+3

Auteur

Didier

27-05-2016

Blog

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Les tilleuls mentent n'appartient à aucun recueil

 

Scénario ou Pièce de théâtre terminé ! Merci à Didier.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.