Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Lamya - Roman

Navigation : > Bibliothèque > Tous les Romans > Romans > Lamya
Roman "Lamya" est un roman mis en ligne par "Leviathan"..

Venez publier un roman ! / Protéger un roman

Afficher : Complet ou page : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 Lire la suite

Lamya 

Roman

Fantasy / Science-fiction

Depuis toujours, le monde est partagé entre trois races tout aussi fortes qu'intelligentes : les Humains, les Dragons et les Riaps. Aussi bien en magie qu'en technologie, ses trois espèces sont du même niveau. Litia est un pays humain ou plus de la moitié de la population utilise la magie de façon régulière.
Dans un monde où la magie évolue en même temps que la technologie. Un monde où la magie est créée artificiellement et est synonyme d’énergie.
C’est dans ce monde que vie Kryoss. Son père, général de la 3eme armée de Litia, vient d’être assassiné. Lui-même échappe de peu à des assassins qui ont détruit sa maison. Ne supportant pas de rester dans l'ignorance, il se fixe comme objectif de découvrir la vérité. Mais pour y arriver, il devra passer par l’académie de science et de magie de la capita
le.

Note de l'auteur : Il s'agit de mes tout premiers écrit et il se peut que certains détails vous paraissent étrange (notamment sur l’apparence des personnage). Sachez que je suis un grand fan de manga et que c’est dans cette univers que j’y trouve ma principale source d’inspiration. Je vous rassure, je n’ai pas fait un simple repompage ou une adaptation d’une histoire déjà existante. J’ai entièrement imaginer l’histoire de mon roman.

Sur ce, j’espère que vous aurez autant de plaisir à lire mon roman que moi a l’écrire.

Chapitre 1

Un feu dans la nuit

 

 

 

            La réunion se termina vers minuit en cette fin de chaude journée de juin. Raziel Majeara, générale de l'armée de Litia, avait participé à cette réunion d’état-major avec tous les autres généraux, ainsi que du maréchal qui est le commandant en chef des armées du pays. Raziel était un homme dans la quarantaine, des cheveux d'un rouge vif comme le feu coupé très court et des yeux tout aussi rouges. Il portait l'uniforme de l'armée avec un long manteau qui était noir et rouge sur les bords et les coutures.  Il y avait également de nombreux motifs en or qui recouvrai son manteau et son épaule gauche était recouverte par une petite cape qui s'arrêtait au niveau du coude. Sur cette cape était représenté, également en or, le symbole de l'armé, un cercle entouré par quatre triangles, chacun pointant en direction des quatre points cardinaux, le tout étant protégé par une épée.

 

            Il sortit en dernier de la salle de réunion d'un pas lent et fatigué, faut dire qu'entendre les mêmes discours à longueur de journée était fatiguant. Il fût néanmoins rejoint par Kalion, lui aussi général. C'était un bel homme, lui aussi dans la quarantaine avec des cheveux aussi court mais ils étaient vert émeraude et ses yeux violets. Lui aussi portait l'uniforme de l'armée mais son manteau était grand ouvert ce qui lui donnait un air d’adolescent.

-Alors ? demandât-il à Raziel d'un ton plutôt joyeux.

-Alors quoi ? répondit le concerner.

-T'en pense quoi ?

-J'en pense que si l'on prêtait plus attention à ce que je dis pendant les réunions on pourrait enfin aboutir à quelque chose dans les négociations de paix avec Dragta, dit-il d'un ton sec et fatigué.

-Moi je te parlais plutôt de ma proposition d’aller essayer le nouveau resto en bas du quartier portuaire mais bon si tu veux parler boulot alors parlons boulot.

-Ah ? Désolé, j'avais complètement oublié.

-Donc ?

-Donc je dois d'abord aller ranger ses documents dans mon bureau, dit-il en levant la main qui tenait ses papiers pour les montrer. Ensuite je te rejoins.

-OK, je t’attends en bas dans la voiture mais fait vite : j'ai la dalle moi !

Ils avaient pris la direction de la tour de Raziel. Dans le quartier général de l'armée chaque général possède une tour avec leur bureau et leur appartement qui est au dernier étage. Les deux amis se séparèrent à l'escalier, Raziel prit l’ascenseur tandis que Kalion descendait par les escaliers.

 

            Arrivé au sommet, Raziel ouvrit la porte puis se dirigea en direction de son bureau. Il jetât négligemment ses feuilles sur le bureau puis il entendit la porte se refermer doucement derrière lui. Il s'immobilisa et sentit qu'il n'était plus seul. En fait il n'était même pas surpris de cette visite, il s'en doutait depuis quelques temps. Raziel se retourna doucement pour voir l'intrus mais il se rappela qu'il n'avait pas allumé la lumière en entrant donc il ne put voir que la forme de son visiteur dans l'ombre. Il semblait porter un long manteau et un grand chapeau reposait sur sa tête.

-Donc je suppose que personne ne t'a vu entrer ? demandât le général même s’il connaissait la réponse.

L’intrus ne répondit pas mais hocha doucement la tête puis, d'un geste vif, il leva sa main devant lui. Avant que Raziel ne puisse réagir, un immense cercle rouge composé de symboles et de différentes formes apparut devant l'intrus faisant trembler toute la pièce et l'éclairant d'un rouge aussi vif que le cercle.

 

            Ce soir-là toutes les personnes présentes dans le bâtiment furent secouées par une immense explosion. Les quelques témoins visuels de la scène virent le dernier étage de la tour du général Majeara disparaître dans une immense explosion.

Chapitre 2

Un nouveaux départ

 

 

 

            On est en plein mois de juin et pour Kryoss, c'était le début des vacances. Il avait eu 18 ans cette année. Il avait des cheveux bleus foncés, comme le fond des océans, et ses yeux étaient rouges.  Il n'était pas particulièrement mauvais en cours mais pas non plus très bon. Malgré tous, il n'avait aucun projet d'avenir. Mais la lettre qu'il reçut ce jour-là changea complètement sa vie.

 

             Kryoss n'arrivait pas à croire ce qu'il lisait. C’était la première fois, en un an, que son père lui envoyait une lettre, il n'arrivait pas en croire le contenu. Il s'agissait pourtant bien de l'écriture de son père :

 

            Kryoss, si tu lis cette lettre c'est que je suis mort. J'avais espéré l'éviter mais je n'ai pas pu. Ma mort signifie que ce que je redoutais va finir par arriver. Je suis désolé de te l'annoncer ainsi mais, pour ton bien, tu vas devoir oublier le nom de Majeara et tu vas devoir quitter ce pays. Vas dans ma chambre et déplace le petit meuble sous la fenêtre, ensuite retire le morceau de carrelage. Tu y découvriras un petit coffre, il contient une nouvelle carte d'identité et un passeport, ainsi qu'assez d'argent pour t'enfuir dans un autre pays et refaire ta vie. Tu y trouveras également un pendentif, il appartenait à ta mère donc garde le précieusement. Je sais que ce que je te demande est égoïste de ma part et je suis désolé de ne pouvoir t'en dire plus mais je t'en prie fait ce que je te dis. Pour ton bien oubli-moi et je t'en conjure ne dit jamais à qui que ce soit que je suis ton père, cela pourrait te mettre en danger.

 

Pardonne-moi,

 

Raziel Majeara

 

            Même après avoir relus cette lettre plusieurs fois, Kryoss n'y croyait toujours pas. Son père est mort et en plus il lui demande de quitter le pays sans lui dire pourquoi. Il l'avait vu aux infos, le matin même, que la tour avait explosé et qu'un corps y avait été retrouvé mais qu'il n'avait pu être identifié. Pourtant Kryoss avait continué d'espérer mais là, avec cette lettre, le doute n'est plus permis. Son père est mort. Il ne put empêcher ses larmes de couler et d'être envahis par le chagrin.

 

            Kryoss vivait tout seul avec son père et il était habitué à le voir partir des mois, voire une année entière. Son père étant un général, soit l'un des grades les plus élevé dans l'armée, il n'était pas rare de le voir disparaître. Même si le général Majeara n'était pas son père biologique mais son père adoptif, il ne put qu'être triste face à cette lettre. Il lui avait révéler la vérité il y a cinq ans, lorsque que sa mère adoptif, Melica, était morte d'une maladie.

 

            Lorsque, le soir, son chagrin s'estompa il relut la lettre et alla chercher le coffre mentionné dans celle-ci. Il l'a trouva facilement grâce aux indications et en examina le contenue. Il y avait une carte de crédit et plusieurs énormes liasses de billet ainsi que différents papiers parmi lesquelles il y avait effectivement un passeport avec une nouvelle carte d'identité qu'il examina de plus prêt.

- « Kryoss Ralk » ?

Il poussât un long soupir. Après avoir vidé le contenu du coffre, il vit au fond le pendentif mentionné dans la lettre. C'était une petite paire d'aile grise mais chaque aile était comme composé de plusieurs ailes. La base était une seule aile puis elle se divise en deux. La partie du haut était la plus grande et s'étendait presque à l‘horizontale. Quant à la partie inférieure, elle se sépare en trois ailes, déployées en éventail. La paire d'aile pendouillait à une petite chaîne grise. En la saisissant il se remémora des souvenir de quand il était petit et que sa mère jouait avec lui. Aussi loin qu'il s'en souvient elle avait toujours porté cet étrange pendentif.

 

            Kryoss serrât le pendentif contre sa poitrine et sentit la tristesse l’envahir à nouveau. Il venait de perdre son père et sa dernière famille. Cette penser l'attrista encore plus. Lorsqu'il se calma un peu il était déjà tard, il décida donc qu'il valait mieux aller se coucher. Il se dirigea ver sa chambre d'un pas lent après avoir mis le pendentif autour de son coup.

 

            Cette nuit-là, Kryoss eu du mal à trouver le sommeil et lorsqu'il se décida enfin à arriver ce fut pour lui donner un étrange rêve. Il était dans une salle lugubre et mal éclairé. Kryoss n'arrivait pas à distinguer ce qui l'entourait. Puis il entendit une conversation entre un homme et une femme mais c'était la voix de l'homme qui l’intrigua car c'était la voix de son père. Néanmoins il ne reconnaissait pas la voix de la femme. Dans son rêve, il se mit à marcher dans la salle sans savoir pourquoi, puis il arriva à l'extrémité où se trouvaient les deux personnes. L'homme qui avait la voix de son père était de dos mais il ne voyait pas le visage de la femme. Lorsque l'homme se retourna pour lui faire face, Kryoss se réveilla en sursaut dans son lit. Il ne vit pas que son pendentif émettait une petite lueur bleue.

 

            Kryoss décida de se lever quand même et constata que le soleil se levais à travers les rideaux de sa chambre. Un regard sur son réveil lui appris qu'il était sept heures du matin. Il était toujours triste de ce qu'il avait appris hier mais il se sentait déjà mieux. Il décida d'aller prendre son petit déjeuner à la cuisine même s’il n'avait pas très faim. Une fois dans la cuisine il alluma la radio pour savoir s’il y avait dû nouveaux concernent la mort de son père. Après quelques minutes d'attente où une musique affreuse était jouée, les informations commencèrent. La voix de la radio annonça d’abord qu’un nouveau meurtre c’était produit pendant la nuit à la capitale. La police avait déclaré que le mode opératoire correspondait à deux autres meurtres qui avaient eu lieux depuis le début de l’année.

 

Enfin, la voix commença à parler de l’explosion de la tour du quartier général de l’armée. Et ce qu'il entendit le choqua. Ils venaient de dires que l'enquête avait conclu à un accident et que c'était bien le général Majeara qui était mort dans l'explosion de la tour. Ils dirent même qu'il était mort dans un accident impliquant des tests sur une nouvelle magie. Kryoss n'arrivait pas à comprendre, d'un côté son père lui envoie une lettre lui disant de quitter le pays, et de l'autre les autorités disent qu'il mort dans un bête accident. De plus cette lettre indique clairement qu'il s'attendait à mourir donc, pour Kryoss, se fût évident que son père avait été assassiné !

 

            Mais pourquoi ? Pour quel raison voulait-on le tuer ? Kryoss ne pouvait s'y résoudre, son père était sa dernière famille et il refusait de rester dans l'ignorance. Soudain, la sonnerie retentit dans la maison. Il se dirigea ver la porte et l'ouvrit. Là il découvrit un jeune homme aux cheveux orange comme ses yeux. Il reconnut tout de suite Dalian. Kryoss et lui était des amis depuis longtemps. Il était même le seul ami qu’avait Kryoss. Le fait de partager le même intérêt pour les jeux en ligne les avait rapprochés. Ainsi, ils se retrouvaient souvent le soir sur des parties en ligne mais depuis que Kryoss avait reçus la lettre, il ne c’était plus connecter.

 

Kryoss ouvrit la porte et vit l’inquiétude sur le visage de son ami.

-Salut, dit-il simplement.

-Je ne t’est pas vus connecter depuis hier et tu ne réponds pas à mes messages. Après avoir vus les infos de ce matin je me suis inquiété pour toi.

-Désolé mais merci d’être venus.

Il le fit entrer et ils s’installèrent dans le salon.

 

            Ils discutèrent et Dalian tenta, avec un certain succès, de lui remonter le moral. La conversation se poursuivi et après de nombreuse minutes, Kryoss vint lui parler de la lettre de son père ainsi que de ses conclusions. Dalian parut choqué lorsqu'il apprit qu'il était possible que son père avait été assassiné.

-Mais, tu en es sur ? On ne parle pas seulement de ton père, mais on parle aussi d'un des magiciens les plus puissants du pays ! dit-il sur un ton très inquiet.

-Je le sais et c'est justement pour ça que je pense qu'il a été assassiné. Il a surement découvert ou fait quelque chose d'important et de dangereux. Suffisamment dangereux pour qu'il craigne de se faire tuer.

-Et tu sais ce qu'il a découvert ?

-Non, il dit seulement que je dois quitter le pays pour m'a sécurité.

Il y eu un silence et Dalian reprit :

-Et tu es sûr que c'est bien ton père qui a écrit cette lettre ? Ça pourrait être de la magie.

-Au début j'ai pensée aussi qu'il s'agissait d'une fausse lettre de mon père mais il y a indiqué l'emplacement d'un petit coffre dans lequel j'ai retrouvé ça.

Il plongea sa main sous son t-shirt et montra le pendentif.

-C'est le pendentif de ma mère, dit-il en en montrant le petit bijou. Après sa mort, c’est mon père qui l’avait donc je ne pense pas que cela soit un canular.

-Ouais, t’as surement raison.

 

Personne ne parla pendant un moment puis Kryoss brisa le silence.

-Merci, Dalian. D'être là.

A cette phrase il faillit se remettre à pleurer.

-Ne t'en fait, ce n’est rien. Tu m’as toujours aidé quand j’en avais besoin donc c’est normal que je fasse pareil.

Ils se mirent à discuter des derniers jeux qu’ils avaient joué en ligne ensemble. Pendant la discutions Kryoss ne put s'empêcher de penser à la lettre, à la mort de son père et à ce qu'il allait faire à partir de maintenant.

 

            Au bout d’un long moment, il se décida.

-J'ai pris ma décision. J'irai à Tarriakal et je rejoindrai l'armé.

Dalian fut étonné par cette nouvelle.

-Mais pourquoi faire ? Ce n'est pas pour venger ton père quand même ?

-Je ne sais pas si c'est pour le venger mais je veux savoir pourquoi il a été tué, je veux découvrir la vérité derrière sa mort. Je ne veux pas m'enfuir sans le savoir.

-Et si ceux qui ont tués ton père venaient à s'en prendre à toi ?

-J'y ai pensé et pour ça je sais comment faire : mon père m'avait fait une nouvelle carte d'identité pour que je puisse quitter le pays mais si je m'en sers pour rejoindre l'armé, je ne pense pas me faire repérer.

-Mais pour entrer dans l'armé, tu dois d'abord être diplômé de l'académie militaire de science et de magie et je sais que le prix pour y allé est énorme. Seul les familles nobles ou les riches patrons d’entreprise peuvent y envoyer leurs enfants y étudier. Sans compter ton niveau en magie qui est, sans vouloir te vexer, assez bas

Effectivement, le niveau de Kryoss avait toujours été moyen en ce qui concerne la magie. Surtout que, pour entrer à l'académie, il y avait une épreuve de magie obligatoire.

-Je le sais très bien mais papa m'a toujours appris à ne pas abandonner avant d'avoir essayé. Et puis, avec l’argent qu’il m’a laissé, je n’aurais pas trop de mal à m’inscrire à l’académie.

Dalian le regarda et sourit.

-Tu es comme ton père, dès que tu as une idée en tête, plus rien ne t'arrête.

Il quitta la maison peut après en promettant de revenir.

 

Cette nuit-là, le même cauchemar envahit Kryoss. Il se réveilla en sursaut en pleine nuit. Son cœur battait à toute vitesse comme s’il avait courue pendant des heures. Il attendit un peu pour ce calmé et s'assit au bord de son lit. Puis il se leva pour s'approcher de la fenêtre et observer les étoiles. Malgré quelques nuages, les trois lunes brillaient toutes entouré d’étoiles.

 

Il allait se recoucher lorsqu'il aperçut un mouvement a l’extérieure. Il fixa le jardin et il ne remarqua pas la personne derrière lui. Il sentit une main gantée le saisir à la bouche et une autre lui saisir le bras pour le tordre derrière son dos. En un instant il était complètement immobilisé.

-Pour ta survie, je te déconseille de faire le moindre bruit.

La personne lui parlait avec une voix déformée. Il avait l'impression qu'un homme et une femme lui parlait en même temps.

-Ne t'inquiète pas je ne suis pas là pour te tuer contrairement aux quatre types qui traîne dans ton jardin. Maintenant si tu as compris : hoche doucement la tête.

Avait-il le choix ? Il avait tout de suite compris que si cette personne lui voulait du mal, il ne s'en serait pas rendu compte. Il décida donc de faire ce qu'on lui demandait.

 

Il se sentit libéré et se tourna doucement pour regarder l'intrus. Il portait un long manteau noir fermé jusqu'au col. Son pantalon aussi était noir, comme son gant et ses chaussures. Même ses cheveux étaient noirs. En fait, il ne portait que du noir hormis le masque qui lui couvrait le visage et qui était blanc. Le masque était légèrement fendu au niveau de la bouche et, au lieu d'avoir deux trous pour les yeux, il y avait deux formes ovales noires. Hormis cela, le masque était parfaitement lisse et couvrait entièrement le visage de l'intrus. Kryoss se demandait comment il pouvait voir quoi que ce soit avec ce masque. Il ne savait même pas si l'intrus était un homme ou une femme. Kryoss lui demanda qui il était.

-Je suis ton sauveur pour la soirée. Donc pour l'instant tu as deux choix : m'obéir pour survivre ou te faire bêtement tuer par ses types.

Pour Kryoss le choix était évident.

-Je vous suis.

-Très bien. Je te donne une minute pour faire tes bagages car tu n'es pas prêt de revoir cette chambre.

Kryoss se demandait s'ils avaient vraiment une minute devant eux. Comme si l'intrus avait lus dans ses pensées il lui répondit.

-J'ai placé quelques barrières magiques en venant pour les retenir donc on a un peu de temps mais dépêche-toi.

L'intrus quitta la pièce et Kryoss savait qu'il ne l’attendrait pas s'il traînait. Il s'habilla en vitesse, vida son sac pour les cours et fourra tout ce qui lui tombait sous la main et en particulier le contenu du coffret de son père. Il quitta sa chambre et vit que l'intrus l'attendait dans le couloir, adosser contre un mur.

-A partir de maintenant suis moi et plus un mot.

L'intrus se dirigea vers le salon. Il posa la main sur le mur et après quelques secondes sa main traversa le mur comme si c'était de l'eau. Il attrapa Kryoss par le col et le força a traversé. Au moment où il traversait, il remarqua un grand sac noir posé en plein milieu de la pièce.

           

Kryoss n'eus pas le temps de se demander ce qu'il faisait là car, à peine le mur passé, que l'intrus le força à courir à travers le jardin. Ils traversèrent le mur du jardin de la même manière que pour sortir de la maison et ils se retrouvaient dans la rue derrière la maison. Là ils se mirent à courir encore plus vite pour arriver à une intersection et ils tournèrent à l'angle dans mur quand une grosse explosion se produisit. Ils s'arrêtèrent pour ce retournés et Kryoss interrogea l'intrus sur ce qu'il venait de se passer.

-Comme prévus, ils n'ont pas réussi à passer mes protections magiques donc ils ont tout fait sauté. Tu parles d'un travail d'amateur.

Kryoss voyait la maison dans laquelle il avait grandi partir en fumé. Avant qu'il n’ait eu le temps de dire ou faire quoi que ce soit, l'intrus l'attrapa à nouveau au col et le força à courir le long de la rue.

-Ils risquent de fouiller les environs. Ne restons pas là.

Ils finirent par arriver au parc. Kryoss s'assit sur un banc, hors d'haleine, et demanda ce qu'il se passait.

-Tu es le fils d'un général qui s’est fait assassiné et tu es mort cette nuit, tué surement par les mêmes assassins.

-Je ne comprends pas : je suis mort ?

-J'ai placé un corps dans la maison avant l'explosion donc tes assassins ne vont pas chercher plus loin lorsqu'ils sauront qu'il a un cadavre. Pour eux tu es mort donc tu peux faire ce que tu veux. Je suis au courant pour la lettre que ton père t'a envoyé. Fait ce qu'il te demande et quitte le pays.

-Mais pourquoi ?

L’intrus poussa un long soupir.

-J’en ai aucune idée. C’est le général qui m’a demandé de te protéger en cas de problème. C’est chose faite donc maintenant, fait ce qu’il te demande et disparaît.

Sur ses mots, l’intrus se retourna et marcha dans la direction opposée. Après quelques pas, la tête de l’intrus partit en poussière noir puis ce fut au tour du corps et enfin les jambes pour ne laissé plus rien.

 

Kryoss se retrouva seul. Il était perdu et ne savait pas quoi faire. Il décida de faire le point sur les options qu’il possédait. Il pouvait faire ce que tout le monde voulait de lui et disparaitre ou faire ce que lui avait envie de faire.

 

            Dans un premier temps, il décida de trouver un endroit où dormir même s’il n’était plus vraiment fatigué. Il connaissait bien la ville et alla à l’hôtel. Il fut soulagé de voir qu’il était toujours ouvert la nuit et prit une chambre. Deux heures après avoir quitté sa maison, il se retrouva seul dans une chambre. Comme il n’arriva pas à se rendormir, Kryoss alluma la télé. Il zappa sur une chaine d’information et vit qu’ils parlaient de lui. Là son cœur se serrât. La voix du présentateur annonçait que le fils du général Majeara, mort la veille, c’était suicidé en faisant bruler sa maison. Un corps calciner avait été retrouvé dans la maison. Kryoss se rappela le grand sac noir qui était dans le salon et il comprit que l’intrus l’avait mis la en sachant qu’on allait prendre le corps pour celui de Kryoss.

 

 

            Kryoss ne savait pas qui était derrière tout cela mais une chose était sûr : c’était surement quelque de très puissant pour que les informations soient autant modifiées. S’il voulait découvrir la vérité, cela ne serait pas facile.

 

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+7

Auteur

Leviathan

02-03-2016

Blog

Couverture

Lire la suite
"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Lamya n'appartient à aucun recueil

 

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.