Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Journaliste combattante: Jineth ... - Article

Article "Journaliste combattante: Jineth Bedoya Lima" est un article mis en ligne par "RubyFlower"..

Venez publier un article ! / Protéger un article

 

 

Journaliste combattante: Jineth Bedoya Lima

 

Jineth Bedoya Lima est l'éditeur adjoint du journal El Tiempo et est une victime directe d'un sanctuaire d'impunité plus connu sous le nom de narco-état colombien.  Cela fait quinze ans que Jineth se bat pour obtenir réparation et justice de cet état. Le courage inspire respect, parce qu'il est tellement rare; Jineth manifeste un grand courage en maitraisant sa dignité, sa liberté; sa lutte et sa souffrance sont une inspiration pour toutes les femmes et les journalistes d'investigation.  Elle a même fondé un groupe de journalisme basé sur le rôle des médias indépendants pour essayer de sensibiliser le gouvernement, les forces armées,  les gens, le gouvernement, les groupes paramilitaires, les guérillas...

Auparavant dans sa mission de journaliste  d'investigation pour El Espectador, Jineth avait déjà reçu des menaces de mort et un attentat sans que le narco-état y prête attention.  Elle a quand même poursuivi un travail d'enquéte très précis qui a permis de découvrir un réseau de contrebande d'armes entre les forces armées officielles et des groupes paramilitaires détenus dans une prison appelée la  Cárcel Nacional Modelo de la Ciudad de Bogotá .  Le 25 mai 2000 Jineth s'est rendue à cet endroit pour interviewer un paramilitaire : elle a été séquestrée, violentée et abusée sexuellement par un groupe de paramilitaires qui lui ont fait clairement fait savoir que son travail de journaliste d'investigation gênait. Elle a eu la vie sauve et sa longue marche vers la justice et la réparation commença. Depuis ce moment Jineth continue à se battre parce que la "justice" n'a pas su encore prendre en charge ces actes terribles.   Elle quite El espectador, mais pour reprendre du service à El Tiempo, et elle a pris le parti de diffuser son histoire il y cinq ans.

Elle a remporté plusieurs prix, entre eux, le Prix Courage en mars 2012 et malgré cette lâche attaque on et les nombreuses offres d'asile,elle a préféré rester sur sa terre natale car elle souhaite que son engagement et son courage soit une réference pour défendre les droits des femmes et la liberté d'expression dans un pays où ses droits sont jour après jour bafouées. En 2003 elle a aussi été séquestrée par les FARC, mais une fois le prix reçu, les parties antagonistes lui ont ont assuré que plus rien ne lui arrivera, ce qui prouve que ces groupes ont un pouvoir plus étendu que les forces de l'état...


En onze ans les autorités sont restées quasiment immobiles tout en ignorant le fait qu'elle bénéficiait de mesures de précaution accordées par la Commission Interaméricaine des Droits de l'Homme (CIDH); le bureau des Droit Humains rattaché au procureur (Fiscalia) a fait la sourde oreille.  Jineth a dû s'appuyer sur la Fondation pour la Liberté de la Presse,  FLIP,  et la Commission Interaméricaine des Droits de l'Homme pour faire la lumière sur  les carences de la justice qui à son tour a considéré que le crime était de lèse humanité vu que les faits ont été perpétrés par les parmilitaires dans le but de gommer la liberté d'expression. C'est très récemment que les hommes impliqués ont été visés par l'accusation. Les recherches des préjudices consécutifs à la non action de l'Etat ont été reconnues et recevables par la Commission Interaméricaine des Droits de l'Homme .

Comble de l'ironie le seul résultat tangible reconnu pour ces souffrances vient de l'Unité de Réparation des Victimes qui a soumis un décret à l'exécutif pour que le 25 mai devienne la Journée Nationale pour la Dignité des Femmes Victimes de Violences Sexuelles dans le Conflit Armée. A l'aune de cet événement que penser de toute l'agitation déployée par le gouvernement d'Alvaro Uribe Velez  lorsqu'il a eu la "démobilisation" des paramilitaires? et par la suite le prétendu "processus de paix" continue malgré la succession d'horreurs perpétrées par une guerre  et un holocauste qui n'en finissent pas. Cette journée est toutefois un premier pas, bien que trop modeste, parce qu'il constitue une officialisation des abus et des crimes contre les femmes et oblige l'état à mettre en route le processus de vérité et de justice.  

Des femmes de cette qualité sont très rares en Colombie et permettent la dénonciation des abus de l'état, des protaganistes du conflit armé, et illustre les conséquences sur les populations civiles.  Au pays de la vérité taboue Jineth Bedoya Lima est devenue l'icône des femmes qui n'ont pas accès à la parole.

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+6

Auteur

RubyFlower

03-06-2015

Blog

Téléchargement

PDF Certifié Ebook gratuit
"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Journaliste combattante: Jineth Bedoya Lima n'appartient à aucun recueil

 

Article terminé ! Merci à RubyFlower.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.