Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Ensemble c'est tout - Chronique

Chronique "Ensemble c'est tout" est une chronique littéraire mise en ligne par "npai".. Vous aussi, n'hésitez pas à proposer vos chroniques littéraires sur l'une de vos lectures.

Venez publier une chronique littéraire ! / Protéger une chronique littéraire

 

 Ensemble c'est tout

 

Résumé

 

 

L'action se déroule à Paris, au pied de la tour Eiffel très exactement, et couvre une année. Ce livre raconte la rencontre puis les frictions, la tendresse, l'amitié, les coups de gueule, les réconciliations et tout le reste encore, tout ce qui se passe entre quatre personnes vivant sous un même toit. Quatre personnes qui n'avaient rien en commun au départ et qui n'auraient jamais dû se rencontrer. Un aristocrate bègue, une jeune femme épuisée, une vieille mémé têtue et un cuisinier grossier. Tous sont pleins de bleus, pleins de bosses et tous ont un cœur gros comme ça (non, plus gros encore !)...

C'est la théorie des dominos à l'envers. Ces quatre-là s'appuient les uns sur les autres mais au lieu de se faire tomber, ils se relèvent. On appelle ça l'amour.

 

 

Un peu plus mais pas tout…

 

 

Ensemble c’est qui ?

Ensemble c’est Camille, c’est Philibert et Franck et pis Pauuletteuh !

En l’occurrence quatre éclopés du bonheur, qui vont claudiquant et sans entrain dans leurs vies un peu bancales. C’est quatre destins qui se croisent , quatre vies parallèles et pourtant perpendiculairement dévastées qui vont finir par se télescoper et tenter la juxtaposition pour panser les plaies, se redonner confiance et envisager l’avenir, ensemble ! Et puis c’est tout.

Camille a 26 ans n’est plus qu’une ombre que la vie a rongé, vie en sursit sous une mansarde exiguë et mal chauffée, artiste au fond mais que la fragilité et l’épreuve ont essoré de toute créativité. Elle croise Philibert au nom à particule, non indemne d’une éducation étriqué au chemin balisé qui se réfugie dans sa passion pour l’histoire tentant d’y noyer ses tics et ses tocs et ses bégaiements face à la vie. Quand Camille vacille Philibert attrape la chétive au bond, et la love dans l’appartement qu’il partage avec Franck, colocataire bruyant ramenant les filles comme des packs à al dizaine, montant le son jusqu’à ce que les autres ressentent son mal de vivre. Une vraie petite à claque au premier abord, brillantissime dans ses élans lourds, se transcendant uniquement devant une marmite, ne révélant des traces d’humanité qu’à travers l’attention qu’il porte à sa grand-mère Paulette. Laissant entrevoir une brèche d’espoir…Et pour elle peut-être la brèche, l’issue de secours de l’hospice sordide où elle se laisse quasiment mourir…

L’histoire de gens ordinaires aux destins non linéaires, voilà où se trouve l’attrait. Parce qu’on tourne une page comme ça, et on avale les six cents d’une traite, parce qu’on veut voir ce que le cocktail va donner. Et que c’est beaucoup d’émotions vives sous une plume très humaine. Et je crois qu’il n’y pas de prétention autre, que de partager un peu des bouts de vie et insuffler un peu d’espoir.

 

Note-> A savoir que le livre c’est vendu à plus deux millions d’exemplaires, et a donc décrocher la cagnotte des lecteurs. A savoir aussi qu’il a été adapté au ciné par Claude Berri, mais que heu… Je ne vous le conseillerais pas, malgré la brochette d’acteurs alléchante, c’est vraiment palot et survolé à côté du bouquin.

 

Extraits

 

" "On est mal, là, on est mal...", avait-il pressenti et il s'était gouré. Jamais de leurs vies ils n'allèrent aussi bien au contraire.

Dit comme ça, c'est un peu cucul évidemment, mais bon, c'était la vérité et il y avait bien longtemps que le ridicule ne les tuait plus : pour la première fois et tous autant qu'ils étaient, ils eurent l'impression d'avoir une vraie famille.

Mieux qu'une vraie d'ailleurs, une choisie, une voulue, une pour laquelle ils s'étaient battus et qui ne leur demandait rien d'autre en échange que d'être heureux ensemble. Même pas heureux d'ailleurs, ils n'étaient plus si exigeants. D'être ensemble, c'est tout. Et déjà c'était inespéré."

 

« Garde le ton petit sourire de merde, j'en veux pas. C'est tout ce que tu sais donner, toi... Des petits sourires pour embrouiller les gens... Garde-le va, garde-le. Tu finiras toute seule dans ton donjon avec tes crayons de couleur et ce sera bien fait pour ta gueule. Moi, je sens que je fatigue, là... Le ver de terre amoureux d'une étoile, ça va un moment. »

 

«-  En fait, tu te donnes des airs comme ça mais t'es un gentil, toi...

- Ta gueule. »

 

« La seule fille de l’univers capable de porter une écharpe tricotée par sa mémé tout en restant jolie, ne serait jamais pour lui.
C’était bête la vie... »

 

 

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+13

Auteur

Blog

npai

30-08-2012

Auteur public

Anna Gavalda

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Ensemble c'est tout n'appartient à aucun recueil

 

Chronique terminée ! Merci à npai.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.