Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Dépression - Réflexion

Réflexion "Dépression" est une réflexion mise en ligne par "Jack Prince"..

Venez publier une réflexion ! / Protéger une réflexion

 

 

Dépression

 

Ce texte n'a pas pour but d'évoquer des vérités, et n'a aucune prétention scientifique. Il s'agit simplement d'une sorte de... théorie, d'un avis, inspiré par des observations, des expériences. 

Voilà un mot qui fait peur... dépression. Pendant longtemps, ce mot m'était étranger. Pour moi, ça n'était qu'un aspect psychologique du personnage principal d'un polar, rendant l'intrigue plus prenante. C'est quoi la dépression, hm ? C'est quand on pleure, quand on est triste ? Non, ça c'est un coup de blues. Il y a quelques mois de ça, j'ai pensé faire une dépression. L'été arrivait et toute la pression que j'avais accumulé jusqu'alors m'est retombé dessus d'un coup : une rupture difficile qui n'aurait jamais dû avoir lieu, le surplus de travail pour la fac, les questions quand à la réorientation que j'envisageais... beaucoup trop de choses, beaucoup trop de tensions, et j'ai craqué. Mais je n'ai pas fait de dépression, non. J'ai juste pleuré, pour évacuer le trop-plein de stress et de tristesse que j'avais en moi. Ça a été difficile, et ça a duré une semaine ou deux, mais ça n'était pas une dépression, aujourd'hui je le sais. Non, à ce moment là, c'était juste « une mauvaise passe ».

Plus récemment, je m'étais demandé ce qui différenciait la déprime de la dépression. Le terme « déprime » semble moins grave, moins important. Mais une bonne déprime, c'est usant... quelle différence alors ? J'en ai conclu qu'on faisait une dépression à partir du moment où l'on décidait de se soigner. Mais là aussi je me trompais. Parce qu'il y a une multitude de façon de soigner ça, et pas forcément avec des médicaments. Parfois, des personnes proches peuvent faire office de « traitement ».

Dépression... c'est le mot qui est sorti de sa bouche. Étrangement, je le soupçonnais déjà, mais j'aurais sans doute ri au nez de quiconque m'aurait évoqué cette idée. Sauf elle. Et c'est de sa bouche que ces trois syllabes sont sorties. Et quand j'ai posé mon regard sur elle, j'ai vu les larmes menacer de s'échapper de ses paupières. J'ai alors compris qu'elle le pensait vraiment, qu'elle ne plaisantait pas. Dépression. Un mot banal, et pourtant...

Il fallait sans doute que ça vienne d'elle pour que je réagisse, que je réalise. Bon dieu, elle n'a aucune idée de l'impact qu'ont ses paroles sur moi. Elle n'a aucune idée de combien elle m'est essentielle. De combien je l'aime. Comme un ami, comme un frère, comme un amant, de toutes les façons dont on peut aimer quelqu'un. Celle pour qui je plongerai sous les balles sans hésiter, celle dont j'essaierai d'alléger le fardeau.

Et c'est pour ça que ces mots, ses mots, m'ont transpercés.

Dépression... est ce ça qui m'a empêché d'écrire ces derniers temps ? Est ce ce sournois serpent qui m'a rongé le cerveau, aspirant mon inspiration ? Je ne sais pas. Toujours est-il qu'aujourd'hui j'écris. Rien d'épatant, rien de créatif, juste les fil de mes pensées, que j'essaie d'ordonner.

Dépression... non, la dépression n'est pas un coup de blues, ce n'est pas un moment de tristesse. La dépression, c'est progressif, sur le long terme. En fait, un dépressif ne semble pas forcément malheureux, du moins la plupart du temps. Déjà parce qu'il lui faudra toujours un moment avant de réaliser que quelque chose ne va pas, qu'il est trop triste, qu'il prend ou perd du poids, qu'il se sent vide, perdu. Le dépressif n'est pas celui qui passe sa journée en pyjama et use une quantité astronomique de kleenex. Non, la plupart des dépressifs arrivent à s'occuper, à essayer de combattre l'ennui. Ils n'auront aucun mal à vous décrocher un sourire, même peut être convaincant. La dépression, c'est aussi des va et vient du moral... des sautes d'humeur, des coups de colère, des crises d'angoisse. La dépression, c'est sentir monter les larmes sans raison apparente.

Lorsque le médecin m'a demandé si je me sentais dépressif, je lui ai dis « Bah... c'est quoi, se sentir dépressif, doc' ? ». Et il m'a expliqué... se sentir fatigué, las, triste, avoir l'impression qu'on ne va nulle part, qu'on ne sert à rien, que tout ce qu'on fait est voué à l'échec, qu'on n'a pas sa place ici bas, que sa vie n'a aucun sens. Il y en a beaucoup d'autres sans doute, mais ce sont les principaux sentiments qu'ont les dépressifs. J'ai eu un frisson sur le moment... QUI n'a jamais ressenti une de ces choses à un moment de sa vie ? Mais bien sûr, le dépressif lui, c'est toutes ces choses qu'il ressent, et tous les jours.

Comment alors ne pas craindre d'être prit pour un idiot ? Bah oui, comment faire comprendre que ce n'est pas qu'une petite déprime ? Tous les dépressifs auront quelque chose qui leur fera comprendre que leur état est grave. Pour ma part, ça a été les sept kilos que j'ai perdu en six mois. Et plus que tout ; ses yeux. Ses yeux rougis par les larmes, quand elle m'a dit que je devais faire quelque chose.


Dépression... c'est quoi alors la dépression ? Je n'en suis pas sûr, c'est sûrement différent pour chacun. C'est quelque chose de sournois, qui ronge lentement notre sourire, notre bonne humeur. Ce n'est pas quelque chose de violent, c'est tapis dans l'ombre, souvent imperceptible, attendant l'occasion de frapper. La dépression, c'est un serpent tapis dans un coin de la tête, qui mord aléatoirement, selon son envie. La dépression ça transforme, mentalement, physiquement. La dépression, c'est aussi la honte. La honte de s'être transformé en quelque chose de plus faible, de plus fragile. C'est la honte de n'être plus que l'ombre de ce qu'on était. Peut être la honte est-elle le moyen de combattre la dépression. Peut être est-elle le moteur, l'impulsion qu'il faut au dépressif pour se relever, attraper le reptile à deux mains et lui tordre le cou. La honte, c'est réaliser, et accepter que ça fait mal. Encore faut-il trouver en soi, ou à travers les autres, le courage de se battre pour en sortir.  

Partager

Partager Facebook

Point(s)

+18

Auteur

Blog

Jack Prince

04-03-2015

Couverture

"Soyez un lecteur actif et participatif en commentant les textes que vous aimez. À chaque commentaire laissé, votre logo s’affiche et votre profil peut-être visité et lu."
Lire/Ecrire Commentaires Commentaire
Dépression appartient au recueil Nouveau départ

 

Réflexion terminée ! Merci à Jack Prince.

Tous les Textes publiés sur DPP : http://www.de-plume-en-plume.fr/ sont la propriété exclusive de leurs Auteurs. Aucune copie n’est autorisée sans leur consentement écrit. Toute personne qui reconnaitrait l’un de ses écrits est priée de contacter l’administration du site. Les publications sont archivées et datées avec l’identifiant de chaque membre.