Connexion : Ou
Mode Application Mode Site

Autobiographie : III - ma troisi... - Partage et Divers

Navigation : > Accueil > cesarius > Partages et divers > Autobiographie : III - ma troisième jeunesse.
Partage et Divers DPP met à votre disposition cet espace pour partager encore plus avec vos abonnés & visiteurs :

• Des petits textes divers - des extraits - des ébauches - des projets - des articles personnels - des activités personnelles - des messages personnels -
des blagues - des dessins - des photos - des vidéos - des recettes de cuisine - des astuces diverses - des fiches d’ortho - des fiches de cours -
des textes rédigés en langue étrangère, etc.

• Le carnet Partages & Divers vous permet de personnaliser votre profil en partageant tout ce qui ne pourra pas être classé dans la bibliothèque du site.
Vos abonnés reçoivent vos notifications.
Vos visiteurs peuvent laisser un message sur chaque partage.

Enrichissez vos profils et personnalisez votre univers ! Venez publier un partage !
Ecrire et Lire les commentaires Masquer les commentaires Afficher/Masquer les commentaires

Mon autobiographie

Autobiographie : III - ma troisième jeunesse.

Chers amis, bonjour ! Mes titres sont de plus en plus originaux. Hélas ils sont sensés refléter le contenu psychologique des événements et non pas faire affiche de pub. Cet épisode a beaucoup de recoupements avec mes « Mémoires bnuesques ».

« Le travail c'est la santé », disait une chanson, dans un refrain bien proverbial. Aujourd'hui l'on dirait plutôt « le travail c'est la précarité ».

En attendant voici la rentrée des classes, septembre 2007 – un mois chaud ! – avec les nef-nef (1), avec Lorraine la naïade d' Ottrott, la belle Angélique, la savante Joëlle, Laurence, Margot, Marcelle et Pierre (enfin UN collègue) qui partagent mon beau bureau, Mumu ma collègue franciscaniste, Sophie, Louise, Franck, Christine ma chef, Rita, DSDH, le petit bonhomme à lunettes … mais aussi les deux Jacky (hé y'a pas que des nanas en bibliothèque), les deux Julies, Sandrine, Paulette, Donnadieu... on est 200 en tout, fichtre.

À présent les concours m'intéressent, je veux être BAS (2) quand je serai grand, et c'est bien vu par la maison de faire les préparations : c'est même une religion d'État. On a intérêt à montrer ses volontés, quand on est contractuel, si on veut être renouvelé (3). Mon cae est d'ailleurs programmé ainsi : apprentissage de mon métier la première année, renouvellement de 12 mois pour attaquer le fonds quantitativement et préparer les concours.

Par Marcelle et Pierre j'ai connu la petite Joëlle ; par Laurence – ma copine des nef-nef j'ai connu Margot (une Russe, encore plus petite que Joëlle). Joëlle et Margot sont rapidement devenues mes deux meilleures amies, malgré des débuts houleux avec chacune (un tempérament impétueux en commun, j'en redemande(4)) ; je passe la plupart de mes pauses chez Laurence, parfois avec Louise, et tout se passe bien avec Marcelle ma chef de bureau ou avec Rita notre secrétaire. Toutes sont mariées (disons casées) et, c'est une constante : je ne m'entends qu'avec les femmes mariées. C'est comme ça, et allez savoir pourquoi.

Sinon, mon épisode bnuesque c'est aussi Lorraine, ma Loreleï – combien de fois me suis-je échoué sur son rocher !!! Une naïade d' Ottrott à la chevelure d'ondine (5) ; c'est elle qui a eu le poste sudoc ps, que j'ai décliné ; aujourd'hui elle est placée, BAS... et pas moi ! Mais pas de regrets. Après tout elle garde le trésor du Rhin.

La Baleine nationale universitaire c'est aussi la belle Angélique, qui ne cesse de bouger de service en service : comme Jerry la souris, et elle n'est pas très saisissable. Pas évident le jeu de la séduction. Faudrait s'appeler Sean Connery ou Roger Moore. Moi je suis un Tom, gros matou lourdaud et maladroit.

Plus professionnellement, mon passage bnuesque c'est aussi les stages, le traitement des fonds en latin, le catalogage dans le sudoc avec le logiciel Wini, sur une variante du format Unimarc. Les leçons de ma prédécesseuse aussi, qui me donne le goût des livres anciens, des sciences religieuses et de la gestion de dossiers des couvents franciscains. À la rentrée 2008, malgré mes deux revers de malraux et du conservatoire (j'ai essayé de m'évader), le moral est au beau fixe. Je commence à avoir la main, à – enfin – maîtriser mon travail, mon fonds, l'année de formation porte ses fruits. Et je sais que la maison compte sur moi, qu'elle n'a pas d'autres volontaires pour ce travail, et Franck prépare l'expo des Franciscains, je vais pouvoir l'aider et former une collègue sur mon fonds (6). Et Catherine m'a fait un bon bulletin lors de l'évaluation : elle souhaite me conserver. Je suis, une fois de plus au sommet de ma réussite (cf. 1990, 1994, 1996, 2002, 2004) à 39 ans et, enfin l'insertion socio-professionnelle pointe son pif.

L'histoire, hélas, se répète, parfois très lourdement : à chaque sommet a souvent suivi un crac brutal, et je suis particulièrement doué pour les faux départs (au moins le 6°!). L'aventure bnuesque prend fin brutalement, fin 2008, lorsque je suis remercié de façon expéditive. J'apprendrai par la suite, en coulisse, que la maison ne voulait pas me verser 23 mois d' ARE ; ce qu'elle aurait dû faire en cas de retour au chômage de ma part, si elle m'avait gardé plus de 15 mois. Ça c'est l' « affaire ARE ». Le 30 novembre au soir, je suis de nouveau à la rue, direction l'anpe. Elle fusionnera le mois d'après avec l'assedic pour donner Pôle Emploi, un machin privé – merci Sarkozy et Fillon.

Suit dès lors une seconde phase de chômage et surtout une nouvelle période de galère. Les employeurs, un à un, se ferment à moi, j'essuie revers sur revers. À l'heure où je mets ces mots sous presse, 5 ans plus tard (7), la situation ne s'est toujours pas décantée. Le gros statu quo. Et dire que j'ai refusé l'Opéra Du Rhin, le CFA et le sudoc PS !!! Le pire c'est que je ne le regrette même pas. Non, rien de rien.

Que raconter de ces cinq années ? À peine 4 entretiens, un retour à cap emploi(8) (2011), un stage au Crédit Agricole sans suite, puis une formation avec, un bref retour à la bdms en tant que stagiaire bénévole (70 h l'été dernier), des concours à vous tourner la tête (BAS, BA, BIBAS, magasinier principal, administration), quelques cours en Alsacien, des cours au GIPFI (des APP) ... et des candidatures, des candidatures, à n'en plus finir.

Aussi l'inauguration des franciscains (mars 2009), exposition à laquelle je devais participer, le retour de Margot à qui on donne mon travail, Joëlle qui se fait maltraiter (je ne suis plus là, faut bien qu'on s'acharne sur quelqu'un !) par un petit bonhomme à lunettes, Franck qui claque la porte et que je revois à la bdms (le monde est petit) ; et moi j'écris mes mémoires bnuesques ; investi Internet pour chercher l'âme sœur, sans grand succès ; aussi la perte de mon père (24 juillet 2013) alors que je finis la formation ... voilà.

Aujourd'hui rien de neuf, à part qu'on est dimanche le 29 septembre 2013 (9), que je rédige ce texte et qu'il y a le retour de la chaleur. Voilà l'automne !

Ainsi se finit ma troisième jeunesse. Mais la vie n'est pas finie, et un 4° épisode sera entamé par votre narrateur-protagoniste. JB (Julien Bernard, pas James Bond) sera de retour dans sa 4° jeunesse. Au revoir, les amis !

JB – 2013

Notes de fin de page :

(1) Les neuf neufs, mon contingent - nous sommes 9 tout neufs dont 8 femmes, constitué par Lorraine, Laurence, Louise, Angélique, les deux Julies, Eléonore, Sandrine et … chépu !

(2) Bibliothécaire Adjoint Spécialisé … autrement-dit « catalogueur »

(3) Voire cédéisé voire titularisé

(4) : Lionne et Tigresse, cf. mes Mémoires bnuesques

(5) Voir « le Snack Michelll » dans mes Mémoires bnuesques

(6) : Ça fait 12 mois que je la réclame et qu'on me la promet, sur le poste vacant, et je ne sais pas encore que ladite collègue sera … Margot ! Comble du bonheur – cf. « Enfin une collègue! » - Mémoires bnuesques

(7) : Dimanche 29 septembre 2013

(8) : Prestataire de Pôle emploi gérant les TRH

(9) : Revu plusieurs fois


01-02-2017 ProtectionPublication certifiée par DPP

Lire/Ecrire Commentaires Commentaire